Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 20:25

 

 

Interview De Manfred Gerstenfeld avec Ivan Ceresnjes

 

Ivan Ceresnjes 2 (Copier)

Ivan Ceresnjes

 

 

“La mémoire de l’importante présence juive d’avant-guerre en Europe de l’Est  est en voie de destruction accélérée. Une partie de ce processus est intentionnelle ; une autre partie découle de la négligence à l’égard des sites et lieux de mémoire juifs. Pour comprendre les divers facteurs en cours, le mieux est d’observer ce qui se passe dans l’ancienne République Fédérale de Yougoslavie. Son éclatement, au cours des deux dernières décennies, a accéléré des processus ailleurs plus lents. Cela concerne aussi bien les tentatives de modifier la mémoire collective des citoyens que la dégradation des sites, monuments et lieux de mémoire juifs. On construit, habituellement, des monuments pour commémorer une personne, un évènement ou une période de temps particulièrement remarquable dans l’histoire. Des mémoriaux sont généralement en lien avec la mort et la destruction ».

 

Ivan Ceresnjes était le Président de la communauté juive de Bosnie-Herzegovine et vice-président de la Fédération des Communautés Juives Yougoslaves, jusqu’à son émigration en Israël en 1996. Il assiste la Commission du Congrès pour la Protection et la Préservation de la Propriété Américaine à l’étranger. Cette commission  a été créée en 1985 , afin d’enquêter et de rechercher les cimetières, monuments et mémoriaux juifs. Presque tous ses efforts portent sur l’Europe de l’Est, parce que c’est là, principalement, que toute cette infrastructure disparaît rapidement.


 “De façon identique aux autres pays anciennement communistes, le fait de perpétuer la mémoire a évolué dans de nouvelles directions, à l’égard du politiquement correct et de l’approche générale du passé. Dans la vision communiste, la souffrance d’un groupe de citoyens sous l’Allemagne nazie et ses alliés ne devait pas être séparée de celle des autres. On a raconté aux peuples que tous les citoyens avaient souffert, à la fois, par la faute d’ennemis extérieurs et intérieurs.


 “Beaucoup d’Européens ont collaboré avec les Allemands. Dans la plupart des régions de Yougoslavie, des membres de plusieurs groupes de peuples spécifiques ont été assassinés au même moment. Habituellement, il s’agissait d’un mélange ethnique de peuples qui pouvaient aussi comprendre – selon la configuration de la population locale – des Musulmans, d’autres ennemis du Nazisme, aussi bien que des fascistes.

 

“Après la Shoah, une nouvelle forme de perpétuation de la mémoire juive a lentement émergé. Elle a pris place au sein de la famille, à son domicile exclusivement. L’étape suivante fut qu’on a progressivement élevé des mémoriaux et des monuments se sont progressivement érigés dans des endroits appartenant et fréquentés par les Juifs, tels que des synagogues et des cimetières juifs. Apposer une plaque commémorative était même considéré comme une forme de protestation contre les communistes, puisque l’Union Soviétique ne le permettait habituellement pas.

 

“Très lentement, au début des années 1950, des monuments spécifiques aux Juifs ont commencé à apparaître dans des lieux publics, autant que des plaques sur des institutions, qui n’étaient pas spécifiquement reliés aux Juifs. Puis, on a donné une place aux Juifs dans l’histoire nationale. Perpétuer la mémoire dans les pays d’Europe de l’Est est étroitement lié au nationalisme, qui a été fortement réprimé sous les lois communistes.

 

“Après la chute du communisme, l’explosion du nationalisme longtemps réprimé a détruit la Fédération de Yougoslavie. Sept pays indépendants ont surgi, chacun d’entre eux réécrit sa propre histoire. La mémoire de la Shoah est ainsi fragmentée selon le contexte national. Dans l’histoire de l’humanité, la Shoah est un méga- évènement sans précédent. Ce consensus largement partagé, cependant, s’est perdu dans des sociétés où aucune recherche historique n’a été entreprise depuis la Seconde Guerre Mondiale ».

 

Ceresnjes observe que : “L’assassinat de six millions de Juifs en Europe n’a pas seulement affecté leurs famille de façon tragique. Cela signifie aussi que la grande majorité des sites juifs en Europe de l’Est est restée sans qu'ils fassent l'objet d'attention. Cela comprend un grand nombre de synagogues, des bâtiments communaux, des cimetières, et d’autres lieux qui pourraient devenir des lieux de mémoire de l’ancienne présence juive. Dans certains pays, la communauté juive nationale a pris soin d’apposer quelques plaques sur des bâtiments qui étaient autrefois des synagogues, mais il s’agit d’un phénomène plutôt rare.


 “Parfois, des gouvernements ou des autorités locales ont voulu marquer des lieux juifs. Ils l’ont fréquemment fait, parce qu’ils voulaient attirer l’attention du monde occidental et montrer que les Juifs faisaient partie intégrante de leur histoire. Souvent, ils ont nourri la mémoire des Juifs assassinés et des communautés disparues, sans en dire plus sur la façon ni les raisons pour lesquelles cela s’est produit.


 “L’émergence des nationalismes réprimés dans les états qui ont succédés à la Yougoslavie a suscité le désir de réécrire l’histoire. C’est un phénomène assez équitablement répandu que les nations spécifiques tentent d’effacer toutes les autres victimes du Nazis, exceptées celles appartenant à leur propre nation. Dans ce processus, les noms des victimes juives ont aussi disparues.


 “La situation est en pleine mutation dans tous ces pays. On se posera de plus en plus de questions au sujet de l’effacement des noms des autres nationaux par les états qui ont succédé. La mémoire collective a changé et changera encore plus. Pourtant, les monuments, s’ils ne sont ni abîmés ni altérés, demeurent, alors que les sociétés changent.


 “On peut seulement se demander quel rôle tiendront les Juifs, alors que de nouvelles mémoires collectives se développent. Pour cette raison, aussi, il est important que l’infrastructure physique juive ne se dégrade pas davantage et que les lieux de mémoire sur des sites juifs soient bien conservés. Le mémorial rappelle aux peuples locaux ce qui est arrivé aux Juifs. Pour beaucoup, l’existence d’un mémorial juif  ne leur permet pas d’oublier ».


 Manfred Gerstenfeld est Président du Conseil d’Administration du Centre de Jérusalem des  Affaires Publiques.

 

(Adapté par Marc Brzustowski)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis