Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 00:46

 

 

Le point de vue de Stefano B. C.


Alors qu’un nouveau "Syriagate" est attribué à Wikileaks, l’avenir du Hezbollah est en question. A la fois acteur et victime du conflit syrien, le parti de Dieu est à la croisée des chemins

http://mediarabe.info/spip.php?article2299

Les explosions de ses entrepôts relèvent-elles d’un pur hasard ou d’une riposte de l’ASL ?


lundi 28 janvier 2013 - 23h30, par Stefano B.C.

Logo MédiArabe.Info

Le Hezbollah, né en 1982 d’un mariage entre l’Iran et la Syrie, a stratégiquement servi la République islamique et a tactiquement rendu d’inestimables services à la Syrie dans la mesure où il a longtemps harcelé Israël pour conforter les positions syriennes dans toutes négociations de paix. Le parti chiite est de ce fait impliqué dans le conflit syrien, mais il en est aussi une victime.

Tip A Friend  Envoyer par email impression Imprimer cet article 

Depuis sa création, en 1982, le Hezbollah a servi de bras extérieur de l’Iran, lui donnant accès sur la Méditerranée, et une position avancée sur le front avec l’Etat hébreu, que l’Iran jure de rayer de la carte. Certes, Hassan Nasrallah hausse régulièrement le ton contre l’entité sioniste, qualifiée de « tumeur et de cancer purulent », mais il n’a jamais réellement menacé Israël. Bien au contraire, il a confisqué la « résistance » au Liban en éliminant physiquement les militants de la gauche libanaise et les factions palestiniennes, durant les années 1980 et 1990. Depuis 2006, le Hezbollah a retourné ses armes vers l’intérieur, menaçant les autres composantes libanaises au plus grand bonheur d’Israël. Dès 2011, il s’est engagé dans la répression en Syrie.

Le Hezbollah redoute de se retrouver orphelin après la chute du régime syrien. Ce qui explique son engagement de plus en plus flagrant dans la défense de Bachar Al-Assad et dans les massacres commis en Syrie. Paradoxalement, le Hezbollah peut redouter la réhabilitation du régime et le maintien d’Assad au pouvoir. Car, un tel scénario pourrait conduire, à terme, au divorce syro-iranien.

En effet, plusieurs sources arabes, citant Wikileaks, ont révélé ces dernières heures que « l’administration américaine a soutenu Assad à hauteur de 5 milliards de dollars, pour l’aider à se maintenir au pouvoir, redoutant l’arrivée des islamistes et ses conséquences ». D’autres sources, qualifiées de fiables, avaient évoqué, depuis une semaine, « un changement de ton à Washington et à Paris, favorable à Assad ». La propagande syrienne a réussi à exploiter la situation au Mali et en Algérie, ou encore en Libye et en Egypte, pour mettre en garde contre « les dangers d’un pouvoir islamiste à Damas », tentant ainsi de berner la communauté internationale, une fois de plus. Et celle-ci semble trouver un immense plaisir à se faire avoir !

Pour y parvenir, Damas avait qualifié ses opposants de terroristes islamistes, dès le début de la révolte, alors pacifique. Pour les diaboliser et les radicaliser, Assad a libéré plusieurs prisonniers, particulièrement dangereux, comme notammentAbou Messaab Al-Souri, de son vrai nom Mustapha Sit Mariam Nassar, et son adjoint Abou Khaled, deux activistes arrêtés au Pakistan (Quetta, en 2006) par les Américains et remis aux Services syriens. Ils sont impliqués dans les attentats de Madrid (11 mars 2004, qui ont fait 191 morts) et de Londres. Comment l’Occident peut-il encore croire aux mensonges d’un régime impliqué dans le terrorisme jusqu’à la moelle ?

Quoi qu’il en soit, toute réhabilitation d’Assad sera conditionnée par la « nécessaire éradication des islamistes », par « l’indispensable rupture avec l’Iran », et surtout, « par l’ouverture de négociations de paix avec Israël ». « Assad serait prêt à brûler les étapes et à signer la paix, dès demain, pour garder le pouvoir », affirment plusieurs opposants syriens, en marge de la réunion de Paris, tenue ce lundi. Mais ils s’interrogent : « l’Iran et le Hezbollah le laisseraient faire ? » Assad semble ainsi coincé entre ses nombreux engagements, diamétralement opposés.

Mais avant d’en arriver là, le Hezbollah, qui est désormais acteur du conflit syrien, en est déjà une victime. Outre les centaines de combattants tués dans les affrontements, sa popularité est en chute libre tant au Liban que dans le monde arabo-musulman. L’ASL a menacé, à plusieurs reprises, de l’attaquer dans ses propres fiefs, en riposte aux massacres commis par ses unités en Syrie. Ces derniers mois, une série d’explosions a touché et détruit ses entrepôts dans la Békaa du Nord, puis dans le sud du Liban. Samedi 26 janvier, une énorme explosion a secoué la vallée située entre Machghara et Sohmor (Sud de la plaine de la Békaa). Ce lundi 28 janvier, une mystérieuse explosion s’est produite dans son « carré de haute sécurité » de la banlieue sud de Beyrouth (Hay Al-Sullom).

La chape de plomb imposée par le parti sur ces explosions empêche les médias d’en savoir plus, laissant le champ libre aux interprétations et aux spéculations. Cette nuit, plusieurs versions sont avancées à Beyrouth :

1- L’explosion de ce 28 janvier serait un avertissement adressé à Hassan Nasrallah par l’ASL, lui signifiant ses capacités de mettre ses menaces à exécution, et de parvenir au cœur de la Banlieue sud.

2- Il pourrait également s’agir d’un message adressé par le régime syrien pour prouver sa capacité à honorer les conditions de sa réhabilitation. Cette hypothèse attesterait alors que Bachar Al-Assad négocie bien la tête du Hezbollah contre son maintien au pouvoir.

3- Il pourrait enfin s’agir d’un « accident de travail ». Ce qui suppose que le Hezbollah, qui est déjà accusé d’implication dans les attentats et tentatives d’attentat commis au Liban depuis 2004 (Marwane Hamadé, Rafic Hariri, Georges Haoui, Wissam Eïd, Wissam Al-Hassan, Samer Hanna, Pierre Gemayel, Gebran Tueini, Walid Eido, Samir Kassir, May Chidiac, Boutros Harb, Samir Geagea et tous les autres), était en phase de préparer un nouvel attentat. La charge aurait explosé accidentellement. Cette hypothèse prend en compte le verrouillage hermétique de la Banlieue sud de Beyrouth, où aucun étranger ne peut accéder sans l’aval du Hezbollah et de sa milice.

En définitive, le Hezbollah semble condamné. La chute d’Assad le privera de l’un de ses deux parents. Au contraire, tout maintien du régime impliquera un divorce d’avec l’Iran et le Hezbollah et un rapprochement avec Israël. Mais Téhéran et Hassan Nasrallah le laisseront-ils faire au risque de dévoiler leur collusion directe ou indirect avec l’ennemi ? L’avenir nous le dira.

Stefano B. C.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis