Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 10:21

 

Manfred Gerstenfeld interviewe Yaacov Cohen

 


 

jacob cohen (Copier)

 Yaacov Cohen, ancien ambassadeur d'Israël en Corée du Sud.

 

“On a assisté à une amélioration substantielle des relations bilatérales entre la Corée du Sud et Israël au cours des dix-neuf dernières années. Les réformes structurelles sud-coréennes, à la suite de la crise économique et financière qu’elle a subie en 1997-1998 et la priorité qu’elle a donnée aux technologies high-tech et de l’information, ont grandement contribué à son expansion.

 

“En 1962, Israël et la République de Corée ont établi des relations diplomatiques complètes, bien qu’Israël ait dû fermer son ambassade à Séoul, en 1978, pour des raisons budgétaires. Par la suite, l’Ambassadeur d’Israël à Tokyo est devenu aussi ambassadeur non-résident en Corée du Sud. Ce n’est qu’en 1992 qu’Israël a réellement rouvert son ambassade à Séoul. Y a fait suite l’ouverture de l’Ambassade de la République de Corée en Israël ».  

Le Dr Yaacov Cohen a occupé de nombreux postes diplomatiques. Son parcours inclut : le titre d’ambassadeur en Espagne (1992-1995), au Japon et en Corée du Sud (1985-1988), ainsi qu’au Venezuela de 1981 à 1985. A Jérusalem, il a été adjoint au Directeur Général (pour l’Economie) du Ministère des Affaires étrangères, de 1988 à 1992. Depuis 1995, le Dr Cohen est Maître de Conférences en Etudes de l’Asie du Sud-Est, à l’Université Hébraïque. Il a récemment été récompensé de l’Ordre du Mérite Civil par la République de Corée.

 

Cohen remarque : “On sait très peu de choses en Israël sur cette évolution remarquable des relations avec la Corée du Sud. Ces deux économies sont largement complémentaires. Israël est devenu le marché dominant pour les exportations coréennes au Moyen-Orient. Un nombre croissant de conglomérats, connus sous le nom de Chaebols, bénéficient d’une présence en Israël. On assiste également à un accroissement du nombre de sociétés israéliennes présentes en Corée, qui sont représentées, soit par des Israéliens, soit par des locaux.

 

“Les turbulences sur les marchés mondiaux, depuis 2008, ont fait la démonstration de l’importance des marchés de l’Asie du Sud-Est pour l’économie et le commerce d’Israël. Nous estimons que le commerce bilatéral (sans y inclure le marché du diamant) – la combinaison des exportations et des importations –entre la Corée et Israël a atteint au moins 2 milliards de $ en 2011. Soixante pourcents de ce volume correspondent aux importations israéliennes en provenance de Corée. Nous nous attendons à ce que nos exportations vers les marchés d’Asie du Sud-Est excèdent 25% de toutes les exportations israéliennes dans les années à venir. Ce pourcentage s’accroîtra de plus en plus, même si nos marchés principaux demeurent l’Europe et les Etats-Unis.

 

“Des découvertes de la recherche montrent qu’il n’y qu’une négociation commerciale sur 25, entre des sociétés occidentales – y compris les israéliennes – et leurs partenaires en Asie du Sud-Est, qui soit couronnée de succès. L’énorme pourcentage d’échec est dû, en partie, aux différences culturelles. Les négociateurs israéliens, face à leurs partenaires potentiels coréens ou d’autres en Extrême-Orient, ne réalisent pas toujours que, lorsqu’ils discutent un contrat avec un partenaire, ils négocient aussi une relation potentielle de longue durée.

 

“Les étudiants israéliens, les universitaires et entrepreneurs devraient alors étudier l’histoire, la culture, les modèles de comportement et les styles de négociation de leurs partenaires coréens. C’est tout aussi valide, en ce qui concerne les autres pays d’Extrême-Orient. De nombreuses « success stories » économiques démontrent que l’investissement dans les études extrême-orientales peuvent être très bénéfiques, même sur le court terme ».

 

Cohen poursuit : “Une étape importante a été marquée par l’abolition mutuelle des demandes de visas. Il existe, depuis 2008, des vols directs réguliers entre Tel Aviv et Séoul. Chaque année, 50 000 touristes coréens visitent Israël. Il y a 200 étudiants coréens à l’Université Hébraïque de Jérusalem.

 

“L’Université hébraïque est l’unique université du Moyen-Orient qui maintient un programme significatif d’études coréennes. Cela comprend des études de langue coréenne, d’histoire, de religion, de culture et d’art, de société, d’économie, de système politique et de relations internationales. De façon à dépasser la barrière culturelle, nous incluons des composants pratiques dans le programme d’études économiques, sur des sujets comme les styles de négociation.

 

“Cette bonne relation s’étend également à plusieurs autres champs. Grâce au KORIL (Le Fonds de Recherche et Développement Coréo-Israélien), on assiste à une coopération significative dans les domaines de la recherche et développement. Chaque année, un certain nombre de projets conjoints sont approuvés.

 

“Des films coréens passent régulièrement, durant les festivals du film organisés par des cinémathèques israéliennes, aussi bien que dans les cinémas. On les montre également à la télévision. Je n’oublierai jamais qu’au cours de la Seconde Intifada, la Corée a envoyé une délégation de cent membres de son Théâtre National au Festival de Jérusalem pour y interpréter « le Roi Uru* ».

 

  • [Opéra inspiré du « Roi Lear » de Shakespeare, restitué selon les canons du chant traditionnel coréen, appelé « Pansori ».]

 

“L’attitude amicale et positive des dirigeants coréens envers Israël est partagée par l’élite intellectuelle et de nombreux autres. Ils perçoivent Israël comme une petite nation démocratique faisant face à des ennemis puissants, et qui combat pour son existence. L’antisémitisme religieux ou économique n’a jamais existé en Corée du Sud. De nombreux Coréens lisent la Bible et s’identifient au lien qui existe entre le peuple Juif et la Terre de la Bible.

 

Cohen conclut : “Les Ministères coréen et israélien ont mené une évaluation exhaustive sur l’impact économique d’un Accord de libre-échange bilatéral, au cours des deux dernières années. On a découvert qu’ils seront bénéfiques à chacun d’entre eux. Au-delà des accords économiques, il semble impératif qu’un tel accord comprenne des chapitres de coopération universitaire, culturelle et scientifique. Nous espérons qu’en 2012, les négociations débuteront avec la Corée du Sud, en vue d’un tel accord de Libre-échange. Sa mise en œuvre donnera un élan essentiel aux relations entre deux pays amis ».

 

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld préside le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

 

 Adapté par Marc Brzustowski


Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis