Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 00:11

 

 

Les médias occidentaux ont abondamment relayé les dernières accusations iraniennes mettant en cause le Texas et Israel dans l’attaque Stuxnet.  Mais personne ne s’est demandé pourquoi. Décryptage par NanoJV.

  

ISIS, l’un des meilleurs centres d’analyses stratégiques, conclut son dernier rapport en indiquant que les auteurs de Stuxnet restent inconnus.  L’anonymat est en effet l’un des attraits des cyber attaques. Selon Isis, si les rumeurs et le bon sens semblent désigner  plus particulièrement un ou plusieurs Etats, il est en revanche quasiment impossible de prouver qu’ils ont créé Stuxnet.

Les cyberexperts qui travaillent sur le sujet n’ont bien sûr jamais trouvé la moindre piste menant aux USA, encore moins au Texas ni en Israël. Les serveurs identifiés étaient localisés au Danemark et en Malaisie (allié de l’Iran) et les experts en cybersleuthing voyaient plutôt à l’origine des fils d’Ariane conduisant vers l’Europe sans que la moindre hypothèse n’aboutisse cependant ni ici ni ailleurs.

Alors les experts iraniens sont-ils meilleurs que leurs homologues du monde entier ? Rien pour l’instant ne le prouve. Rappelons que Le ver Stuxnet a été découvert à l’origine non pas par des scientifiques iraniens mais par des spécialistes biélorusses (très inspirés) travaillant en Iran. Par ailleurs vu le nombre d’experts dans le monde travaillant sur le ver, il y a fort a parier que si la moindre piste cybernétique avérée remontait aux USA ou en Israël, l’information serait immédiatement divulguée par un canal ou un autre. Les petits camarades des Etats-Unis et d’Israël ne raterait pas une occasion aussi belle de savonner la planche aux deux alliés (voir les tentatives ça et là de « mouiller »  le tandem, depuis  la fausse piste myrtus jusqu’a la surréaliste expérience de Dimona -ici-, les allégations fantasmatiques n’ont pas manqué depuis l’an dernier).   A l’instar des meilleurs experts mondiaux, l’Iran donc ne dispose d’aucun élément nouveau. Alors pourquoi désigner le Texas ? 

L’Iran aurait pu porter ses accusations en direction de l’Idaho puisque le travail était mâché  entre autre par l’expert allemand  Langner à l’origine de la piste israélienne. Le New York Times en pointe dans la guerre de l’information sur Stuxnet avait pour sa part révélé des coopérations antérieures entre  l’Idaho National Laboratory (ici) et Siemens en 2008 pour vérifier justement la fiabilité des systèmes Scada de l’industriel allemand. Une opération à l’époque non classifiée puisque faut-il le rappeler des présentations power point de l’opération sont en ligne avec -comble de désinvolture- des photos prises à l’intérieur des installations. Un peu trop léger comme piste, exit l’Idaho donc. Direction le Texas.

Alors pourquoi le Texas ? Est ce pour le NSS Labs (ici), un grand laboratoire de tests et d’analyses de menaces cybernétiques basé à Austin. Celui a qui prévenu les chinois d’anomalies graves détectées l’an dernier sur leurs systèmes Scada (voir article de NanoJV ici). Un peu mince comme piste.  On pourrait donc multiplier les hypothèses,  mais pourquoi chercher midi à quatorze heure quand l’explication est juste sous nos yeux. En fait, le Texas est tout simplement le siège du cybercommand de l’US Air Force. La bête noire de Téhéran.  La suite est simple:  selon le vieil adage, « si tu veux noyer ton chien accuse le de la rage ».  Feu sur le Texas donc.  

Voici pour les lecteurs de NanoJV, un petit zoom sur la force frappe cybernétique texane. L’information circule en clair et n’a rien de confidentiel. Elle a été publiée entre autres par le spécialiste américain GlobalSecurity l’an dernier (ici): Direction la base de l’armée de l’air US de Lackland (AFNS) au Texas. Rezoom sur un nouvel espace de 400 hectares abritant le tout nouveau centre de cybercommand. Deux unités spécialisée dans la guerre infocentrée (précisions fournies par NanoJV ici) y sont  regroupées actuellement: le 68ème Network Warfare Squadron et le 710ème Information Operations Flight. Ce dispositif unique aux Etats-Unis fonctionne en synergie avec le laboratoire de crytologie de la NSA, le centre ISR (renseignements, surveillance, reconnaissance) de l’US Airforce, et le 67ème Network Warfare Wing.

Toutes ces entités étant regroupées en un même lieu géographique pour former une base de science-fiction, fer de lance de la future force de cyberattaque US. L’information n’est pas passée inaperçue à Téhéran qui par son accusation imagine donc rendre à César… et peut-être se couvrir aux yeux de l’opinion internationale en vue d’une prochaine campagne de représailles aveugles.  Reste à ne pas oublier la devise locale: « Don’t mess with Texas », variante énergique de la formule hexagonale : «faut pas pousser mémère dans les orties».

  

Dominique Bourra, CEO NanoJV.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis