Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 12:03

 

 

Manfred Gerstenfeld interviewe Elma Drayer

 

Elma Drayer (Copier)

Elma Drayer

 

 

“Le 11 septembre 2001 a représenté un tournant aux Pays-Bas. Au cours des semaines suivantes, il y a eu des troubles dans l’Ouest d’Amsterdam, où vivent de nombreux Musulmans. Autour de cette période, j’ai écrit un article à propos d’une petite synagogue située dans ce secteur de la ville. A peine quelques semaines plus tard, de jeunes Marocains ont lancé des pierres aux Juifs qui sortaient de la synagogue. J’ai alors appelé la police pour qu’elle enquête sur ce qui était en train de se passer. Le porte-parole de la police m’a déclaré : « Je préférerais que vous ne prêtiez pas trop d’attention à cela. Ces gens-là sont déjà dans une situation tellement défavorisée ! ». Il ne parlait, évidemment, pas des Juifs qui prennent des pierres sur la tête, mais bien des Musulmans qui leur lancent les cailloux. Les coupables sont ainsi devenus des victimes et les victimes réelles sont considérées comme responsables de ce qui leur arrive ».

 

Elma Drayer a travaillé pour le quotidien hollandais Trouw de 2001 à 2010. Elle y a débuté comme rédactrice en chef, et, par la suite en tant que journaliste. Actuellement, elle est journaliste free-lance (indépendante).

 

 

Drayer explique qu’on doit interpréter cette anecdote dans un contexte plus vaste : « Depuis ces dernières années, on entend des déclarations publiques qui étaient considérées comme socialement inacceptables aux Pays-Bas, après la Seconde Guerre Mondiale. Après la guerre, néanmoins, l’antisémitisme restait massivement réprimé. A présent, les gens parlent des Juifs d’une manière de plus en plus condescendante. C’est aussi lié au changement de position d’Israël. On ne peut pas dissocier cette atmosphère anti-israélienne de l’antisémitisme.

 

 

“A cela, on doit ajouter que beaucoup de gens ne prennent pas les Musulmans au sérieux, mais les regardent avec pitié. C’est une nouvelle forme d’expression de l’ancien paternalisme. Pourtant, si quelqu’un déclare que cette construction joue un rôle essentiel dans la façon dont on juge Israël, il fait l’objet de réactions, telles que : « On ne vous permet pas de dire quoi que ce soit sur Israël, sans que vous soyez immédiatement classé comme antisémite ».

 

“Dans un article sur la conférence des négateurs de la Shoah à Téhéran en 2006, j’ai écrit : “Peut-être ai-je manqué quelque chose, mais je n’ai pas vu de Juifs en colère hurlant dans nos rues, et défilant devant l’Ambassade d’Iran. Je ne les ai pas entendus chanter « Tous les Musulmans sont des menteurs ». Nulle part, je n’ai vu de portrait d’Ahmadinedjad en flamme. Pourtant, cette conférence constitue une provocation incroyable. De l’autre côté, il suffit de bien peu de provocation au monde musulman pour qu’il explose. Il suffit pour cela de se souvenir des réactions aux caricatures de Mahomet.

 

“En 2007, le Centre d’Information et de Documentation sur Israël (CIDI) a publié un rapport. Il offrait une vision nuancée des incidents aux Pays-Bas qui ont augmenté de 64% en 2006. Les trois principaux journaux nationaux de « qualité », dont le mien fait partie, n’ont pas répercuté cette information. J’ai donc écrit un article sur ce sujet. L’un de mes collègues est entré dans une colère noire, parce que je notais que notre journal n’avait pas fait mention de ce rapport.  Il insistait sur le fait que le CIDI était une organisation juive de lobbying –ce que j’avais, pourtant, explicitement notifié – et que les données fournies n’étaient pas aussi mauvaises que cela. Personne n’aurait fait ce type de commentaire totalement infondé à propos d’aucune autre forme d’observation des phénomènes racistes. Dès que cela concerne les Juifs, le rapport est brusquement « subjectif et peu fiable ». Après un jour aussi pénible, j’ai dû chercher un peu de soutien de la part de l’un des rares journalistes du journal qui partageait ma vision des choses. Parfois, je me suis sentie très isolée dans le travail que je faisais là.

 

“Lorsque l’arbre qu’Anne Frank percevait depuis l’endroit où elle se cachait s’est presque effondré, en 2007 – il est réellement tombé en 2010 -, cela a donné lieu à un débat national. J’ai écrit que, nous autres, aux Pays-Bas, rendions les  honneurs aux Juifs morts. Par contre, nous ne souhaitons pas avoir trop de contacts avec les Juifs vivants, particulièrement ceux qui vivent en Israël.

 

De toute évidence, on ne considère pas ce que j’écris au sujet d’Israël comme relevant de l’opinion normale. Les gens me disent souvent : « [Pour écrire de telles choses], Madame Drayer, vous devez sûrement être juive ». Ils pensent qu’il n’y a que les Juifs qui peuvent exprimer des positions comme celles que j’exprime. Je prendrais comme un honneur le fait d’être juive, mais je ne le suis pas. J’exprime simplement mon point de vue. J’ai même entendu des collègues dire que les journalistes juifs ne devraient rien écrire à propos des immigrés non-occidentaux, parce qu’ils ont des préjugés sur eux. Selon moi, ces propos sont très antisémites. D’un autre côté, je reçois beaucoup de réactions positives de la part de lecteurs, ce qui m’apporte un sentiment d’équilibre, qui est le bienvenu.  

 

“J’ai lu la Charte du Hamas qui promeut le meurtre de tous les Juifs. Pourtant, les gens n’en ont strictement rien à faire de découvrir ce qui y est écrit noir sur blanc. L’une des comparaisons qui sert de lieu commun aux Pays-Bas, est celle qu’on établit entre les Juifs et les Musulmans. Elle donne la fausse impression que les Musulmans sont les victimes du peuple hollandais de la même façon que les Juifs l’ont été. Cela s’exprime comme : « L’Islamophobie est le nouvelle antisémitisme ».

 

“Je vis, maintenant, depuis de nombreuses années, à proximité d’une synagogue d’Amsterdam. Lorsqu’il y a des offices le samedi, la police est de garde. Cela ne choque plus personne dans le voisinage. Pourtant, cela représente un véritable scandale que cela soit nécessaire».

 

Ceci est une version abrégée d’une interview parue en néerlandais dans le livre bestseller de  Manfred Gerstenfeld : The Decay: Jews in a Rudderless Netherlands (2010).  [La décadence : Juifs dans une Hollande sans gouvernail » (2010).     

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld préside le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.


Adaptation : Marc Brzustowski

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis