Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 19:03

 

 

1646857 3 d505 photo-satellite-du-site-de-parchin-en-iran e

Le Centre nucléaire de Parchin 

 

Téhéran a, cette semaine, durci ses politiques nucléaires et militaires, par défiance envers des sanctions plus fermes et en préparation de pourparlers nucléaires internationaux. La menace proférée par l’Adjoint en chef des forces armées de l’Iran, le Général Mohammad Hejazi, d’une frappe préventive contre ses « ennemis », était accompagnée de son refus de permettre aux inspecteurs de l’observatoire nucléaire de l’ONU de visiter l’installation de Parchin, à la suite de quoi le Chef de l’AIEA a interrompu leur mission.

 

 

Les experts des renseignements occidentaux et israéliens en ont conclu que le transfert de l’enrichissement d’uranium à 20% vers le site souterrain de Fordo près de Qom a permis à l’Iran d’écourter les délais d'obtention de la production d’un niveau de 90% (nécessaire aux armes atomiques) d’ici six semaines.

 

Le Chef de l’Agence Internationale à l’Energie Atomique, Yukiya Amano a declaré mardi 21 septembre au soir : « Il est décevant que l’Iran n’ait pas accepté notre requête de visiter Parchin ». C’est le site où l’Iran mène ses expériences en explosifs nucléaires et en composants déclencheurs.

 

Cet euphémisme diplomatique intervient au beau milieu de trois revers majeurs, dans la quête d’une solution non-militaire pour arrêter la quête de l’Iran vers l’accès à la bombe nucléaire :

 

1.L’Iran a disposé un énorme obstacle au milieu du passage vers une relance des négociations avec les six puissances mondiales, sur laquelle le Président américain a fondé sa stratégie visant à éviter une guerre pour stopper son programme d’armes nucléaires. Cette stratégie dépendait massivement du consentement éventuel de l’Iran à rendre ses projets nucléaires totalement transparents, comme son conseiller à la Sécurité Nationale, Tom Donilon, l’a assuré mordicus aux dirigeants israéliens, plus tôt dans la semaine.

 

Le lendemain du jour où Donilon achevait ses discussions en Israël, les inspecteurs de l’ONU étaient renvoyés une main derrière une main devant de Téhéran, histoire d’en finir pour de bon avec tout espoir de transparence.

 

On leur a aussi interdit tout entretien avec Mohsen Fakrizadeh, le directeur du projet Parchin, qu’on considère aussi, en Occident, comme le chef primordial du programme nucléaire militaire de l’Iran.


2.  Le transfert de l’enrichissement d’uranium à 20% à Fordo est considéré par les experts des renseignements occidentaux et israéliens avoir accéléré le rythme d’enrichissement de vastes quantités d’uranium à 20% vers le niveau requis pour fabriquer des armes et raccourci, à une durée estimée à six semaines, le temps nécessaire pour armer une bombe nucléaire, dès la prise de décision à Téhéran.

 

Le Premier ministre Binyamin Netanyahou, le ministre de la défense Ehud Barak et le chef d’Etat-Major, le Lieutenant-Général Beny Gantz ont expliqué au responsable américain qu’Israël ne pouvait pas se permettre de vivre avec un Iran capable de fabriquer une bombe nucléaire en l’espace de quelques semaines.

 


3. La menace que l’Iran n’attendra pas que “ses ennemis” –Israël et/ou les Etats-Unis – le frappent et qu’il agira en premier.

 

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney a répondu à ses revers en affirmant, mardi soir : « Israël et les Etats-Unis partagent le même objectif, qui est d’empêcher l’Iran d’acquérir une bombe nucléaire », ajoutant, cependant : « Il y a suffisamment de temps et d’espace pour faire marcher la diplomatie et pour que l’effet des sanctions  ait pour résultat un changement de comportement de l’Iran ».

 

Vu d’Israël, le comportement iranien a déjà changé  - et pour le pire. Ses tactiques, au cours des derniers jours, ont exacerbé la menace de l’Iran suspendue au-dessus de sa tête et l’ont fortement rapprochée dans le temps.

 

Des sources du renseignement militaire israélien ont affirmé mercredi 22 février, que la position stratégique et militaire d’Israël au Moyen-Orient avait subi un net recul. L’échec de la mission de l’AIEA et la menace d’action préventive de la part de Téhéran présentent la double menace d’un armement nucléaire plus précoce de l’Iran, conjugué à une action militaire destinée à saboter les préparatifs d’Israël en vue d'une frappe sur ses installations militaires.

 

Comme une source israélienne le présente : “Depuis mercredi les règles du jeu ont changé”.

 

http://www.debka.com/article/21760/

 

DEBKAfile Reportage exclusif 22 février 2012, 9:06 AM (GMT+02:00)

Adaptation : Marc Brzustowski

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Roberto 23/02/2012 05:40

Décevant OBAMA. Triste clown que ce Président OBAMA qui ouvre à l'Iran un boulevard pour construire la bombe. Les Iraniens ne s'en cachent pas ils construisent des missiles capables d'atteindre la
côte Est des Etats Unis, pendant que OBAMA joue "les danseuses" et fait des pointes avec aux pieds des petits chaussons de rats d'opéras. Une véritable nouille dirige l'Amérique, il tergiverse, et
fait croire qu'il a la situation en main, alors que justement, la situation lui file entre les doigts. Les USA n'ont jamais eu une tel guenille comme Président, et le monde entier risque de le
payer très cher. Comme nous l'avions prèsentie, ISRAEL est seul, le dos au mur. OBAMA se montre dans des fêtes pour enfants, et n'a pas cessé depuis des mois de prendre des claques que lui
infligent les IRANIENS. Plus vite les Israéliens frapperont vite et fort, et mieux cela vaudra. Il faut que le monde libre sache une bonne fois pour toute que les alliés ne peuvent pas compter sur
les USA, parce que ce pays est actuellement dirigé par le "Président" le plus inefficace que ce pays n'a jamais eu.

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis