Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 19:11

 

 

15-04-2010

http://jmouton.files.wordpress.com/2009/12/sarkozy_ump.jpgL’Union pour la Méditerranée (UPM) a été créée par Nicolas Sarkozy le 13 juillet 2008 durant la période où la France présidait l’Union Européenne. Elle rassemble quarante quatre Etats riverains de la Mer Méditerranée, dont Israël, et les membres de l’Union Européenne. Les buts de base de cette organisation rejoignaient les principes chers à Benjamin Netanyahou de « la paix par l’économie ». La politique était volontairement exclue des débats car elle pouvait raviver des sujets qui fâchent.

Par:Jacques Benillouche

Projet ambitieux

L’eau, les problèmes énergétiques incluant les énergies renouvelables comme l’énergie solaire, l’environnement avec la dépollution de la mer étaient des thèmes consensuels qui pouvaient masquer les divisions affichées des Etats membres.

Mais c’était sans compter sur l’ostracisme de certains membres, en particulier ceux de la Ligue Arabe, qui n’ont pas réussi à se départir de leur haine viscérale au point de refuser de siéger aux côtés de l’Etat juif alors qu’il s’agissait de débattre de sujets cruciaux pour l’avenir des riverains de la Méditerranée.

Nicolas Sarkozy n’avait pas hésité à inviter à Paris des dictateurs à grands renforts de trompettes et de Gardes Républicains en tenue de gala mais les problèmes politiques ont aussitôt torpillé le projet lors de l’opération « plomb durci » à Gaza.

Même le problème de l’eau, qui risque d’être le prochain fléau du siècle, n’a pas échappé à la sémantique des membres. Alors qu’Israël rejetait, dans une résolution, la qualification de « territoires occupés », les pays arabes refusaient l’alternative « territoires sous occupation ». Les mots prenaient ainsi le dessus sur le danger pour l’humanité.

Organisation mort-née

L’UPM devenait donc une organisation mort-née que déplorait Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat aux Affaires européennes : « Il y a des fois où à l’impossible nul n’est tenu.» La France va tenter de faire renaitre de ses cendres une organisation voulue par le président Sarkozy mais endormie sous les lambris de la République.

Le 14 avril s’ouvre à Tunis une réunion des ministres des Affaires étrangères de la Méditerranée avec cinq pays du nord (Espagne, France, Italie, Malte et Portugal) et cinq pays du sud (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie) dont les sentiments anti israéliens de certains sont notoires. L’idée de départ, astucieuse, de relancer le débat en réunissant des ennemis sur des sujets consensuels et de parler d’économie plutôt que de politique a été pervertie.

Aujourd’hui, il s’agit pour les participants de réduire leurs prétentions en se penchant, pendant deux jours, sur le changement climatique, l'insécurité alimentaire, les flux migratoires, l'emploi et l'énergie. La situation au Proche-Orient sera inévitablement abordée ainsi que la lutte anti-terroriste, non pas pour trouver des amorces de solution au conflit mais pour faire l’analyse de l’échec de l’union.

Le ministre Tunisien Kamel Morjane, qui refuse de se prononcer sur le refus de certains pays arabes de siéger aux côtés d’Israël, estime que « la question est toujours là et qu'elle dépend de l'attitude d'Israël dans son conflit avec les Palestiniens.

Il faut la traiter avec beaucoup de prudence ». Il enterre ainsi les principes constitutifs de l’UPM dont les dogmes énoncés sur les fonts baptismaux ne devaient s’appuyer que sur des thèmes non politiques. Le président Nicolas Sarkozy aura du mal à faire entendre sa voix parmi des pays dont la rancune n’a d’égale que la haine.

Par:Jacques Benillouche  

Partager cet article
Repost0

commentaires

Y
<br /> On devra donc se contenter de la "maison commune Europe-Israël"...<br /> <br /> Il paraît que les Européens imaginent Israël comme un peuple en arme et que Israéliens voient l'Europe sous l'angle de la collaboration durant la guerre : comme quoi les préjugés ont la vie dure !<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis