Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 23:21

Ci-joint un texte qui démontre que les thèses négationnistes de l'existence d'un peuple Juif font les beaux jours d'une Eglise qui n'a eu de cesse de tenter d'effacer jusqu'aux traces de cette existence, à travers les siècles, et qui persiste diaboliquement dans ses erreurs, 65 ans après la tentative d'Hitler d'en finir à jamais avec cette culture, tout en manipulant certains Juifs à propos de "dialogue".  Les thèses négationnistes soutenues, comme celles des "Khazars", etc., sont depuis longtemps démontées par tous les historiens et spécialistes sérieux de l'Antiquité. Mais, voulant légitimer les attitudes de défiance anti-judaïque de leur porte-parole, Benoît XVI, l'officine vaticane pousse la récupération historique jusqu'à s'appuyer sur une littérature de second ordre, pour se dresser comme le "Verus Israel". La seule légitimité de l'Eglise de Rome reposerait donc sur la "géniale extermination" de tous les Juifs d'Afrique du Nord et de Judée, grâce aux légions des empereurs païens et polythéistes, dispatchés par la même Cité-Empire. Et il est normal que tous ces "Juifs" aient disparu puisqu'ils ne reconnaissaient pas la seule "vérité" possible, celle des dogmatiques à l'esprit étroit. Puisque ni "Juifs" ni "Hébreux" n'existent plus, il est naturel que les dernières survivances se "convertissent" à leur propre disparition. L'Eglise pratique le génocide culturel instruit et bienveillant et en tire toute sa gloire Ou les Eduméens toujours égaux à eux-mêmes!. Dans le tout dernier paragraphe, nous sommes invités à comprendre la non-reconnaissance de l'Etat Juif d'Israël dans les demi-mots de Benoît XVI, en soutien aux Palestiniens, à "cause" de "certains évènements du XXè siècle" : à savoir la naissance de l'Etat d'Israël qui viendrait embrumer les esprits et s'avère être l'épine dans le pied du Vatican, mettant à plat toutes ses théories fumeuses.


Dimanche 7 février 2010

Un lecteur répond ainsi à mes demandes d'éclaircissement du 19 janvier sur l'antijudaïsme, et apporte d'utiles précisions:

Il y a des confusions  entre les concepts suivants:
- hébreux

- « juifs » avant la redéfinition du judaïsme par les pharisiens au premier siècle / judaïsme du second temple

- « juifs » après cette redéfinition / judaïsme actuel (rabbinique / talmudique)

Hébreux:

Le concept d' «Hébreu» fait référence à une peuplade de race sémitique, à sa langue et à sa religion.

Si beaucoup d'Hébreux étaient polythéistes, la codification de la loi par Esdras a fini par imposer le monothéisme.

Le peuple hébreu cessa d'exister aux premiers siècles après Jésus Christ, parce que:

- une grande partie se convertit au christianisme et se mélangea aux autres peuples;

- le reste s'endurcit dans la voie pharisienne, mais fut exterminé: ceux d'Afrique du Nord par l'empereur Trajan, ceux de Palestine par l'empereur Hadrien (qui devint un pays interdit aux Juifs jusqu'à l'invasion arabe).

Il y eut quelques Juifs qui survécurent ponctuellement, comme à Babylone. Le prosélytisme étant autorisé par la religion pharisienne, ils eurent des convertis parmi les autres peuples, si bien qu'on ne peut plus parler de la survivance d'un « peuple hébreu».

Au contraire, un peuple du sud de la Russie se convertit en masse au Moyen-Âge au judaïsme (d'où les juifs ashkénazes) et il y eut beaucoup de conversions au Maghreb (d'où les juifs sépharades).

Les « Juifs » d'aujourd'hui ne sont absolument pas des Hébreux. Le mot «antisémite» n'a pas de sens pour les Juifs des deux derniers millénaires, car ces Juifs ne sont pas de race sémitique.

« Juifs » avant la redéfinition du judaïsme par les pharisiens au premier siècle (judaïsme du second temple):

Après leur retour d'exil de Babylonie, les Hébreux reconstruisent le temple de Jérusalem. On désigne donc cette période comme celle du « second temple ». Elle s'achève avec la destruction de ce second temple en 70 après Jésus Christ, sous l'empereur Titus.

Le monothéisme, codifiée dans les lois d'Esdras finit par s'imposer à l'ensemble du peuple. Cependant, ce monothéisme reste « large », comme celui des chrétien, et n'est pas strict comme le sera celui des Juifs après cette période ou comme le sera celui des musulmans.

Beaucoup de Juifs croyaient en une « seconde puissance » dans le ciel, une sorte de "binité" où on peut voir certaines affinités avec la trinité chrétienne. Beaucoup adoraient aussi les anges, à l'instar de la vénération des chrétiens pour les saints ou pour la vierge Marie. La diversité de ce judaïsme peut se voir à travers les écrits de la littérature hénochite ou avec celle des rouleaux de la Mer Morte. Le monothéisme chrétien a sa place parmi ce judaïsme du second temple large d'esprit, et c'est uniquement dans ce sens qu'on peut dire que Jésus de Nazareth, Paul et les autres disciples du Christ étaient « juifs ».


« Juifs » après cette redéfinition / judaïsme actuel (rabbinique / talmudique):

Le succès du christianisme entraîna une réaction hostile des pharisiens et une polarisation. Après la révolte nationaliste juive en Palestine tous les Juifs présents en Palestine furent exterminés par les armées de Titus. Ceci fit aussi disparaître les membres des courants nationalistes juifs (y compris ceux ce la diaspora montés prêter main forte en Palestine). Cela laissa alors le champ libre aux extrémistes religieux et ce furent donc les pharisiens qui prirent le dessus sur la communauté juive. Ils redéfinirent de manière étroite les concepts de «judaïsme» et de «juif», de manière à exclure les chrétiens. Ils mirent par écrit au cours des siècles leur tradition orale (dénoncée par Jésus dans l'évangile de Saint Marc), donnant naissance au Talmud, le "Nouveau Testament" des juifs. Ils modifièrent l'Ancien Testament dans un sens anti-chrétien (par exemple la «vierge» dans la prophétie d'Isaie est transformée en «jeune fille»). La découverte des rouleaux de la Mer Morte a permis de montrer que l'Ancien Testament grec (la version des Septantes), utilisé par les chrétiens des premiers siècles et par l'Église orthodoxe grecque est plus proche du texte original et que la version masorétique (Ancien Testament en hébreu datant de l'an 1000 environ) a été volontairement «retouché». Voici le sens du mot «juif» actuel, et tel qu'on le trouve déjà dans certains écrits tardifs du Nouveau Testament et très négatifs envers les «juifs», le mot ne désignant déjà plus dans ces passages les juifs de second temple, mais étant employé comme synonyme de «pharisien».


C'est à la lumière des deux définitions (et contextes où elles s'appliquent) du mot «juif» que vous pourrez comprendre les propos de Benoît XVI. Il est possible que les confusions régnantes au sujet de ce mot soient entretenues à cause de certains événements du XXe siècle.



Partager cet article
Repost0

commentaires

P
<br /> Ah, le Pandzer Divizion ! Il n'a pas finit de faire parler de lui ce tartufe consacré.<br /> Ils ont eu beau lui chasser le naturel avec la fourche (du diable), il est revenu au galop depuis sa nomination papale ! Les vieux démons ne meurent jamais.<br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> Bien, merci pour la précision, de façon à ce qu'on évite l'amalgame. Ceci dit, ces tendances qui secouent le Catholicisme ou prétendent le représenter sont cultivées par l'institution centrale et<br /> ses fréquentations douteuses, offrent une large voix (laissant tomber sa proie?)pour revenir sur les fondamentaux anti-judaïques, anti-sionistes, cela n'est pas nouveau. Il n'y a qu'à voir ces<br /> démarches hypocrites du Pape en "Terre Sainte", lorsque le mot "Israël" lui écorche la bouche, ou encore ses appels envers la famille de JC... adressés aux Arabes Palestiniens Chrétiens et<br /> Musulmans et pas aux Israéliens Juifs! Myriem et Issa étaient donc ... Musulmans en l'an 0, soit 600 avt Mohammed... Sans commentaires pour le compas dans l'oeil.<br /> L'Eglise peut ainsi continuer à scier la branche d'olivier sur laquelle est assise, on verra bien jusqu'où ira la chute.<br /> Ce qui lui fait mal, est qu'Israël est vivant. Ca c'est la plaie sur le côté!<br /> Le "dialogue" ne laisse aucun choix et aucun espace de critique. Benoît XVI restera, pour beaucoup d'entre nous, celui qui sera revenu sur ces dogmes qui ne peuvent fonder "l'amour chrétien" que<br /> sur tout ce qui valorise le rejet du "salut par les Juifs" du prophète en question.<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> Pour éviter tout malentendu, je vous signale que l'"Osservatore VATICANO" est un blog privé, à ne pas confondre avec l'"Osservatore ROMANO", journal sur papier qui, lui, est bel et bien le<br /> porte-parole officieux du Saint-Siège. Cordialement, FR<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis