Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 09:42


Toujours très préoccupés par ce qui se passe aux frontières d'Israël, qu'il s'agisse de Gaza ou du Liban, où les milices Hamas et Hezbollah, affiliées à l'Iran, ont pris leurs quartiers, il paraît de plus en plus clair que les phénomènes observés se reproduisent dans tout le périmètre de l'Empire mollachique. Celui-ci initie les mêmes types de conflits de proximité, dits de "basse intensité", en reprenant les mêmes procédés, à l'encontre de ses voisins immédiats, de façon à prendre en étau le Golfe d'Aden et la Mer Rouge, par une prise de contrôle progressive de l'isthme, depuis une partie du Yémen et la jonction avec les milices al-Shahab somaliennes. Ainsi, pendant que les membres, triés sur le volet, du Club des 5 + 1 devisent tranquillement de l'urgence ou non, de serrer la vis des sanctions contre le régime totalitaire de Téhéran ou de continuer à lui faire des risettes, avec les yeux aussi fermés que doux de la Russie et de la Chine sur les vélléités hégémoniques entreprises, l'Iran, lui, progresse pas à pas et prépare ses sous-traitants à obtenir, un jour proche, des "bombes sales", afin de terroriser tous les réseaux économiques, énergétiques et stratégiques de la planète...

 

Aussi, bien loin de percevoir les évènements comme résultant d'une sorte de guerre de position ou "des tranchées", façon tunnels du Hamas et bases souterraines du Hezbollah sous les pieds mêmes d'une FINUL aussi inutile que ridicule, il est clair que les pays arabes sont, désormais, impliqués dans une guerre directe ou indirecte contre les trafics du Hezbollah et de son parrain, les Forces al-Qods du CGRI ou Pasdaran, aux portes mêmes de leurs gouvernorats de province. Alors que l'on prétend s'inquiéter des éventuelles conséquences d'un  raid aérien israélien sur les bases nucléaires iraniennes, Téhéran a, depuis longtemps, pris les devants et sème allègrement la terreur, jusqu'en Erythrée, Somalie, Yémen, soit les portes de l'Arabie Saoudite et de l'Egypte. En ce sens, l'attentisme chronique d'Obama l'indécis érige des ponts d'or au terrorisme islamique, en permettant à une coordination efficace des Pasdaran et d'al Qaeda de se mettre en ordre pour la "Mère des batailles"...



19.11.09

Contact: Diana Gregor  +44 (0)20 3239 7342   diana.gregor@realite-eu.org

La guerre par procuration de l'Iran au Yémen

http://www.realite-eu.org/site/apps/nlnet/content3.aspx?c=9dJBLLNkGiF&b=2331129&ct=7677997


L'Iran stimule la violence au nord du Yémen par l'intermédiaire du soutien politique et militaire des militants d'al-Houthi, la branche d'une secte chiite au sein du mouvement Zaidi.[1] Depuis 2004, les militants chiites d'al-Houthi se battent contre le gouvernement yéménite, mais le conflit a atteint aujourd'hui son apogée.[2] Le 15 novembre, le chef de l'antiterrorisme yéménite, le Général Yaya Saliha a dit à Al-Jazzera dans une interview qu' "il n'y a aucun doute" que l'Iran soutienne et finance la guerre par procuration d'al-Houthi contre le gouvernement du Yémen.[3]

 

Le groupe militant porte le nom d'Hussein Al-Houthi, représentant du parti Al-Haq du parlement yéménite de 1993 à 1997, qui a tenté de doubler le gouvernement en raison de son alliance avec les États-Unis. [4] Le gouvernement yéménite déclare que le groupe militant cherche à établir un état chiite indépendant au nord du Yémen.[5]

 

Ce conflit consiste en un conflit sectaire entre la majorité des musulmans sunnites du Yémen et sa minorité chiite.[6] Les Musulmans chiites comprennent la majorité de la population totale iranienne (90 à 95 pour cent) et près de 40 pour cent de la population du Yémen est chiite. [7]

 

Le Yémen s'est développé comme le foyer des activités d'Al Qaeda dans le Golfe et également comme le lieu de naissance de son dirigeant le père d'Oussama ben Laden.[8] En octobre 2000, les islamistes d'Al Qaeda au Yémen ont attaqué l'USS Cole, un navire de la marine américaine, tuant 17 soldats américains. [9]

 

Alors que ce conflit n'a pas été largement rapporté dans les médias occidentaux, la presse arabe a de plus en plus critiqué publiquement l'ingérence de l'Iran en soulignant l'inquiétude concernant les ambitions hégémoniques iraniennes dans la région. [10]

 

L'Iran menace la souveraineté du Yémen


Le 26 octobre, la marine yéménite a saisi un navire iranien près de la côte nord-ouest du Yémen dans la Mer rouge, qui transportait des missiles antichars destinés aux militants Houthi.[11] Les sources du gouvernement ont également révélé que les cinq membres d'équipage qui étaient à bord du navire étaient des experts en armes. [12]

 

La présence de la quatrième flotte iranienne dans le Golfe d'Aden permet à la République Islamique d'augmenter ses activités de contrebande d'armes à destination des groupes terroristes et des islamistes chiites au Yémen, en Somalie, selon des experts dans une interview avec l'hebdomadaire égyptien officiel Akhbar Al-Yaum. [13] Les experts ont également dit que l'Iran faisait passer des armes en contrebande au Yémen en passant par Eretria.[14]

 

Le 19 octobre, le président du Yémen, Ali Abdullah Salih, a accusé certains dignitaires iraniens de financer la guerre par procuration combattue par les militants Houthi et d'essayer de créer une "Zone chiite" le long de la frontière yéménite et saoudienne, ajoutant que les militants " ont été formés de la même manière que le Hezbollah au Sud Liban. " [15]

 

Le cheikh Abdul Majid al-Zadai, chef de l'université d'Imam au Yémen, a dit : "La façon dont les événements bougent dans ce pays dernièrement nous indique que l'Iran souhaite exporter l'idéologie chiite par la force, ce que nous rejetons absolument." [16]

 

Les pays du Golfe tournent en dérision la guerre par procuration de l'Iran

 

Le rôle de l'Iran est d'armer la minorité yéménite du nord qui menace aujourd'hui l'avoisinante Arabie Saoudite, en obligeant le royaume à s'impliquer dans le conflit. [17]

 

Le 10 novembre, l'Arabie saoudite a imposé un blocus naval dans la Mer rouge pour empêcher l'Iran d'expédier d'autres armes aux militants au nord du Yémen. [18]


Faisant référence à la participation de l'Arabie saoudite au conflit, le ministre des Affaires étrangères iranien, Manoucher Mottaki, a mis en garde "ceux qui versent de l'huile sur le feu doivent savoir qu'ils n'échapperont pas à la fumée qui s'élève." [19]

 

La guerre par procuration de l'Iran contre le gouvernement du Yémen, le long de la frontière d'Arabie saoudite, oblige les dirigeants arabes à parler ouvertement. Le ministre des Affaires étrangères Ahmed Abul Gheit a dit le 4 octobre "Nous rejetons … tout type de révolte et nous rejetons toute ingérence étrangère [au Yémen]. L'Égypte soutient tout à fait - avec tout son pouvoir et ses capacités – sa sœur yéménite." [20]

 

Le Hezbollah aide les militants : similitudes frappantes entre les groupes de la milice au Sud Liban et au Yémen


Dans une interview du 28 mars avec le quotidien londonien al-Hayat, Ali Abdullah Salih a dit : "Les activistes du Hezbollah libanais donnent une aide considérable au groupe Al-Khawthi au Yémen. Ils dispensent une formation militaire et logistique : les membres d'Al-Khawth sont formés par un certain nombre de spécialistes et de groupes associés au Hezbollah, pour assembler des bombes, des mines et des explosifs." [21]

 

Le directeur du Future Studies Centre situé à Sanaa, Fares al-Sakkaf, dit qu'ils existent des similitudes entre les militants Houthi et le Hezbollah soutenu par l'Iran. Tous deux sont des branches militaires avec un rameau politique.[22]

 

Le 16 novembre, les militants chiites au Yémen ont prétendu avoir tiré une roquette Katyousha sur une base militaire saoudienne.[23]

 

La roquette Katyousha est la première arme que l'Iran a fournie au Hezbollah. Le groupe mandataire iranien basé au Liban possède plus de 40 000 roquettes Katyousha.[24]

 

Le Hezbollah reçoit des sommes considérables sous la forme d'une aide financière, politique, diplomatique, organisationnelle, en matière de formation, d'armes, d'explosifs de la part de l'Iran et de la Syrie. L'Iran fournit probablement une aide financière et militaire de 25 à 50 millions de dollars américains. Le Hezbollah est étroitement allié à l'Iran, et souvent dirigé par lui, mais il a la capacité et la volonté d'agir indépendamment.[25]

 


 

Références:

[1] Al Jazeera and agencies, “Yemeni cleric blames Iran for war,” Al Jazeera International, Oct. 5, 2009, http://english.aljazeera.net/news/middleeast/2009/10/20091055403891459.html

[2] “U.N.: Yemen's civil war spreads to Saudi Arabia,” CNN International, Nov. 14, 2009, http://edition.cnn.com/2009/WORLD/africa/11/14/yemen.fighting/ 

[3] Al Jazeera and agencies, “Yemen says Iran funding rebels,” Al-Jazeera International, Nov. 16, 2009, http://english.aljazeera.net/news/middleeast/2009/11/2009111675649700628.html

[4] Politics in Depth Team, “Yemen's Conflict Explained,” Islam Online, Sept. 5, 2009, http://www.islamonline.net/servlet/Satellite?c=Article_C&pagename=Zone-English-Muslim_Affairs%2FMAELayout&cid=1251021451692

[5] “Yemeni rebel leader denies seeking Shi'ite state,” Reuters, Sept. 29, 2009, http://www.reuters.com/article/worldNews/idUSTRE58S2R920090929

[6] Hill, Ginny, “Cold War roots of Yemen conflict,” BBC, Sept 17, 2009, http://news.bbc.co.uk/2/low/middle_east/8261867.stm

[7] “Mapping the Global Muslim Population,” The Pew Forum on Religion and Public Life, October 2009, http://pewforum.org/docs/?DocID=455

[8] “FACTBOX-Qaeda's resurgent Gulf wing stirs security fears,” Reuters, Nov. 16, 2009, http://www.reuters.com/article/latestCrisis/idUSLD436393

[9] “US says no military cooperation deal with Yemen,” Agence France-Presse, Nov. 15, 2009, http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5imPsmqYfB1ZOduWxG-jq_KewahNQ  

[10] R. Green and Y. Mansharof, “Iran, Saudi Arabia Face Off in the Media,” MEMRI, No. 554, Oct. 16, 2009, http://www.memri.org/bin/articles.cgi?Page=archives&Area=ia&ID=IA55409;
“Saudi Daily: Iran is Expanding its Activity in the Red Sea,” MEMRI, No. 2631, Nov. 4, 2009, http://www.memri.org/bin/latestnews.cgi?ID=SD263109  

[11] Ajbaili, Mustapha, “Yemen seizes weapons vessel with Iranian crew,” Al-Arabiya, Oct. 26, 2009, http://www.alarabiya.net/articles/2009/10/26/89328.html

[12] Ajbaili, Mustapha, “Yemen seizes weapons vessel with Iranian crew,” Al-Arabiya, Oct. 26, 2009, http://www.alarabiya.net/articles/2009/10/26/89328.html

[13] Yemen Post Staff, “Iran Raises Rate of Smuggling Weapons to Target Sana’a and Riyadh: Expert,” Yemen Post, Nov. 14, 2009, http://yemenpost.net/Detail123456789.aspx?ID=3&SubID=1571&MainCat=3

[14] Yemen Post Staff, “Iran Raises Rate of Smuggling Weapons to Target Sana’a and Riyadh: Expert,” Yemen Post, Nov. 14, 2009, http://yemenpost.net/Detail123456789.aspx?ID=3&SubID=1571&MainCat=3

[15] “Yemen's Saleh slams Iran for funding Shiite rebels,” Agence France-Presse, Oct. 19, 2009, http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jcX1LBTjEewUyS0LcQk60enVG5MA

[16] Al Jazeera and agencies, “Yemeni cleric blames Iran for war,” Al Jazeera International, Oct. 5, 2009, http://english.aljazeera.net/news/middleeast/2009/10/20091055403891459.html  

[17] Arrabyee, Nasser, “Peninsula on the brink,” Al-Ahram Weekly, Nov. 12 – 18, 2009, Issue No. 972, http://weekly.ahram.org.eg/2009/972/re5.htm

[18] Nasrawi, Salah, “Adviser: Saudi navy blockades north Yemen coast,” The Associated Press, Nov. 10, 2009, http://news.yahoo.com/s/ap/20091110/ap_on_re_mi_ea/ml_saudi_yemen

[19] Agence France-Presse, “Iran warns against regional intervention in Yemen,” Kuwait Times, Nov. 11, 2009, http://www.kuwaittimes.net/read_news.php?newsid=MzgyNTEwMjYz

[20] Al Jazeera and agencies, “Yemeni cleric blames Iran for war,” Al Jazeera International, Oct. 5, 2009, http://english.aljazeera.net/news/middleeast/2009/10/20091055403891459.html  

[21] “President of Yemen: The Hezbollah organization is supplying military and logistical training to the Yemenite Al-Khawthi group, which is striving to topple the regime,” ICT’s Jihadi Website Monitoring Group Insights, August 2009, http://www.ict.org.il/Portals/0/Internet%20Monitoring%20Group/JWMG_Hezbollah_Yemen.pdf  

[22] Hasni, Mohamed, “Yemen's Shiite rebels -- like Hezbollah or a world apart?,” Agence France-Presse, Oct. 14, 2009, http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gevcoc1BCybEV3m7L2oBuOKMA7zw 

[23] “Houthis say used Katyusha in Saudi base attack,” Al-Arabiya, Nov. 16, 2009, http://www.alarabiya.net//articles/2009/11/16/91428.html 

[24] "Une guerre civile atroce et cruelle se dessine au Liban," Libération, May 9, 2008

[25] GlobalSecurity.org

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aschkel 20/11/2009 11:08


Merci Gad,

Comme Obama et consorts sont bien loin des réalités sur le terrain, les mollah and co profitent de la mollesse et l'ignorance de ce qui se passe au Proche et Moyen Orient de ces derniers et
allègrement grignote et gagne du terrain.

Le jour ou ils réagiront il sera trop tard, ici on est en plein dedans.


Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis