Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 07:46

 

 

 

 

 

Lire aussi :

Double Standard - Ben Laden contre CheikhYassine

>Obama en faveur de la mosquée à Ground Zéro ou j'irai cracher sur vos tombes..


Shameless Obama at GZAMERICA IS BACK Le Point
C’est un triomphe pour Barack Obama, qui a, comme toujours, la victoire modeste. Sa stratégie de lutte ciblée contre Al-Qaida porte ses fruits, en rupture avec la désastreuse « guerre globale contre la terreur » de son prédécesseur, George Bush. L’Amérique peut enfin, au bout de près de dix ans de travail, de deuil inachevé, tourner la page du 11-Septembre. Jean-Pierre Filiu (historien spécialiste du djihadisme, Institut d’études politiques de Paris)
Il est très important de ne pas laisser des preuves photographiques dans la nature comme un outil d’incitation (à la violence) ou de propagande. Ce n’est pas dans notre genre. Nous n’arborons pas ce genre de choses comme des trophéesObama
Quels que soient les actes attribués à Ben Laden, l’assassinat d’un être humain désarmé et entouré de sa famille constitue un acte odieux. Castro
Nous condamnons l’assassinat de tout moujahid (combattant islamique) et de tout individu, musulman ou arabe, et nous demandons à Dieu de lui accorder sa miséricorde.  Si cette nouvelle est vraie, nous pensons que c’est la poursuite de la politique d’oppression américaine fondée sur l’effusion du sang des Arabes et des musulmans. Ismail Haniyeh (Hamas, Gaza)
Les Arabes et les musulmans sont des êtres humains et l’Occident doit les traiter avec dignité, qu’ils soient des partisans ou des opposants à Oussama Ben Laden. (…) Il y a des règles morales à respecter, et l’effusion de sang arabe et musulman par des Américains ou d’autres n’est pas permise. Khaled Mechaal (Hamas, Damas)
Ben Laden était un homme, qui malgré ses défauts, a forcé les criminels à être vigilants. Al-Akhbar (quotidien proche du mouvement chiite Hezbollah) 
C’est surprenant à quel point le crime et l’assassinat se sont banalisés et comment ils sont célébrés. Avant, les gouvernements impérialistes respectaient au moins les formes. Maintenant, les chefs des gouvernements qui bombardent célèbrent la mort de n’importe quel individu, indépendamment des accusations qui pèsent sur lui. Et pas uniquement d’éléments hors-la-loi comme Oussama Ben Laden, mais aussi de présidents, de familles de présidents. (…) L’empire n’a plus d’autre issue, l’issue politique, l’issue diplomatique sont dépassées. La seule chose qui reste est l’assassinat. Elias Jaua (vice-président vénézuélien)
L’élimination de Ben Laden relance le débat et les anciens de l’équipe Bush refont surface ces jours-ci en tentant de justifier l’usage de la torture. Ils essaient de prouver aujourd’hui que leur politique était la bonne et que l’usage de méthodes d’interrogatoire poussées était justifié. Le débat fait rage, mais le New York Times, par exemple, a pris position aujourd’hui, dans un éditorial très clair : rien ne peut justifier l’usage de la torture. (…) Cela illustre bien le paradoxe américain. Les Américains, et Barack Obama en particulier, sont profondément attachés aux libertés publiques qui sont inscrites dans leur Constitution et que la Cour suprême réaffirme régulièrement. Pourtant, depuis le 11 septembre 2001, ils se sont souvent trouvés en porte-à-faux à ce sujet. Obama a en effet fait campagne sur la promesse de fermer le camp de Guantanamo, mais trois ans plus tard, il y a toujours 172 prisonniers dans ce camp militaire. Il est aussi étonnant, pour des Européens, d’entendre un président d’un pays démocratique dire que Oussama Ben Laden « a eu ce qu’il méritait », alors qu’on peut considérer qu’il a été exécuté sommairement sans autre forme de procès. C’est l’Amérique de l’après-11-septembre. Il faut aussi rappeler que dans plusieurs Etats américains, la peine de mort est toujours en vigueur et pratiquéeLe Monde
La France condamne l’action conduite contre Cheikh Ahmed Yassine qui a fait dix morts palestiniens comme elle a toujours condamné le principe de toute exécution extrajudiciaire, contraire au droit international. La pratique des exécutions extrajudiciaires viole les principes fondamentaux de l’Etat de droit sans lequel il n’y a pas de politique juste et efficace possible, y compris en matière de lutte contre le terrorisme. Cette pratique des forces armées israéliennes doit cesser. Au-delà de son caractère illégal, l’attaque d’hier risque d’être contre-productive au plan politique.Jean-Marc De La Sablière (représentant français à l’ONU, 2004)
Quand Israël a éliminé les deux chefs précédents du Hamas, le ministre des affaires étrangères britannique a déclaré:  » les éliminations ciblées de cette sorte sont illégales et injustifiées. (…) Maintenant la Grande-Bretagne applaudit l’élimination ciblée d’un terroriste qui a mis en danger ses soldats et citoyens. Quelle est la différence, si ce n’est qu’Israël ne peut jamais trouver grâce aux yeux de beaucoup dans la communauté internationale. Alan Dershowitz
Cette action a donc été minutieusement planifiée, préparée, commandée et exécutée. (…) Sauf que l’on a assisté, aussitôt après l’annonce solennelle de la part du Président Obama de la mort de l’ennemi public n°1 de l’Amérique, à une cacophonie médiatique mal orchestrée, erratique, incohérente. Des informations sporadiques essentielles filtrent dans la presse, ou pire sont présentées officiellement au compte gouttes, sans fil directeur et visiblement non préparées, par des intervenants qui semblent improviser.  (…) Les révélations médiatiques relevaient de la plus grande prudence et du plus extrême sang froid. Or, mise à part l’annonce présidentielle dans la nuit du 1er au 2 mai, manifestement bien préparée et mise en scène, la suite de la « manœuvre médiatique » américaine donne la fâcheuse impression d’avoir été improvisée, bâclée. Nous vivons à l’ère de la communication : c’est la phase finale de toute manœuvre, guerrière ou pas, qui ne doit pas être ratée, au risque de gâcher les phases précédentes. La réussite complète est à ce prix. Général Abel Pertinax (ancien haut-responsable de l’armée française)
a-t-il jamais eu de chef occulte plus pathétique ou de chef planqué ayant davantage autorisé la mise à mort de simples spectateurs? (…)  Par contre, (…)  le discours d’Obama n’aura aucune valeur s’il s’attend à ce que nous continuions à armer et financer les mêmes personnes qui ont fait de cette traque une entreprise si inutilement longue, difficile et coûteuse. Christopher Hitchens
En privant le monde de l’image d’un Ben Laden mort, les autorités américaines agissent comme si la mise à mort du leader d’Al-Qaida le privait du droit à l’image. Pourtant, dans notre « civilisation de l’image », priver une personne publique de visibilité, fusse-t-elle considérée comme négative et morte, semble nourrir l’imaginaire collectif de manière encore plus radicale que le manque de sépulture. (…) De manière étrange, le refus de l’image de ce qui semblait être un trophée de guerre pour les Américains résonne comme un aveu de culpabilité ou d’impuissance des Etats-Unis dans la gestion même de cette victoire. Comme si ce succès sonnait le départ d’une bataille encore plus terrible que la précédente. Irène Costelian

L’honneur de l’Amérique  sous Obama n’aurait-il décidément pas été assez flétri?

A l’heure où l’évidemment heureuse élimination  du cerveau diabolique du 11 septembre et de tant d’autres assassinats de masse révèle à nouveau, outre l’habituel double jeu des régimes musulmans comme un Pakistan  hébergeant depuis des années à la barbe de tous le terroriste le plus recherché de la planète, la véritable engeance des amis, du Hamas au Hezbollah et des gérontocrates cubains au bouffon vénézuélien, de nos Mélenchon et autres Besancenot …

Comment ne pas voir l’indécrottable naïveté ou plus justement l’impardonnable cynisme de ces prétendus défenseurs de la démocratie et de la liberté qui, avec l’énième réconciliation Fatah-Hamas, en sont encore à exiger des concessions à Israël devant le dernier subterfuge de ceux qui prônent ouvertement sa disparition?

Comment continuer à accorder le moindre crédit à des médias qui n’ayant toujours pas compris 10 ans après qu’un camp de prisonniers de guerre n’a jamais eu vocation à juger ses détenus mais à les empêcher de rejoindre le champ de bataille jusqu’à la fin des hostilités et après les monceaux d’insanités accumulées contre le véritable architecte de la traque enfin récompensée du tueur de masse saoudien fêtent aujourd’hui, de la part de son successeur paradant en couverture du Point, un acte qu’ils n’ont eu de cesse de condamner quand il venait de son prédécesseur ou des dirigeants israéliens ?

Comment conserver quelque respect que ce soit pour celui qui contre les victimes elles-mêmes défendait il y a quelque mois encore l’ultime défiguration de Ground Zero par les tenants de la religion au nom de laquelle l’abomination y avait été commise et se permet aujourd’hui, comme l’a bien perçu l’ancien président Bush qui a très intelligemment refusé de se joindre à lui, de venir y faire son numéro pour le seul bénéfice de sa propre réélection ?

Mais surtout comment ne pas être inquiet,  au moment où par l’incompréhensible refus, outre l’incroyable  cafouilage de l’annonce, d’en publier les images  d’un président plus calamiteusement politiquement correct que jamais …

jcdurbant

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis