Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 17:01

L’OTAN s’engage à porter le coup final et renverser Kadhafi 


DEBKAfile Reportage spécial 19 juin 2011, 10:54 PM (GMT+02:00)


Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info


Tags:  Libya    Muammar Qaddafi    NATO    US warships 

http://www.debka.com/article/21043/

 

L’appartement d’un immeuble de Tripoli dévasté par une frappe aérienne de l’OTAN

 

Dans son offensive incessante pour évincer Mouammar Kadhafi de sa place de dirigeant libyen, l’OTAN, non seulement, poursuit ses bombardements contre la capitale Tripoli, nuit après nuit, mais, a aussi bombardé, tôt dimanche matin, 19 juin, un bâtiment résidentiel. Selon des sources gouvernementales, plus de 9 civils en ont été victimes dont deux bambins. L’Otan a d’abord démenti la moindre intention de blesser des civils, a promis une enquête sur cet incident et regretté la perte de vies humaines. Un porte-parole a identifié la cible comme étant un « site de missiles » et a, finalement, admis qu’un bombardement de la coalition avait causé les pertes civiles. 

 

 

La conviction s’accroît, en Occident –et pas seulement dans les capitales arabes- que la mission de l’OTAN s’est transformée, de la mission de protection des civils en objectif fondamental de renverser Kadhafi. Si les attaques de la coalition poussaient les citoyens de Tripoli à se soulever contre lui, ce serait tant mieux. Le problème, c’est que cette tactique coûte plus de morts civiles que cela n’alimente les hostilités entre l’armée de Kadhafi et les rebelles. Cela a également coûté le soutien arabe et africain accordé à l’OTAN, lorsque les opérations ont commencé.


S’adressant à l’assemblée des organisations internationals, au Caire, Samedi 18 juin, le Secrétaire Général sortant de la Ligue Arabe, Amr Moussa a declare qu’il était inevitable de trouver une solution politique : “Elle doit être fondée sur un cessez-le-feu avec une supervision internationale effective, la cessation des hostilités et la mise en place d’une période de transition ».

 

Il a insisté sur le fait que “la position arabe est fondée sur la protection de la souveraineté de la Libye, le refus de sa division et la recherché rapide d’une solution diplomatique”.

 

Les organisations présentes à cette rencontre étaient : les Nations Unies, l’Union Européenne et la Ligue Arabe. Ce groupe a publié un communiqué en Arabe, soulignant l’importance « d’accélérer le lancement d’un processus politique qui réponde aux aspirations légitimes du peuple libyen ».

 

Il ne comportait aucun appel à Mouammar Kadhafi pour qu’il quitte le pouvoir, selon les exigences des Etats-Unis et des puissances qui forment le fer de lance de l’opération libyenne, à savoir la Grande-Bretagne, la France et l’Italie. Les paroles du Secrétaire de la Ligue Arabe intimaient également une désapprobation des violations de la souveraineté de la Libye.


Dimanche, Moussa a publié un deuxième communiqué accusant l’OTAN de dépasser le cadre de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité de l’ONU autorisant ses opérations en Libye.


La semaine dernière, le chef de l’Union Africaine, le Président sud-africain Jacob Zuma avait accusé l’OTAN de chercher un « changement de régime », en pratiquant des « assassinats politiques » à travers cette guerre.

 

Les sources militaires de Debkafile révèlent que : ce chœur de récriminations, de la part des parties prenantes arabes et africaines n’ont, bien entendu, pas dissuadé ceux qui ont, les premiers, aménagé la conduite de la guerre de l’OTAN en Libye. Une fois la mission recadrée comme la quête d’un changement de régime, Kadhafi n’avait plus qu’à leur tenir tête et survivre, dans le but de voler sa victoire à l’OTAN. Les dirigeants de la coalition sont, visiblement, déterminés à ne pas laisser le dirigeant libyen s’échapper de cette issue. On a récemment cité le Premier Ministre italien Silvio Berlusconi, déclarant que la coalition étendra, dans les semaines à venir, la guerre qu’elle mène contre Kadhafi, et lancera une opération de grande ampleur pour saper définitivement les bases de son régime et l’évincer.

 

Ce commentaire a suscité une vive préoccupation à Washington, où aussi bien les représentants républicains que démocrates soupçonnent le Président Barack Obama de planifier l’implication de l’armée américaine dans l’assaut final de l’OTAN contre Kadhafi – de la même façon qu’il avait ordonné aux navires de guerre américains de tirer leurs missiles Tomahawk et aux avions de chasse américains de lancer leurs tapis de bombes sur la Libye, durant les deux premières semaines de la guerre, sans se soucier d’aucun consentement du Congrès.


La Maison Blanche expliquait alors que les forces américaines n’apportaient qu’un rôle de soutien dans le cadre de cette mission, après avoir transféré le rôle du pilotage aux puissances de l’OTAN et de l’Europe.

 

Obama est, désormais, prévenu qu’à moins que les opérations en Libye n’arrivent à terme cette semaine ou que la Maison Blanche obtienne un mandat clair de la part du Congrès, il se mettrait en infraction de la résolution 1973 concernant les puissances en guerre. Les membres du Congrès redoutent qu’il n’étende son rôle – à nouveau sans requérir leur consentement – et qu’il soit entraîné dans ce que Berlusconi a défini comme correspondant aux dernières semaines de guerre.


Les sources militaires de Debkafile rapportent que le plus gros et puissant porte-avion de la marine américaine, l’USS George HW Bush, est, actuellement, déployé en Méditerranée à la tête d’une vaste armada américaine.

 

 

Si le Président Barack Obama devait donner l’ordre à cette flotte d’entrer en action contre Kadhafi, des milliers de marine’s américains, depuis leurs ponts pourraient rejoindre les fusiliers-marins britanniques, français et italiens pour pulluler sur les côtes libyennes et conquérir les villes de Sirte tenues par le gouvernement, la ville natale de Kadhafi, ainsi que la capitale, Tripoli. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis