Un micro-trottoir sur le tarmac de l’aéroport de Tabuk est à l’origine de la dernière rumeur moyen-orientale. Digne d’Orson Welles: les extra-terrestres israéliens auraient donc débarqué avec armes et bagages en Arabie Saoudite la semaine dernière.

En fait de  pique-nique géant israélo-saoudien en plein désert, la base aérienne King Faisal AB de Tabuk accueille les F15 du RSAF (Royal Saudi Air Force) Wing 7avec l’approbation des Etats-Unis depuis 2003. Des instructeurs américains de l’USMTM sont également présents sur place avec le matériel requis. L’activité militaire est donc localement importante. De quoi stimuler les fantasmes de passagers à l’imagination fertile, conditionnés par une presse régionale à l’objectivité légendaire.

Cela étant les media occidentaux seraient parfois bien en peine donner des leçons puisque certains, pour donner corps à la rumeur de Tabuk, l’ont mise en perspective avec celle -non moins fantasmagorique- du soi-disant accord de l’Arabie Saoudite pour le survol de son espace aérien. (En poussant dans l’humour noir, on notera que les syriens sont précurseurs en la matière,  puisque les avions israéliens peuvent se promener jusqu’au bord de l’Euphrate, comme en 2007, et revenir  sans encombre à bon port).

L’Arabie saoudite, lassée par le petit jeu des rumeurs,  avait démenti sobrement le 29 septembre dernier (cf site du ministère des affaires étrangères saoudien) les « informations » relatées dans l’article du quotidien britannique «Sunday Express » du dimanche 27 septembre qui titrait  : « Saudis will let israel bomb iran nuclear site» . Rien que cela. La phrase clé de l’article reposait sur une citation de John Bolton, ancien ambassadeur américain aux Nations Unies, indiquant que «Ryad certainly approves» en substance : Ryad approuve certainement l’utilisation par Israël de l’espace aérien saoudien.

Pour étayer un peu ce postulat assez évasif, les journalistes sortaient l’artillerie lourde en faisant référence à une discussion du patron du SIS (MI6) avec le patron du Mossad et des officiels saoudiens (*). Seule indication : Les contacts auraient eu lieu après la mise à jour du site nucléaire de Qom en Iran par des officiers des services de renseignements britanniques…

Le vrai scoop était de facto ailleurs dans l’espace et dans le temps. Puisque le fameux site “ultrasecret” de Qom était en théorie connu de tous, depuis au moins 5 ans (**)…

DB.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com 

(*) Verbatim : “ The head of MI6 discussed the issue in London with Mossad chief Meir Dagan and Saudi officials after British intelligence officers helped to uncover the plant, in the side of a mountain near the ancient city of Qom”.

(**) Le CNRI (Conseil National de la Résistance Iranienne) indique par exemple sur son site que : « Les installations nucléaires souterraines à proximité de Qom avaient d’abord été dévoilées dans une conférence de presse à Paris de la Résistance iranienne, le 20 décembre 2005. Le président de la commission des Affaires étrangères du CNRI, avait alors divulgué des informations sur quatre complexes souterrains composés de tunnels et d’installations servant aux programmes nucléaires du régime ».