Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 23:15

 

 

 

Merci François

 

logo-celier.jpg

 

L’amour du mensonge  III.

Le « makar » du monde

©François Celier. Ecrivain, Pasteur

 Pour aschkel.info et lessakele

 

 

 

Cliquez sur la bannière pour lire les deux premières parties

 

 

 

 

 

 

Taquia

 

 

 

Par séduction continue (éducation, tradition culturelle, média quotidien)ou par inclination innée, les amants du mensonge ont pour seule alternative d’affranchissement de leur addiction : revenir au bon sens de nature foncière, privilégiant l’autonomie de la Vie et de la Vérité d’aussi près que possible.

 

L’Evangile voue aux géhennes quiconque aime et pratique le mensonge (Apo 22-15) et recommande ceci : Heureux qui ne se tourne pas vers ceux que le mensonge égare (Psaume 40-5).

Le prophète Esaïe (32-12) fustige ceux qui amènent par des mensonges la perte des malheureux (victimes de leurs menteries). 

 

En fait, d’innombrables citations bibliques exhortent à ne pas céder au mensonge.

Dans le Livre des livres est écrite cette révélation fondamentale : l’adversaire le plus pernicieux et le plus redoutable de l’espèce humaine demeure Satan (le diable) qui est menteur et le Père du mensonge (Jean 8-44), personnalité métaphysique dont j’évoquais la puissance précédemment.

 

Or le coran célèbre le recours au makar comme étant le meilleur menteur et conspirateur du monde, à savoir Allah him self, suprême législateur de la justice islamique par son dogme de la takkyia tantprisée par Mahomet qui, à son exemple, l’éleva au rang de vertu ineffable.

 

Cet art de la tromperie, qui trouve son fondement doctrinal dans l'islam, serait supérieur aux vertus militaires de courage, de bravoure ou de sens du sacrifice… Les couards, les collaborateurs de toutes espèces (ils sont légions) et leurs rusés oulémas s’en frottent les mains !

 

Pourquoi hommes et femmes de l’oummah semblent-ils reconnaissants pour l’application de la takkyia ? Qui pourtant les trompe et les persécute intimement ? Leur permettrait-elle d’épanouir leur penchant pour la tromperie (le cœur de l’homme est trompeur, rappelle Jérémie 17-9), pour la cupidité ou le pouvoir sur autrui qu’offre l’exercice du mensonge ?

 

Posons d’emblée la question : Qu'est-ce que la taqiyya pour l’immensité des croyants de l’Oumma (plus d’un milliard trois cent millions d’individus) ? Ignorent-ils que celle-ci est fondée sur un mot arabe évoquant la peur… Que sa force, sa substance se love dans l’inconscient collectif, verrouillant le subconscient des fidèles par l’artéfact du fatalisme ? Mektoub…

 

Sont-ils au fait des diverses interprétations transhistoriques des oulémas et imams qui les instruisent ? Perçoivent-ils les divers angles conjoncturels et les conséquences qu’elles impliquent ? Estiment-ils qu’elle n’est qu’habileté manœuvrière de dissimulation et de tromperie somme toute profitable ?

 

Comment la taqiyyas'inscrit-elle dans la vision panoramique de l’éthique de l'islam, notamment relationnelle avec les non-musulmans (cesmaudits infidèles), inexorablement invités à se soumettre de gré ou de force ? Par ailleurs, comment la doctrine de la taqiyya régit-elle les interactions entre musulmans et non-musulmans ?

 

Ce sont-là des questions dont les réponses s’illustrent dans la réalité des nuisances qu’elles recouvrent, cautionnées et couvertes par le parapluie dogmatique du Makar, l’absoluteur coranique du mensonge mahométan.

 

Une sourate (8 :30) expose un des principes asservissants de sa légalisation : Lorsque les incrédules usent de stratagèmes contre toi, pour s’emparer de toi, pour te tuer où pour t’expulser, Allah use aussi de stratagèmes… et c’est Allah qui est le plus fort en stratagèmes(en tromperies).

 

Dans la crainte d’une persécution, un des aspects préventifs de lataqiyya consiste à masquer son identité religieuse car, selon la Charia, le mensonge est non seulement permis mais encore considéré comme une obligation salutaire digne d’éloge.  

 

Les musulmans forcés de choisir entre renier l'islam ou être persécutés ont le droit de mentir et de feindre même l'apostasie, pour déjouer une menace qui pourrait les atteindre. Ils ont le « devoir » de mentir pour se protéger de tout ce qui pourrait les affecter théologiquement, militairement et bien entendu dans toutes négociations marchandes.

 

C’est ainsi que la taqiyya permet aux Chiites de masquer aux Sunnites leur appartenance confessionnelle en occultant leur propre croyance, mais aussi de manière active, en priant et en mimant une conduite sunnite.

 

At-Taqiyya fi'l-Islam (la dissimulation dans l'islam) est un ouvrage savant qui met clairement en évidence l'ubiquité et le large domaine d'application de la taqiyya. Toutes les sectes islamiques en admettent le principe et la pratique. Bien entendu, la diplomatie islamique la préconise à profusion.

 

Le verset 3:28 du Coran est souvent considéré comme un paradigme pour ceux qui usent de la dissimulation envers les Kafirs (infidèles et non-musulmans) : Si vous vous trouvez sous leur autorité et que vous craignez pour vous, comportez-vous loyalement avec eux en paroles tout en gardant en vous de l'animosité contre eux... Allah a interdit aux croyants l'amitié ou l'intimité avec les infidèles plutôt qu'avec d'autres croyants - sauf quand les infidèles sont placés au-dessus d'eux. Si c'était le cas, qu'ils agissent « amicalement » envers eux tout en préservant leur religion.

 

D’où le conseil judicieux qui en découle communément : Souriez à la face de certaines personnes alors que votre cœur les maudit. Ce qui pourrait se décliner en un fabliau facétieux : Souriez jusqu’à ce que vous, « ânes du désert » (appellation biblique donnée aux ismaélites)soyez majoritaires et que vous puissiez braire d’un même chœur triomphant.

 

Ainsi, tout musulman à le droit de se comporter comme un infidèle : se prosterner devant des idoles ou des croix en faisant mine de les adorer, pratiquer de faux témoignages et même révéler à l'ennemi certaines faiblesses musulmanes car, même pratiquée hors de toute contrainte, la taqiyya ne conduit pas à un état d'infidélité, même si elle présente un péché méritant le feu de l'enfer.

 

Par ailleurs, le mensonge est une forme sophistiquée de l'art de la guerre. Toutes les armées du monde l’applique, évidemment, mais en toute circonspection. Dans le coran, duper l'ennemi est autorisé et encouragé par tous les fidèles ! C’est pourquoi dans les guerre mahométanes, la pratique du mensonge est présentée comme supérieure au courage.

 

Un postulat militaire prédomine en Islam : La guerre est le mensonge.  

« La guerre sainte » est une guerre de tromperie et non d'affrontement, car celle-ci est intrinsèquement dangereuse et qu'il est possible d'atteindre la victoire par la tricherie sans subir soi-même de dommages, enseignait Ibn Hajar (décédé en 1448),  en prônant d’être très prudents à la guerre, tout en se lamentant et en pleurant(publiquement) afin de mieux duper les infidèles

 

La légitimité doctrinale du mensonge aux infidèles peut aller jusqu’à dénigrer l'Islam et le Prophète lui-même, jusqu’à devenir assez convaincant pour tuer le crédule, ou l’imbécile, qui s’y laisserait prendre.

 

Mahomet déclarait à ses fidèles qu’Allah lui avait ordonné d'entretenir le doute chez les gens tout comme il lui commanda de créer d’infinies(et tatillonnes) obligations (religieuses et culturelles), allant même jusqu’à déclarer qu’il avait été envoyé pour jeter un voile de confusion,en précisant même que celui qui vit sa vie dans la dissimulation meurt en martyr. Le nec plus ultrade la foi ! Mais hélas, une caution implicite aux candidats chahids ou islamikazes.

 

Le recours à la taqiyya comme argument stratégique de combat, que ce soit pour une razzia classique, butin, esclaves, captation de terre, influence politique ; ou bien d’une guerre totalitaire, impliquant s’il le faut le reniement de l'islam et de Mahomet. Ce sont-là des ruses tacitement admises, dans la mesure ou le critère intentionnel (niya) reste pur en regard du but : vaincre et dominer pour la gloire d’Allah !

 

Puisque les musulmans croient que c'est Allah qui a révélé les versets de la taqiyya, illustrés par le plus grand de ses prophètes, il est considéré comme le responsable du mensonge, d’autant qu’IL se décrit lui-même comme le meilleur stratège, le meilleur conspirateur, le plus trompeur, autrement dit le makar, le meilleur menteur de tous les temps (p. ex. : 3:54, 8:30, 10:21).

 

Dans cette perspective stratégique, la doctrine de l'abrogation affirme qu'en cas de désaccord doctrinaux, les versets révélés plus tard dans la carrière de Mahomet prennent le pas sur les versets antérieurs. Tout simplement génial dirait Machiavel !

 

Il faut reconnaître à Mahomet un réel génie, magistralement démontré par l’inversion des valeurs bibliques et historiques ; la réappropriation des prophètes juifs antérieurs à lui-même en les déclarant d’office musulmans puisque soumisà Dieu... Wouaouh !

 

De même, ses stratégies de conquête du pouvoir en son temps, puis au cours des siècles, à travers ses féaux qui les appliquent toujours. Néanmoins, il serait urgent, voire vital, de s’interroger sur la source mystique à laquelle il s’abreuvait. Elle se révélera prochainement comme un prodigieux vortex phagocytaire de la civilisation Occidentale, et d’Israël en particulier. Mais là, le Seigneur de Sion veille…

 

Ceci explique les différences qui apparaissent d'une injonction pacifiquemecquoise à un cri de guerre médinois, implacable contre les mécréants des tribus environnantes, surtout juives depuis qu’Esaü conçut de la haine pour Jacob, (Ge 27-41). De siècle en siècle, ces deux courants jaillissent contre les infidèles de la terre, et se répandent en cercles croissants (56 pays dominés à ce jour).

 

La plupart des versets contradictoires du Coran découlent de ces deux inspirations urbaines moyenâgeuses (7ème siècle, et de plus loin encore : Babel et Eden…). C’est pourquoi les versets dits pacifiques et tolérants se trouvent à proximité des versets violents et dominateurs.

 

Il n'y pas de contrainte en religion (2:256) allèguent subtilement cheikhs, imams, oulémas, mollahs et ayatollahs initiés, pour montrer leurlonganimité, sachant qu’en réalité ce verset astucieux  ne concerne que les croyants soumis au monde clos de l’Islam (masquant comme un arbre solitaire une forêt), à savoir les centaines de versets coraniques ordonnant aux croyants de combattre tous les non-musulmans, jusqu'à obtenir leur conversion ou, pour le moins leur soumission (8:39, 9:5, 9:29)

 

A la Mecque, un message de paix et de coexistence était conjoncturellement à l'ordre du jour. Mais après, l’Hijra (l’hégire ou émigration du Prophète de la Mecque à Médine en 622), ayant acquis de la force militaire, nombre de versets les incitant à passer à l'offensive furent alors révélés par l’ange Gabriel, accordant ses injonctions mystiques avec les capacités croissantes de l'islam naissant.

 

Dans les textes juridiques, ces recommandations relèvent de catégories hiérarchisées : patience et passivité ; autorisation de châtier d’éventuels agresseurs ; de combattre une population déterminée ; et enfin, le jihadou guerre sainte (le top !) c’est-à-dire, l’ordre divin d’attaquer globalement tous les non-musulmans.

 

La force numérique du monde musulman constitue le principe étayant ses stratégies et sa politique. Celle du jihad représente l’injonction suprême pour répandre la foi par une guerre « sanctifiée » et la conquête du monde, pour la gloire de celui qui fut choisi parmi 360 (et plus ?) divinités préislamiques de la Kaabamecquoise.

 

D’une façon ou d’une autre, prêché chaque vendredi dans les mosquées, enseigné dans les madrasas, les camps d’entraînement militaire, paramilitaires et universitaires, c’est ce corpus  théologique qui est récité et scandé aux musulmans du monde entier, du berceau à la tombe :  lorsque l’islam est faible et minoritaire, les prêches exhortent à se comporter selon les versets mecquois (patience, paix et tolérance) ; quand ils sont forts et nombreux, ils doivent passer à l'offensive en appliquant les versets de médinois.

 

Tromper l'ennemi pendant une guerre relève d’une nécessité usuelle, défensive ou offensive, mais dans le cas de l'islam, cela repose sur une stratégie élaborée durant quatorze siècles : duplicité,  tromperie, mensonge d’Etat, propagande perpétuelle, chantage au pétrole, aux bombes atomiques, aux kidnapping (exemple du soldat Guilat Shalit), trahisons diverses et mille autres perfidies mises en scène, autant que possible sanglantes pour susciter la peur au plus grand nombre.

 

Relevant d’un ordre ontologique, la guerre contre les infidèles prend de nos jours sa dimension pérenne, jusqu'à ce que tout chaos prenne fin et que toute religion appartienne à Allah.

 

Pour clore ce troisième volet de ma série sur le mensonge, les paroles qui suivent s’adressent à certains musulmans ayant le sentiment d’avoir été plus ou moins floués par l’influence culturelle et les traditions religieuses qui sont les leurs. Las, ils ne sont pas les seuls à éprouver ce malaise. Cela fut le cas d’innombrables individus en d’autres temps et autres systèmes religieux. Mais il s’avère que dans le système de l’Islam, cela devient un problème majeur concernant l’avenir du XXIème siècle.

 

Qui que tu sois, ne sois pas un simple suiveursoumis, ignorant ce qui ce trame en arrière-plan de tes croyances et, s’il se peut, acquière l’autonomie de penser par toi-même. En quelque sorte, apprend à marcher au-devant de toi sur le chemin que ta vie emprunta jusqu’alors, et tu deviendras un guide éclairé pour toi, et peut-être pour d’autres.

 

Qui que tu sois, tu n’as qu’une seule vie en ce bas-monde ! Remplis-la en pleine conscience et assentiment de tes pensées avec tes actes… Sous le regard de l’Eternel, notre Créateur qui n’est ni d’une petite ou grande religion, ni musulman, ni catholique, ni protestant, ni orthodoxe, ni bouddhiste, ni hindouiste, ni existentialiste athée, ou d’une quelconque dénomination religieuse échafaudée par l’ingéniosité superstitieuse des hommes.

Bref, nullement le fruit de concepts humains fondés sur la peur de l’au-delà de la mort

 

L’Eternel, créateur de tout ce qui existe est un Père juste, qui s’intéresse à toi et qui ne te souhaite pas une mort violente, confuse ou stupide. Tu n’ignores pas que tout homme, plus ou moins religieux, peut avoir le bon sens d’arrêter sa course un temps pour faire le point sur la fiabilité de sa foi.

 

Qui que tu sois, tu peux admettre que l’Eternel t’a doté d’une grande capacité de raisonnement et d’une intelligence perspicace. C’est pourquoi IL t’interpelle parfois et t’invite à être apte d’accomplir le destin qu’IL a tracé pour toi. Sur ce chemin ouvert, dont tu ignores de quoi demain sera fait, saches que si tu recules d’un pas, tu meurs ; si tu stationnes par crainte de l’inconnu, tu meurs, mais si tu avances d’un pas, tu sondes une voie nouvelle basée sur le questionnement du sens ta vie.

 

Ce que le coran appelle Jahiliyya« le temps d’ignorance et de confusion » peut cesser pour toi aussi, comme il cessa un jour moi, et pour des millions d’autres personnes de part le monde. Venant de l’athéisme, je suis devenu un homme de foi, en paix avec mon Père Céleste, qui est aussi le tien ; sur notre terre, qui est aussi la tienne. Or, tu n’es pas sans ignorer que le monde actuel pressent l’horreur d’un embrasement atomique à l’horizon de notre décennie… Rien n’est plus triste que de mourir hébété, alors que nous avons tous l’intuition d’une étincelle d’éternité dans notre esprit.

 

Qui que tu sois, frère humain, médite cette parole de Thomas Jefferson :L’homme qui ne craint pas la vérité n’a rien à craindre du mensonge. Ou celle du prophète Malachie (3-8) : Un homme trompe-t-il Dieu ? Ou de Jérémie (29-8) : Ne vous laissez pas tromper par vos prophètes !

 

Alors, quand bien-même ton Dieu traditionnel se désignerait-il comme le meilleur Makar du monde, considère ta propre voie et la liberté d’être toi-même : un homme debout et digne sous le regard de l’Eternel, ton Père. 

 

        François Celier

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis