Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 14:19

 

Eppel (Copier)

Sammy Eppel

 

 

Manfred Gerstenfeld interviewe Sammy Eppel

 

 

“Lorsqu’Hugo Chavez a été élu Président du Venezuela, en 1998, il y avait environ 25 000 Juifs dans le pays, y compris les gens vivant à l’écart de la communauté. Actuellement, la communauté juive a chuté, à peine, à 9 000 âmes.

 

“ La raison essentielle de l’émigration des Juifs, tout au long de ces années, découle, pour une bonne part, d’une réaction à l’antisémitisme et à l’antisionisme du régime de Chavez. Les Juifs ont quitté le pays, principalement pour les Etats-Unis. D’autres sont partis en Colombie, a Panama, au Costa Rica, au Mexique et en Israël.

 

Sammy Eppel est membre de l’organisme dirigeant de la Communauté Juive venezuelienne (CAIV). Il est directeur exécutif de la Commission des Droits de l’Homme du B’nai Brith au Venezuela.

 

Il poursuit : “Chavez est arrivé au pouvoir grâce à sa rhétorique populiste, des promesses d’égalité, des assurances disant qu'il renforcerait les institutions démocratiques et entreprendrait de combattre sérieusement la corruption. Il a convoqué une Assemblée Constitutionnelle Nationale qui a voté une nouvelle constitution. Par la suite, cette même constitution n’a eu de cesse de subir de graves violations, de façon répétée.

 

 

“Grâce à un discours constant visant à diviser pour mieux régner, il a réduit en miettes les institutions démocratiques. Chavez a concentré, de façon croissante, tous les pouvoirs entre ses mains. Même les pouvoirs législatifs et judiciaires ont dû suivre ses directives. Les élections ont surtout servi à faire croire au reste du monde qu’il agissait de manière démocratique. Le conseil électoral était destiné à être dirigé par des indépendants, mais en fait, il a, très vite, été phagocyté par des partisans du gouvernement.

 

“La corruption rampante a fait la fortune d’un grand nombre de nouveaux millionnaires. On a entraîné et armé des groupes paramilitaires pour « défendre la révolution ». La criminalité est à son niveau le plus haut jamais atteint. Caracas est, à présent, une prétendante sérieuse au tire de capitale mondiale du crime.

 

“Les relations de Chavez avec la Communauté juive ont été problématiques depuis les tous débuts. Lors de la campagne présidentielle de 1998, la communauté a invité tous les candidats à s’exprimer face à elle. On a demandé à Chavez d’expliquer ses relations étroites avec l’antisémite et négateur de la Shoah, Norberto Ceresole, un sociologue argentin. Chavez a répliqué qu’il ne faisait que le conseiller sur des sujets concernant les cours d'eau et les frontières.

 

“Cela dit, dès que Chavez a été élu Président, Ceresole a publié une “bible” pour tous les révolutionnaires. Elle s’intitulait : ‘”Caudillo, Ejercito, Pueblo” qu’on peut traduire par « Un seul Chef, une seule Armée, un seul Peuple », tel est le Venezuela du Commandant suprême Chavez ». Le premier chapitre commençait par : « Le Problème Juif ». Du fait de sa nature foncièrement antisémite, il n’y a eu qu’une seule et unique édition. Pourtant, le texte est resté disponible sur les sites internet sous le parrainage du gouvernement, jusqu’en 2009. Il a été téléchargé par des centaines de milliers de disciples de Chavez. Ce n’est donc pas très surprenant que les relations entre la Communauté Juive et le gouvernement Chavez soient restées tendues depuis lors.

 

“On a aussi assisté à des incidents antisémites sans précédent, dans toute l’histoire du Venezuela. En 2004, la police politique a fait une descente à l’intérieur de l’Ecole Juive de Caracas et du Centre « Hebraica », prétextant une fouille pour y chercher des armes et des explosifs. Evidemment, elle n’a rien trouvé. Chacon, le Ministre de l’Intérieur de l’époque, a dû expliquer que s’est arrivé à la suite d’un appel téléphonique anonyme par téléphone. Ce raid a provoqué un grand trouble, chez les Juifs locaux, qui ont commencé à envisager sérieusement d’émigrer. Un nouveau raid identique s’est produit, encore une fois, en 2007.

 

Le Ministre de l'Intérieur Tarek Al-Aissami, (fils du représentant venezuelien du Baath irakien).

 

“En 2009, la plus ancienne synagogue de Caracas, Tiferet Israël, a subi l’invasion d’un gang constitué, essentiellement, d’officiers de police. Sur le plan hiérarchique, ils dépendaient directement du Ministre de l’Intérieur du moment, Tarek Al-Aissami. On n’enregistre guère de violence de rue contre les Juifs, dans ce pays, où l’antisémitisme a toujours été historiquement faible. Avec les accusations d’empoisonnement de Chavez par « ses ennemis », après sa mort, la communauté juive craint que certains éléments radicaux ou même un aliéné mental solitaire soit tenté de « venger » la mort du Commandant, en s’attaquant à des Juifs. Des graffitis de menaces de cet acabit ont commencé à apparaître sur les murs.

 

“Le régime contrôle plus de 700 publications de presse au Venezuela, y compris les chaînes de TV et stations de radio, la presse écrite et les réseaux Internet. Depuis 2004, les médias d’Etat ont maintenu un barrage constant de fausses accusations, d’intimidation et d’incitation anti-juive. La Communauté juive a embauché quatre professionnel, afin d’observer et de faire des rapports sur la nature de ces attaques incessantes. Les milliers d’agressions par voie de presse qu’on a enregistrées ne constituent qu’une faible part de la globalité de ce matraquage, du fait des limites de nos capacités d’observation.

 

 

“Le Venezuela a rompu toutes relations diplomatiques avec Israël, en 2009. L’antisémitisme de Chavez était de nature politique. Il a renforcé ses relations étroites avec l’Iran, en multipliant les attaques contre Israël, le Sionisme et les Juifs. Ces sentiments ont été exportés en Bolivie et au Nicaragua. Il a aussi parrainé, à l’échelle planétaire, un cercle « d’intellectuels », de journalistes et de politiciens qui font la promotion d’un discours anti-israélien.

 

“Chavez a aussi ouvert les portes de l’Amérique Latine à certains des pires violateurs des droits de l’homme au monde. En plus des Iraniens et de leurs supplétifs, son carnet d’adresses comprenait Omar El-Béchir, du Soudan, Kadhafi, Mugabe, Saddam Hussein et la famille Assad. Le Venezuela est, également, devenu une plaque tournante du trafic de drogues.

 

 

“La Communauté juive du Venezuela a toujours été attaché à Israël. Après 2009, il y a eu des restrictions de visas pour les détenteurs de passeports israéliens, qui ont rendu difficiles les réunions familiales avec des Israéliens. C’est devenu une incitation supplémentaire à l’émigration juive.

 

“La plus ancienne école juive a dû fermer. Tous les étudiants sont, à présent, regroupés dans une seule et même installation. Les deux principales synagogues, fondées depuis les origines, sont situées dans des zones, ajourd'hui, envahies par le grand banditisme et elles parviennent difficilement à rassembler suffisamment de fidèles pour [constituer le Minyan : 10 hommes et] honorer les offices. Lorsque les Juifs du Venezuela formaient une communauté nombreuse et prospère, nous avons construit des institutions essentielles à la vie juive, y compris des écoles, des synagogues, des maisons de retraite pour personnes âgées, des centres communautaires, des cimetières et même des centres médicaux. De nos jours, le simple fait de préserver les institutions juives subsistantes est devenu difficile ».

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

 

Adaptation : Marc Brzustowski.  

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis