Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 15:24

 

 

Gold (Copier)

 

 

Manfred Gerstenfeld interviewe l’Ambassadeur Dore Gold

 

 

 

“Israël ne peut pas compter sur le soutien de l’Europe, lorsque surviennent des votes cruciaux à l’Assemblée Générale de l’ONU. On a pu en avoir une nouvelle preuve, lors du vote de l’Assemblée Générale de novembre 2012, visant à offrir le statut d’Etat non-membre observateur aux Palestiniens. La République Tchèque était le seul état européen à voter contre l’initiative palestinienne. C’est vrai, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne étaient parmi les principaux états européens à s’abstenir ; mais la Belgique, Chypre, la France, la Grèce, l’Italie, le Portugal et l’Espagne ont tous appuyé les Palestiniens.

 

“On doit insister sur le fait que l’Europe a signé l’Accord Intérimaire d’Oslo II, en 1995, qui interdit juridiquement les actes unilatéraux de cette sorte, mais cela n’a pas arrêté les Etats européens dans leur volonté de voter aux côtés des Palestiniens. De plus, depuis de nombreuses années déjà, l’Assemblée Générale de l’ONU fait passer environ 20 résolutions anti-israéliennes par an. Dans certains cas, les Européens s’abstiennent, pourtant, la plupart soutient ces résolutions, ensemble avec le mouvement des non-alignés (MAN) ».

 

 Dore Gold est Président du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, depuis 2000. Il a été ambassadeur d’Israël auprès des Nations-Unies entre 1997 et 1999.

 

Il poursuit : “Si on veut obtenir une bonne perspective sur la façon dont l’attitude de l’Europe envers Israël s’est dégradée, de plus en plus, au cours des dernières années, il est utile de se rappeler comment le droit d’Israël de préserver des frontières sécurisées s’est érodé, avec l’assistance active de l’Europe. Après la Guerre des Six-Jours de 1967, c’est la Grande-Bretagne qui a aidé à rédiger la résolution 242 du Conseil de Sécurité, appelant à un retrait israélien « de territoires », mais non de « tous les territoires », de façon à pouvoir obtenir des « frontières sûres et reconnues ».

 

“Mais, dès que la Grande-Bretagne a rejoint la Communauté Economique Européenne (CEE), en 1973, sa position concernant les droits d’Israël a eu tendance à s’aligner sur les lignes directrices européennes. La CEE a diffusé une résolution conjointe, le 6 novembre 1973, qui insistait sur le retrait complet d’Israël sur les lignes d’armistice de 1949. Cela allait à l’encontre de la Résolution 242 du Conseil de Sécurité. La diplomatie européenne a, à certaines occasions, aussi cherché à affaiblir les revendications d’Israël sur Jérusalem et même à saper la position d’Israël sur la partie occidentale de la Ville.

 

“Une attitude européenne similaire était manifeste, lors des Sessions Spéciales d’Urgence de l’Assemblée Nationale. Ces pays sont invités, dès qu’environ 90 états membres y sont convoqués. Une telle session peut avoir lieu à n’importe quel moment de l’année, pas seulement quand l’Assemblée Générale est réunie en session, entre septembre et décembre. Le plus fréquemment, l’ONU n’est pas désireuse de prendre des mesures contre le génocide. Elle n’a pas réussi, par exemple, à convoquer le Conseil de Sécurité ou les Sessions Spéciales d’Urgence de l’Assemblée Générale, pour le Rwanda ou le Darfour au Soudan.

 

“Cela dit, les Sessions Spéciales d’Urgence ont pu se donner libre cours, avec le soutien européen, pour discuter de problèmes extrêmement marginaux, concernant la paix mondiale et la sécurité, à partir du moment où Israël était impliqué. Par exemple, en juillet 1997, les Etats arabes sont parvenus à convoquer une Session Spéciale de l’Assemblée Générale de cet acabit. Cela traitait des pratiques de construction israélienne, à Jérusalem-Est, à Har Homa, une colline désertique. Dans toute l’histoire de l’ONU, à peine dix sessions spéciales d’urgence ont eu lieu. Souvent, c’est la même session qui a été re- convoquée plusieurs fois de suite. Presque toutes traitaient du Moyen-Orient et d’Israël.  

 

“J’étais ambassadeur d’Israël à l’ONU quand la Session Spéciale d’Urgence, qu’on vient d'évoquer, s’est réunie pour mettre Har Homa sur la sellette. J’ai fait une recherche pour savoir si elle s’était réunie quand les Soviétiques ont envahi l’Afghanistan ou la Tchécoslovaquie, quand le Vietnam a envahi le Cambodge, ou la Turquie a envahi Chypre, ou quand l’Inde a envahi le territoire pakistanais, ou quand le Maroc a envahi le Sahara Occidental.

 

“Il s’est avéré qu’en cinquante ans d’existence, depuis la signature de la 4ème Convention de Genève, la Communauté Internationale n’a jamais recommandé la réunion des pays –membres contractant au plus haut niveau, dans aucun conflit. Le seul dossier qui demeure, jusqu’à aujourd’hui, concerne la construction d’appartements sur une colline de Jérusalem. Cette session a été décidée avec le soutien total de l’Europe. De surcroit, cette montée au créneau a conduit à la politisation des lois internationales humanitaires et à l’affaiblissement des conventions internationales.

 

“Beaucoup de gens vivent dans l’illusion que les relations d’Israël avec les Nations-Unies – et, par conséquent, aussi les Européens votant les cadres légaux qu’elle préconise- se sont réellement améliorées au cours des années 1990, durant la période où les Accords d’Oslo se sont instaurés. Une des premières choses que j’ai faites quand je suis arrivé à New-York, en 1997, a été de compulser les livres épais sur les cadres de vote, afin de voir comment les divers membres de l’ONU se pronçaient sur les problèmes cruciaux ayant trait à Israël.

 

“Mes découvertes se sont avérées exactement inverses à ce mythe d’un idylle merveilleuse entre Israël l’ONU, au cours des années 1990. Le premier Accord d’Oslo a été signé le 13 septembre 1993. En moins de trois mois et un jour, à partir de cette signature, le 14 décembre 1993, l’Assemblée Générale de l’ONU a commencé à adopter sa longue liste habituelle de résolutions anti-israéliennes.

 

“En juillet 2004, l’Assemblée Générale a adopté une résolution soutenant l’opinion du conseil de la Cour Internationale de Justice contre la barrière de sécurité qu’Israël construisait pour se protéger. On aurait pu s’attendre à ce que l’UE s’abstienne au cours de ce scrutin. Mais, avec la France à sa tête, l’Union Européenne a voté pour cette résolution.

 

“Les Européens ont, de longue date, des normes à double-standard d’une portée considérable, concernant la façon dont ils traitent Israël, d’un côté, et le Monde Arabe, de l’autre. Ils font pression sur Israël et marchent sur des œufs, dès qu’il s’agit des Etats arabes ou islamiques radicaux. De là à diaboliser le peuple juif tout entier, il n’y a qu’un pas. Ce processus soude l’antisionisme et les assauts contre les droits légitimes du peuple juif, à l’antisémitisme. Le fondement de cette perception a été posé grâce au soutien de l’UE.

 

“La position européenne à l’ONU n’est pas seulement un indicateur important de l’iniquité politique européenne envers Israël, mais aussi de sa propre faillite morale. L’Europe n’est jamais en posture de présenter pour Israël des remèdes à sa situation sécuritaire. Il est difficile de comprendre la source de cette faiblesse intellectuelle de l’Europe. Je me demande toujours si c’était pour de pures convenances politiques, ou ces représentants croient vraiment en ce qu’ils font et disent ».

 

L’Ambassadeur Gold conclut : “L’antisémitisme chrétien traditionnel est fondé sur des arguments théologiques. L’antisémitisme moderne repose sur une argumentation politique. Pourtant, tous les deux emploient de fausses accusations classiques contre le peuple juif ».

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

 

Adaptation : Marc Brzustowski.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis