Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 20:40

 

La dangereuse constance d’Obama

Par CAROLINE B. GLICK

Jerusalem Post 20/09/2012
 

http://www.jpost.com/Opinion/Columnists/Article.aspx?id=285733

Adaptation française de Sentinelle 5773 ©


 
La politique néoconservatrice de soutien à la démocratisation des sociétés musulmanes adoptée par George W. Bush, le prédécesseur président Barack Obama, a échoué. Et la politique de compromis adoptée par Obama a également échoué.

 
Mardi, le procureur général de l’Egypte a émis des mandats d’arrêt contre huit citoyens américains. Leur soi-disant crime est lié soit à leur implication rapportée dans la production d’un film sur Internet critiquant l’islam, qui a capté tant d’attention au cours des dix derniers jours, soit sous d’autres activités anti-islamiques alléguées. 
L’un des citoyens américains est une femme qui s’est convertie de l’islam au christianisme.

Selon l’Agence ‘Associated Press’ (AP), le parquet général d’Egypte a publié une déclaration annonçant que les huit citoyens américains ont été mis en examen pour des charges d’insulte et d’attaque publiques contre l’islam, diffusion de fausse information, et atteinte à l’unité nationale de l’Egypte.

La déclaration stipulait qu’ils pouvaient encourir la peine de mort en cas de condamnation.

Le rapport de l’affaire par l’AP citait Mamdouh Ismail, un avocat salafiste qui a loué la décision du parquet. Il clamait que cela en dissuaderait d’autres d’exercer leur droit à la liberté d’expression concernant l’islam. Comme il l’a formulé, les poursuites « leur serviront de dissuasion à eux et à tout autre qui pourrait y succomber ». C'est-à-dire qu’elles dissuaderont d’autres de faire la moindre critique sur l’islam.

La volonté de réduire au silence de gens libres sur l’islam est clairement l’objectif auquel les chefs des ‘Frères Musulmans’ veulent parvenir via leurs protestations du film anti-islam. C’était le message du chef des ‘Frères Musulmans’ Yussuf Qaradawi. Trois jours après le début des attaques anti-américaines lors de l’anniversaire des attaques jihadistes du 11 septembre contre l’Amérique, Qaradawi a donné un sermon sur la télévision du Qatar, traduit par ‘MEMRI’.

Qaradawi a utilisé un ton modéré. Il a appelé ses partisans à cesser les émeutes contre les USA. Plutôt que d’attaquer les USA, Qaradawi a pressé son auditoire musulman d’insister pour que les USA interdisent le droit à la libre expression des citoyens américains en mettant hors la loi la critique de l’islam – exactement comme les Européens l’ont fait ces récents années face au terrorisme islamique et à l’intimidation.

Selon ses termes : « Nous disons aux USA : vous devez prendre une position forte et essayer de faire face à cet extrémisme comme les Européens le font. Ce [film anti-islamique] n’est pas de l’art. Il n’a rien à voir avec la liberté d’expression. Ce n’est rien d’autre que des malédictions et des insultes. La liberté de maudire et d’insulter constitue-t-elle la liberté d’expression ?

Les actions aussi bien du parquet égyptien et le sermon de Qaradawi prouvent de façon incontestable l’échec des deux politiques que les USA ont adoptées depuis le 11 septembre 2001, pour faire face à la haine musulmane contre les USA. La politique néoconservatrice de soutien à la démocratisation des sociétés musulmanes adoptée par George W. Bush, le prédécesseur du président Barack Obama, a échoué. Et la politique de compromis adoptée par Obama a également échoué.

La politique de démocratisation de Bush proclamait que la raison pour laquelle le monde musulman était devenu un foyer d’anti-américanisme et de terrorisme était que le monde musulman n’était pas gouverné par des régimes démocratiques. Lorsque les Musulmans du monde seraient libérés, et autorisés à élire librement leurs gouvernements, les néoconservateurs proclamaient qu’ils abandonneraient leur haine de l’Amérique.

Comme conséquence de cette conviction, quand les protestations contre le régime autoritaire de Moubarak commencèrent en janvier 2011, les néoconservateurs furent des partisans déclarés du renversement du président d’alors, Hosni Moubarak, en dépit du fait qu’il avait été l’allié clé des USA dans le monde arabe depuis trois décennies. Ils ont soutenu le processus politique qui a porté les ‘Frères Musulmans’ au pouvoir. Ils ont soutenu ce processus en dépit du fait que Qaradawi est le clerc le plus influent en Egypte. Ils l’ont soutenu en dépit du fait que seulement quelques jours après que Moubarak ait été chassé du pouvoir, Qaradawi est arrivé sur la place Tahrir au Caire et devant un auditoire de deux millions de partisans, il a appelé à l’invasion d’Israël et à la conquête de Jerusalem.

Par la suite, le Peuple égyptien a voté pour les ‘Frères Musulmans’ de Qaradawi et pour le Parti salafiste. La distinction entre les deux Partis est que Qaradawi et les ‘Frères Musulmans’ veulent recourir à la fois à des moyens violents et non violents pour dominer le monde au nom de l’islam. Les salafistes ont écarté la non violence. Aussi, alors que Qaradawi a appelé à mettre fin aux émeutes de façon à convaincre les Américains de criminaliser la critique de l’islam, leurs homologues salafistes ont appelé au meurtre de tous ceux impliqués dans la production du film anti-islamique.

Par exemple, le clerc salafiste Ahmad Fouad Ashoush a publié une fatwa sur les sites Internet islamiques en fin de semaine dernière appelant les Musulmans américains et européens à assassiner ceux impliqués dans le film. Sa décision religieuse a été traduite par le groupe de renseignement ‘SITE’ lundi.

Ashoush écrivait : « Les bâtards qui ont fait ce film sont des infidèles belligérants. J’émets une fatwa et j’appelle la jeunesse musulmane en Amérique et en Europe à accomplir ce devoir, qui est de tuer le metteur en scène, le producteur et les acteurs de tous ceux qui ont aidé et fait la promotion de ce film ».

« Aussi, empressez-vous, Ô jeunesse musulmane d’Amérique et d’Europe, et enseignez une leçon à ces répugnants rampants que les singes et les porcs en Amérique et en Europe comprendront. Puisse Allah vous guider et vous accorder le succès ».

Voilà les voix de l’Egypte démocratique. Le gouvernement, qui a mis en examen des citoyens américains pour des charges capitales, pour avoir exercer leur droit le plus fondamental en tant qu’Américains, est une représentation loyale des sentiments du Peuple égyptien qui l’a librement élu. Le prêcheur salafiste est un représentant loyal de la fraction du Peuple égyptien qui a mis le Parti salafiste en deuxième position au Parlement égyptien. L’appel de Qaradawi à l’abolition de la liberté d’expression en Amérique – comme c’est arrivé en Europe – et à interdire toute critique de l’islam, est soutenu par des millions et des millions de musulmans à travers le monde, qui le considèrent comme l’un des principaux clercs sunnites dans le monde.

Les élections libres en Egypte ont donné au Peuple égyptien le pouvoir d’utiliser des organes de gouvernance pour faire progresser leur haine de l’Amérique. Leur haine a été dotée de puissance, et légitimée, et non pas diminuée comme les néoconservateurs l’avaient espéré.

Le comportement du gouvernement égyptien, de Qaradawi et des salafistes montre aussi clairement que la politique de conciliation du monde musulman par Obama a totalement échoué. Alors que Bush croyait que la source de la haine musulmane était leur oppression sous la férule de leurs régimes, Obama a mis leur rage et leur haine sur le compte des supposés méfaits de l’Amérique.

En changeant la façon dont l’Amérique traite le monde musulman, Obama croit qu’il peut mettre fin à leur haine de l’Amérique. A cette fin, il a cherché les forces et les régimes les plus anti-américains dans la région et méprisé des régimes et des forces politiques proaméricains.

Quand la stratégie politique d’Obama a été identifiée comme conduite par la conciliation, l’inconstance apparente de sa guerre contre Mouammar Khaddafi de Libye d’un côté, et sa passivité face au soulèvement contre le régime en Iran en 2009 et le soulèvement en Syrie contre le régime Assad aujourd’hui prennent tout leur sens. Khaddafi n’était pas une menace pour les USA, aussi ne méritait-il pas de protection. Les mollahs en Iran et Assad sont des ennemis des USA, aussi méritent-ils une protection. Obama a courtisé avec assiduité les ‘Frères Musulmans’ depuis le début de sa présidence.

L’exploitation officielle et officieuse du film Internet comme moyen pour intimider et attaquer les USA pour leur faire désavouer leurs principes fondamentaux, est la preuve que la théorie d’Obama sur la source de la rage musulmane est fausse. Ils ne haïssent pas l’Amérique à cause de ce que le gouvernement américain fait. Ils haïssent l’Amérique à cause de ce que l’Amérique est. Et c’est pourquoi depuis le 11 septembre, la motivation de la politique étrangère d’Obama s’est désintégrée.

Plutôt que d’accepter cette vérité fondamentale et de défendre le mode de vie américain, Obama a redoublé sur la seule voie à sa portée. Lui, son gouvernement, sa campagne et ses partisans dans les media ont répondu à l’effondrement des bases de sa politique étrangère en recourant au type d’actions dont ils accusaient George W. Bush, son gouvernement et leurs partisans. Ils ont répondu par une campagne d’oppression politique et d’intolérance contre les populations autochtones dirigées contre leurs opposants politiques.

Ce dernier vendredi soir, des officiers de la force publique ont fait une descente dans le foyer californien de Nakoula Basseley Nakoula, l’homme qui a fait le film que les Musulmans des pays arabes récemment libres trouvent si insultant. Nakoula a été questionné par les autorités fédérales puis libéré. Son arrestation a été photographiée. L’image d’une dizaine d’officiers arrêtant un homme désarmé pour avoir fait un film a été diffusée aussitôt dans le monde entier.

Au-delà de la persécution d’un réalisateur indépendant, la Maison Blanche a exigé que ‘YouTube’ bloque l’accès dessus. YouTube – détenu par ‘Google’- a jusqu’à présent refusé la requête de la Maison Blanche.

L’incitation à l’intolérance à l’égard des autochtones du gouvernement Obama pour réduire au silence toute critique de sa politique étrangère profondément indéfendable a été bien mise en évidence dimanche dernier. La campagne d’Obama a adopté un long article antisémite publié par la journaliste du ‘New York Times’ Maureen Dowd.

Dans son article, intitulé « Les Néocons reviennent en arrière », Dowd a écrit que les candidats Républicains à la présidence et à la vice-présidence Mitt Romney et Paul Ryan ne sont que de simples marionnettes contrôlées par un « maître néocon de marionnettes, Dan Senor ».

« Neocon » est un terme populaire pour « Juif ». Il a été identifié ainsi par le collègue de Dowd au ‘Times’ David Brooks, il y a plusieurs années.

Dowd a dit que les « néocons se sont emparés » de Bush après les attaques du 11 septembre et « maintenant, au sein de la rage arabe contagieuse déclenchée pour le 11ème anniversaire du 11 septembre 2001, ils se sont emparés d’un autre président Républicain putatif et de son vice-président, tous deux naïfs sur les affaires du monde ».

Un aspect parlant de l’attaque de Dowd contre Senor comme néoconservateur, c’est que lui et son patron dans l’administration Bush, Paul Bremer, étaient la ‘némésis’ des néoconservateurs au Pentagone. La seule chose que Senor avait en commun avec les semblables de Paul Wolfowitz et Douglas Feith, c’était que les trois hommes sont juifs.

De plus, Dowd a fait une distinction entre de supposés « néocons » comme Senor, et les dirigeants des USA non juifs comme Donald Rumsfeld et Dick Cheney qui était simplement « complice » des néocons.

Aussi Senor ne partage pas la même vision idéologique du monde que Feith et Wolfowitz mais c’est un néocon. Et Cheney et Rumsfeld partagent la même vision du monde que Feith et Wolfowitz, et ils ne sont pas néocons.

Le rédacteur public du ‘Times’ Andrew Rosenthal a écarté des remarques selon lesquelles Dowd était antisémite, argumentant qu’elle ne pouvait l’être puisqu’elle n’avait jamais dit un seul mot sur les Juifs.

La campagne d’Obama liée à l’article de Dowd sur son compte ‘Twitter’ rend compte du message « Pourquoi la politique étrangère de Romney et Ryan résonne-t-elle familièrement menaçante ? ». La volonté de la campagne d’Obama d’orienter le public vers de longs articles antisémites contre ses opposants politiques est cohérente avec la stratégie générale du gouvernement pour défendre sa politique. Cette stratégie implique de répondre à la critique non pas par une défense substantielle de sa politique, mais par des attaques ad hominem contre ses critiques.

Les critiques de sa politique économique en échec sont attaqués comme de « gros donateurs [Fat Cats, péjoratif] de Wall Street ». Les critiques de sa politique étrangère en échec sont diabolisés comme des marionnettistes néocon menaçants.

Il existe une différence entre concilier des parties qui ont été blessées par vos actes et apaiser des parties qui souhaitent votre destruction. Dans les années 1970, les USA se sont conciliés les Philippines en transférant la souveraineté de la Base Air Force de Clark au gouvernement philippin. L’Amérique était encore l’Amérique et les USA et les Philippines sont devenus amis.

Pour se concilier une partie qui hait votre mode de vie, vous devez changer votre mode de vie. La seule façon pour l’Amérique d’apaiser le monde musulman est de cesser d’être l’Amérique.

caroline@carolineglick.com

Partager cet article
Repost0

commentaires

jacobitus 24/09/2012 10:59

obama=tariq ramadan

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis