Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 15:03

 

Manfred Gerstenfeld interviewe Robert Wistrich

 

robert wistrich (Copier)

Robert Wistrich 

 

 

“Le discours antisioniste au Royaume-Uni surpasse probablement celui de la plupart des autres sociétés occidentales. L’antisémitisme y a atteint un tel niveau de résonance, en particulier parmi les leaders d’opinion, que cela place ce pays en tête dans l’encouragement aux attitudes discriminatoires. Le Royaume-Uni tient une position de pionnier dans la promotion des boycotts académiques d’Israël en Europe. La même chose est vraie, en ce qui concerne les efforts des confédérations syndicales, visant à déclencher des boycotts économiques. Les Trotskystes, qui ont infiltré le Parti Travailliste et les unions syndicales depuis les années 1980, sont un facteur important dans la propagation de ce poison ».

 

Le Prof. Robert Wistrich occupe la Chaire Neuberger d’histoire moderne européenne et juive de l’Université Hébraïque de Jérusalem. Depuis 2002, il est Directeur du Centre International Vidal Sassoon d’étude de l’antisémitisme dans cette université. A Lethal Obsession, le tout dernier de ses nombreux ouvrages, débat de l’antisémitisme de l’Antiquité au Jihad Global.

 

Wistrich ajoute : “Il n’y a pas, non plus, d’autre société européenne où le radicalisme jihadiste se soit avéré aussi violent et dangereux qu’au R-U. Quoi que l’antisémitisme ne soit pas le seul facteur déterminant de cet extrémisme, il y joue un rôle important. Ce radicalisme islamiste a contribué à modeler l’antisémitisme dans son ensemble au Royaume-Uni.

 

“Un autre rôle pionnier de la Grande-Bretagne, particulièrement dans le domaine de l’anti-Israélisme, est contenu dans les distorsions opérées de longue date, par les reportages et commentaires de la BBC sur le monde juif et Israël en particulier. L’exercice du « deux-poids-deux mesures » est un trait caractéristique définissant sa couverture du Moyen-Orient. Cela a eu des conséquences débilitantes. La BBC joue un rôle exceptionnel, en raison de son prestige établi depuis longtemps, en tant que source d’informations, largement tenue pour être objectives. Elle a bien plus de poids que n’importe quelle autre instance médiatique occidentale.

 

“L’antisémitisme en Grande-Bretagne dispose d’une tradition de presque un millier d’années dans les textes historiques. L’Angleterre médiévale était déjà championne en matière d’antisémitisme. Au cours des époques moyen- âgeuses, l’Angleterre a été pionnière dans la diffamation à travers des accusations de crimes rituels. Le cas de Norwich, en 1144, a marqué la toute première fois où les Juifs étaient accusés d’utiliser le sang d’enfants chrétiens dans la fabrication du pain azyme (matza) de Pessah. Au douzième siècle, la Grande-Bretagne médiévale était une société catholique persécutrice, particulièrement à l’égard des Juifs. Dans cet environnement, l’Eglise Anglicane se distinguait loin devant les autres, en instituant une législation cruelle et une conduite discriminatoire envers les Juifs, qui n’a pas d’équivalent dans le reste de l’Europe.

 

“Depuis la Conquête normande de 1066, s’est développé un processus continuel – particulièrement au cours du treizième siècle – de persécution, de conversion forcée, d’extorsion et d’expropriation des Juifs. Cela a culminé par l’expulsion des Juifs d’Angleterre en 1290, sous Edouard 1er. C’était la première éviction de l’essentiel d’une communauté juive en Europe. La Grande-Bretagne n’a pas seulement été le premier pays d’Europe médiévale à expulser les Juifs, mais aussi l’un des derniers à leur permettre de revenir après plus de 350 ans.

 

“La longue absence des Juifs hors des îles britanniques ne signifie pas que durant cette période d’intervalle, l’antisémitisme ait disparu. C’est un exemple avant-coureur instructif du fait qu’une société n’a pas besoin de la présence physique des Juifs pour que la puissance néfaste de stéréotypes anti-juifs imprègne sa culture. La force des stéréotypes anti-juifs dans la littérature classique anglaise est si puissante qu’elle s’est, finalement, conservée dans l’ « inconscient collectif » contemporain de la culture de ce pays.

 

“L’image de “Shylock” a influencé l’Occident tout entier, parce qu’elle convient si bien à l’évolution du marché capitaliste depuis ses tous premiers jours. Shylock est l’archétype anglais du Juif scélérat. Ceux qui prétendent dire à quel point son portrait est humaniste, universel et empathique, ignorent, non seulement, de quelle manière il était perçu à l’époque, mais également ce qu’ont été ses conséquences historiques.

 

“En Grande-Bretagne, comme dans la majeure partie de l’Europe, les antiracistes auto-proclamés d’une diversité de branches de la Gauche alimentent fréquemment l’antisémitisme – qui est essentiellement dirigé contre Israël. Si on suggère que de tels gauchistes sont des antisémites masqués, cela les met, le plus probablement en colère et ils rétorquent qu’on « joue la carte de l’antisémitisme ». C’est devenu un nom de code pour dire autrement : « Vous êtes un Juif malhonnête, trompeur et manipulateur », ou « un amoureux des Juifs ». Les Sionistes utiliseraient « l’accusation d’antisémitisme » pour distordre et faire taire la critique d’Israël et de ses violations des droits de l’homme. L’emploi du terme « critique », dans ce contexte, est mal placé. Il s’agit d’un euphémisme ou d’un permis de diaboliser Israël. Et ce qui en découle est la forme fondamentale de l’antisémitisme de notre temps.

 

“La Grande-Bretagne peut être fière d’elle-même, cependant, d’être à l’origine de la publication du Rapport d’Enquête Multipartis sur l’Antisémitisme – qui a accompli un travail approfondi – bien qu’il ne soit pas parfait - d’investigation  sur la montée du sentiment anti-Juif au Royaume-Uni. Le Rapport ne contredit rien de ce que je suis en train de dire, quoi qu’il ait été trop léger, en ce qui concerne l’antisémitisme musulman ».

   

Le Dr. Manfred Gerstenfeld préside le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis