Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 14:58

 

 

netanyahouobama5mars2012 (Copier)

 

 

 

 

Les derniers jours de la campagne électorale n'ont pas vraiment plus passionné les foules israéliennes que les semaines précédentes. Pourtant, il s’est présenté deux nouveaux ingrédients que l’opposition aurait pu exploiter à dose plus intensive pour pimenter ses attaques.

 

On a annoncé que le déficit budgétaire d’Israël atteignait 39 milliards de Shekels, soit 4,2% du Produit Intérieur Brut, soit un chiffre bien plus élevé que prévu. Ceci, en dépit de la croissance de 3,3% du PIB-1-.  Ces nouvelles auraient pu donner à l’opposition du Centre-Gauche, l’occasion d’insister sur le fait que le Gouvernement Netanyahou joue sur des résultats économiques favorables à sa réélection, mais que ses réussites économiques, tant vantées, ces dernières années, contenaient des défauts majeurs de conception.

 

Au lieu de quoi, plusieurs dirigeants de l’opposition se sont lancés dans de pures exagérations catastrophistes. Tzipi Livni, dirigeante du Mouvement, a déclaré que : « L’irresponsabilité politique et les priorités mal placées » du gouvernement Netanyahou « mènerait Israël à la faillite-2- ». Ce qu’elle disait a résonné comme si Israël était sur le point de devenir une seconde Grèce. Sa revendication qu’Israël devrait changer ses priorités et se détourner des implantations n’en est devenueque plus inaudible.

  

La dirigeante du Parti Travailliste Shelly Yachimovich a employé une forme de langage assez similaire, en déclarant : « Les données concernant le déficit énorme démontrent l’enfer social et le chaos économique auxquels nous sommes confrontés ici, si Netanyahou est réélu Premier Ministre, que le Ciel nous en préserve-3-”. Le Parti travailliste est difficilement en posture de donner des leçons et de critiquer le gouvernement, alors qu’il propose de dépenser encore plus d’argent, plutôt qu'il n'envisage de faire des économies.

 

Dans ce contexte, l’ancien Premier Minitre Ehud Olmert, qui soutient Kadima, le parti qu’il a, auparavant, dirigé, a accusé Netanyahou d’avoir dépensé 11 milliards de Shekels au cours des deux dernières années, dans ce qu’il a désigné comme des « chimères militaires ». Il faisait référence à des projets liés à la menace nucléaire iranienne-4-[4]. Netanyahou a qualifié les propos d’Olmert de : « bizarres et totalement irresponsables »-5-[5].

 

Dans les pays de l’Union Européenne, la norme doit être que les déficits budgétaires ne devraient pas excéder 3% du PIB. Pourtant, en 2011, le déficit budgétaire des 17 pays de la Zone Euro est revenu à 4,1%, après avoir été réduit, à partir des 6,2% atteints en 2010-6-. Israël est bien loin de se trouve au bord d'un abîme économique quelconque. La nouvelle Knesset devra, cependant, décider des mesures drastiques, par exemple, une combinaison de coupures des dépenses à hauteur de 15 milliards de shekels et d'une hausse des impôts de 5 milliards de shekels en 2013. Il y a déjà quelques semaines de cela, Stanley Fischer, le gouverneur de la Banque d’Israël, avait annoncé que l’augmentation des impôts serait nécessaire.-7-

 

Un second sujet a bénéficié de plus d’écoute, de la part du public. Le 15 janvier, le commentateur américain, Jeffrey Goldberg a écrit, sur le site internet de Bloomberg, que le Président Obama avait, en plusieurs occasions, au cours des quatre dernières années, transféré des messages publics par ses services, concernant les problèmes palestinien et iranien. Il a prétendu qu’au cours de conversations privées, Obama avait exprimé sa préoccupation que Netanyahou menait Israël à « l’isolement international ». Goldberg suggérait que les Etats-Unis pourraient changer de position diplomatique envers Israël, de façon à l’isoler encore plus, face à l’ONU, ou lorsque le pays est confronté à des initiatives européennes-8-.

 

Les porte-parole du Likoud ont d’abord réagi en disant que Netanyahou continuerait à résister aux pressions internationales, comme il l’a fait, tout au long des dernières années-9-[9] . Quelques jours plus tard, Netanyahou a admis qu’Obama et lui connaissaient, certes, des divergences, « particulièrement sur la meilleure façon d’avancer et de réaliser un projet de paix réellement défendable avec les Palestiniens ». Il ajoutait qu’il avait toujours existé des différences d’approche avec les diverses administrations américaines depuis la renaissance d’Israël, en 1948. Il a donné pour exemples celles, patentes, entre Ben Gurion et le Secrétaire d’Etat américain George Marshall et celles, notoires, entre Ariel Sharon et George W. Bush-10-.

 

Il reste à voir si ces thèmes ont eu une influence quelconque sur les intentions de vote. Livni, qui a tenté d’empocher les dividendes des critiques d’Obama, a vu ses soutiens continuer à fondre dans les sondages. Cela met son Mouvement loin derrière le Parti Travailliste et bien en-dessous « d’Israël a un Avenir-11- ».

L’impact des révélations de Goldberg est aussi, probablement, minime, parce qu’Obama n’est pas populaire parmi les Juifs Israéliens. Avant les élections américaines, un sondage en Israël a demandé quel candidat à la Présidentielle sera le meilleur, pour les intérêts d’Israël. 57% des Juifs Israéliens préféraient Romney, alors que 22% seulement se prononçaient en faveur d’Obama. Parmi les Arabes Israéliens, il va de soi qu’Obama était leur candidat préféré-12-.

Concernant le développement d’un autre thème préoccupant, le dirigeant d’Israël Beitenou (Notre Maison) et ancien Ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a déclaré qu’il abandonnerait la vie politique, s’il se voyait convaincu des accusations de fraude et d’abus de confiance qui pèsent sur lui-13-.

Le Jour des élections étant, désormais, très proche, les divers partis continuent à faire connaître leurs prétentions, en cas de probable nouveau gouvernement Netanyahou. « Israël a un Avenir » a insister sur le fait qu’il ne se joindrait au gouvernement que si le service national universel était introduit pour tous les jeunes-14-. Aussi bien Bennett, dirigeant du « Foyer Juif », à droite, que Livni et Lapid, à gauche, ont appelé à un gouvernement d’Union Nationale, mais que cela se fasse avec des partenaires différents-15-.

                              

Conformément aux lois régissant la campagne, on n’a plus l’autorisation de publier des sondages après le vendredi 18 janvier. Cela met un terme au flux tendu des sondages. Les sondages de dernière ligne continuaient de démontrer que, pris tous ensemble, les partis du Centre-Droit et les partis ultra-orthodoxes jouiraient d’une majorité relative, au sein de la 19ème Knesset-16-.

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

 

Adaptation : Marc Brzustowski.

 

-1-Steven Scheer, “Israel budget deficit dents Netanyahu’s ‘Mr Economy’ image,” U.K. Reuters, 14 January 2013.

-2-“Treasury posts budget deficit of NIS 39B,” Ynet News, 13 January 2013.

-3-[3] Ibid

-4-Jonathan Lis and Gilli Cohen, “Olmert: Netanyahu spent NIS 11 billion on adventurous fantasies,” Haaretz, 12 January 2013.

-5-Asher Zeiger, “Defense sources back up Olmert in Iran spending spat,” Times of Israel, 14 January 2013.

-6-David Jolly, “European Countries Slashed Deficits in 2011, Data Show”, The New York Times, 22 October 2012.

-7-Adrian Filut, “Fischer contradicts Steinitz on tax hikes,” Globes, 27 December 2012.

-8-Barak Ravid, “Netanyahu associates brush off Obama criticism: PM won’t give in to international pressure,” Haaretz, 15 January 2013.

-9-Ibid.

-10-Herb Keinon and Steve Linde, “PM to ‘Post’: I won’t uproot masses of Jews”, Jerusalem Post, 18 January 2013.

-11-Gil Hoffman, “’Post’ poll: Likud Beytenu holds steady at 34 seats,” Jerusalem Post, 18 January 2013.

-12-Herb Keinon, “Poll: Israeli Jews favor Romney by wide margin,” Jerusalem Post, 28 October 2012.

-13-Asher Zeiger and Times of Israel Staff, “Liberman says he’ll leave politics if convicted,” Times of Israel, 14  January 2013.

-14-Jeremy Sharon, “Yesh Atid: Universal service plan ‘red line’ for joining coalition”, Jerusalem Post, 17 January 2013.

-15-“Lapid, Livni, Bennett call for national unity coalition,” Jerusalem Post, 17 January 2013.

-16-“Hawkish bloc leads in polls ahead of Israel vote,” Associated Press, 18 January 2013.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis