Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 17:40

 

 

Israël perçu comme une négation de la vérité diffusée en Islam

 

Par Maître Bertrand Ramas-Muhlbach

 

logojusticebertrand 

pour : http://lessakele.over-blog.fr et www.aschkel.info


Ce 14 avril 2010, la presse internationale a titré sur un nouveau transfert de missiles scud de la Syrie à destination du Hezbollah Libanais qui n’a pas manqué de raviver l’inquiétude des Etats favorables à une résolution pacifique du conflit au Moyen Orient. Les Etats Unis qui tentent un rapprochement vers le Président Bashar Al Assad pour isoler le Hezbollah libanais et le Hamas de la bande de Gaza se sont montrés passablement embarrassés, tout comme le Roi Hachémite de Jordanie qui redoute une prochaine confrontation armée entre Israël et le mouvement chiite libanais.

Il est certain que dans le contexte actuel, un transfert d’armes en provenance de la Syrie à une milice armée qui ne cache pas ses intentions belliqueuses à l’endroit d’Israël, contredit les multiples déclarations des acteurs régionaux concernant la nécessité de trouver une solution négociée du conflit. Il apparaît en tout état de cause que les acteurs fondamentalistes islamistes de la région ne se sentent pas concernés par les négociations et entendent poursuivre ce qu’ils considèrent comme participant d’une dialectique implacable, en l’occurrence l’éradication de l’Etat juif. Rien ne justifie qu’ils abandonnent leurs opérations avant la victoire finale.

Dans la relation entre israéliens et palestiniens, il est demandé à Israël de faire toujours plus de concessions en gage de bonne volonté pour rassurer son interlocuteur sans exiger des palestiniens de contreparties. Le départ de la bande de Gaza a été parfaitement contreproductif : non seulement aucune accalmie ne s’est produite mais en outre, les palestiniens ont réalisé qu’il était assez aisé de chasser des juifs de terres qu’ils considèrent palestiniennes. De nouvelles concessions territoriales de la part de l’Etat juif, devraient permettre la conquête politique de nouvelles surfaces de terres, confirmer l’illégitimité de l’entité sioniste et faciliter la reprise du combat. D’ailleurs, aucun acteur influent de la région n’exige des responsables politiques palestiniens un abandon officiel des Chartes palestiniennes (Olp et Hamas) dont l’objectif consiste à se défaire de l’entité juive. La mission peut donc être poursuivie en éliminant naturellement les palestiniens suspectés de collaboration avec Israël (avril 2010).  

S’agissant du Hezbollah, le mouvement s’est constitué sous la forme d’une organisation militaire de résistance à l’occupation militaire israélienne du sud Liban en juin 1982 puis s’est transformé, à la suite du retrait israélien, en parti politique soutenant (officiellement) la démocratie pluriconfessionnelle du pays du Cèdre. Cet acteur incontournable de la scène politique libanaise ne respecte pourtant pas la souveraineté de l’Etat démocratique en conservant sa milice privée, son armement propre et le bénéfice d’un budget alloué par la Syrie et l’Iran. Nulle raison, donc, de renoncer au principe d’éradication de l’entité sioniste.

Pour ce qu’il en est de la Syrie, les demandes visant à faire la paix avec Israël (qui n’est d’ailleurs pas spécialement en guerre contre ce pays) en contrepartie du plateau du Golan s’inscrit dans la même logique. Si par impossible Israël se résignait à abandonner la souveraineté sur le Golan, la Syrie signerait le traité de paix mais ne pourrait empêcher le Hezbollah de s’y implanter (naturellement contre sa volonté) afin de poursuivre l’entreprise.

Notons également que dans les rares pays arabes en paix avec Israël, le principe d’une remise en question des accords commence à poindre. En Egypte, Mohamed El Baradei qui bénéficie d’une légitimité internationale pour avoir été Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (de décembre 1997 à novembre 2009) se présente aux élections présidentielles en remplacement de Hosni Moubarak qui occupe le poste depuis le 14 octobre 1981. Or, dans le cadre de son programme, il soutient les palestiniens dans la lutte armée en annonçant, en cas de victoire, le démantèlement de la clôture de béton édifiée côté égyptien pour faire cesser les trafics d’armes par les tunnels de contrebande (étrange de la part du Prix Nobel de la Paix 2005).

Enfin, le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad poursuit inlassablement ses déclarations sur l’illégitimité et la fin prochaine de l’Etat juif comme le 4 avril 2010 lorsqu’il a menacé : «  Une nouvelle opération punitive d'Israël contre la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas, ne fera que rapprocher l'Etat hébreu de sa mort certaine ». De même, le 25 février 2010, à l’occasion d’une conférence de soutien aux palestiniens il affirmait qu’Israël avait « perdu sa raison d'être » et à l’occasion d’une rencontre des responsables palestiniens à Damas le 28 février 2010, il a averti : « Si les sionistes veulent répéter leur erreur, ce régime criminel sera condamné et une grande victoire sera imminente ».

Il faut donc cesser d’être naïf : le conflit n’est ni israélo palestinien, ni israélo arabe mais bien israélo musulman et la raison en est simple : Israël n’est ni plus ni moins qu’une négation des vérités diffusées en Islam.

En Islam, il est avancé, au moyen d’une interprétation des versets Bibliques, que les juifs ont falsifié les écritures saintes. Ainsi, il est considéré que le sacrifice par Abraham de son fils ne concerne pas Isaac mais Ismaël.  Pour ce faire les théologiens de l’Islam s’appuient sur le Chapitre 22 de la Genèse et le verset (22, 2), dans lequel D dit à Abraham : « Prends ton fils, ton unique, que tu chéris, Isaac, et va-t'en au pays de Moriyya, et là tu l'offriras en holocauste sur une montagne que je t'indiquerai ». Pour les musulmans, la mention fils « unique » d’Abraham indique clairement qu’il s’agit d’Ismaël (dont D a promis également de faire une grande Nation dans Gn 21,18) puisqu’il était l’aîné des deux frères et qu’il a, un temps, été le « fils unique ». La survivance d’Israël contredit donc cette thèse bien que le sacrifice d’Ismaël soit célébré avec la fête de l’Aid el kebir.

Plus gênant, le sacrifice du « fils unique » devait se produire au pays de Moriyya qui n’est autre que le mont du temple de Jérusalem sur lequel a été édifiée la mosquée Al Aqsa. Or, comme dans la Bible il est annoncé la reconstruction du Temple lors de la venue du Messie (Esaïe 2:2-3; Ezéchiel 37:26-28 et 40:48; Daniel 9:27; Michée 4:1-2; Aggée 2:7-9, Zacharie 6:12-15 et 14:20), qui doit, de surcroît se faire à l’emplacement de l’ancien temple (Genèse 22:2; Exode 15:17; 2 Samuel 24:18; 1 Chroniques 21:18), les musulmans redoutent que les juifs mécréants ne détruisent l’Esplanade des mosquées pour édifier un 3ème temple.

Enfin, la négation par Israël des textes sacrés de l’Islam résulte du refus d’admettre l’annonce Biblique de la venue de Mahomet objet des versets du deutéronome (18, 15-18) : « L'Éternel, ton Dieu, te suscitera du milieu de toi, d'entre tes frères, un prophète comme moi: vous l'écouterez » (Dt 18,15). Voire également : « Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai » (Dt 18,18). Or, ce prophète annoncé est, en Islam, le Prophète Mahomet.

Dans l’impossibilité de surmonter cette incohérence entre les vérités de l’Islam et la présence d’Israël en terre palestinienne, il est peu probable que les fondamentalistes islamistes se satisfassent de nouvelles concessions israéliennes et des promesses consensuelles du Président Barack Obama.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis