Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 17:01

 

      voir le zoom : Des milliers de manifestants égyptiens réunis place Tahrir, au Caire, le 25 janvier 2013

L’éditorial de Dario S (Rome)


L’Egypte relance sa Révolution, l’espoir n’est pas interdit

http://mediarabe.info/spip.php?article2298

Dans le sillage de l’ancienne dictature, celle des Frères musulmans réprime et fait une centaine de victimes

vendredi 25 janvier 2013 - 17h32, par Dario S. (Rome)

Logo MédiArabe.Info

voir le zoom : Un manifestant égyptien jette un cocktail molotov près de la place Tahrir, au Caire, le 25 janvier 2013

Les Egyptiens, déçus par les décisions arbitraires imposées par la nouvelle dictature théocratique des Frères musulmans, ont décidé de relancer leur révolution et de rectifier sa trajectoire. Ils n’ont pas renversé une dictature pour en installer une autre, encore plus obscurantiste.

Un manifestant égyptien, place Tahrir, au Caire, au deuxième anniversaire de la révolution. AFP/MOHAMMED ABED

Tip A Friend  Envoyer par email impression Imprimer cet article 

Mais à l’occasion du deuxième anniversaire de la révolution du 25 janvier 2011, qui a renversé Moubarak le 11 février suivant, les héritiers de l’ancien dictateur utilisent les mêmes méthodes qui lui avait permis de se maintenir au pouvoir durant trois décennies, et qui, paradoxalement, ont précipité sa chute : la violence étatique. Ce vendredi, les Egyptiens sont descendus dans la rue par centaines de milliers pour manifester contre le régime islamiste des Frères, réclamer le départ de Mohamed Morsi, et la rédaction d’une nouvelle constitution. Ils ont incendié plusieurs permanences des Frères musulmans et de leur parti politique, « Justice et Liberté ». La police a chargé violemment les manifestants et les accrochages se sont multiplés au Caire, à Alexandrie, à Ismaïlia, à Kafr Echeïkh et à Suez notamment. Les manifestants appellent à investir le Parlement et à encercler Majliss Echoura (Conseil consultatif)... Plus de 110 personnes ont déjà été blessés.

voir le zoom : Un manifestant blessé allongé sur le sol place Tahrir, au Caire, le 25 janvier 2013

Les Egyptiens semblent décidés à aller jusqu’au terme de leur mouvement, d’autant plus qu’ils n’ont plus rien à perdre : l’économie est sinistrée, le tourisme, l’une des principales ressources de l’Etat en devise, est au ralenti. Et comment en être autrement puisque la nouvelle Egypte, jadis qualifiée de musée à ciel ouvert, interdit la mixité, la musique, l’alcool et veut couvrir les statues à défaut de les détruire ? L’autre ressource en devises, le Canal de Suez, est aussi menacée. Le président Morsi est sollicité par le Qatar pour lui céder ce symbole de la souveraineté et de la fierté égyptienne, contre quelques milliards de dollars, indispensables pour éviter la banqueroute. Mais après ?


Les Egyptiens s’interrogent : que reste-t-il de l’Egypte, héritière de la grandeur des Pharaons ? Que reste-t-il de l’Egypte, Oumm Al-Dunya (Mère du Monde) ? Comment ce beau et grand pays se redressera-t-il avec des dirigeants au rabais, qui critiquent le FMI avant de solliciter son aide ? Des dirigeants qui ne voient pas plus loin que leur nez et qui critiquent l’intervention française au Mali ? Des dirigeants qui se voilent la face et font preuve d’une hypocrisie légendaire, en refusant toute ingérence étrangère en Syrie, alors qu’ils ont applaudi et exploité le coup de fil de Barack Obama à Moubarak lui demandant de quitter le pouvoir au terme de deux semaines de mobilisation. Le Même Obama, et ses alliés de circonstances, les Frères musulmans Egyptiens, cautionnent par leur silence les massacres commis par Bachar Al-Assad !

Pour toutes ces raisons, les Egyptiens se mobilisent, et ils ont bien raison. Même les femmes égyptiennes, du quartier Sayda Zeinab, un quartier traditionnellement conservateur, ont quitté le voile et ont manifesté contre l’ordre islamiste moralisateurs, brandissant les portraits des stars Oum Kalthoum, Hoda Chaaraoui et Souad Hosni, des symboles de la libéralisation de la Femme égyptienne dans les années 1940 et 1950... (Photo Al Yaoum Al Sabeh) Les Egyptiens n’ont pas renversé la dictature de Moubarak pour introniser celle des islamistes. Tout comme les Tunisiens, qui n’ont pas encore dit leur dernier mot. De ce fait, notre éditorial du 07 octobre 2012 reste plus que jamais à l’ordre du jour : L’espoir n’est pas interdit. Ils se radicalisent et se ridiculisent : comment les islamistes précipitent-ils leur chute ?

Dario S.

<strong>Carte de localisation du Caire, d’Alexandrie et d’Ismaïliya où ont lieu des manifestations anti-Morsi</strong> <span>Face à ses adversaires, M. Morsi se prévaut d’être depuis juin dernier le premier président civil et démocratiquement élu du pays, et a promis de gouverner pour tous les Egyptiens .</span> <span> - AFP - </span>

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis