Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 14:53

 Hurricane 9K57 25.3.13 (Copier)

 

Le lanceur de lourdes roquettes MLRS entre les mains des rebelles syriens.

 

 

Les rebelles syriens qui combattent pour le contrôle d’Alep, la plus grande ville de Syrie, ont acquis leurs premières armes lourdes – des lanceurs de roquettes MLRS de 220 mm- grâce à une opération de livraison à grande échelle, menée par le Prince Bandar bin Sultan, le chef des renseignements saoudiens, selon des sources exclusives du renseignement de Debkafile.


Ses agents ont écumé les nations des Balkans, en Serbie, Bosnie, Croatie et Kosovo, et, contre d’épaisses liasses de billets, ont récolté des lanceurs MLRS (Smerch) fabriqués en Russie et des Hurricane 9K 57, capables de tirer des quantités de roquettes de 220-mm à une distance de 70 kms.


Les Saoudiens espèrent rendre plus expéditive la conquête rebelle de la base aérienne syrienne de Nairab, concomitante de l’aéroport international d’Alep. Le Prince Bandar a, personnellement, mis le sort de la bataille de Nairab sous son aile, convaincu qu’il s’agit de la clé pour la conquête d’Alep, qui est le premier centre national par le commerce et la densité de sa population, après une impasse de plus d’un an dans la lutte pour sa prise de contrôle.


La chute de cette base aérienne réduirait considérablement l’importance des vols de livraison d’armes iraniennes et russes à l’armée d’Assad.


La Russie fait atterrir ses avions- cargo chargés d’armes et de pièces de rechange pour l’armée syrienne à Nairab, à la suite des tirs rebelles contre les installations aériennes autour de Damas. Moscou a, depuis lors, menacé les rebelles que, si leurs attaques des avions russes entrant ou sortant de Nairab perduraient, les forces spéciales russes viendraient éliminer leurs forces concentrées autour de la base et en assureraient elles-mêmes la protection.


Depuis quelques temps, les livraisons d’armes russes et iraniennes, via Nairab, ont doublé, après que les rebelles aient conquis beaucoup de villages alaouites dans les régions du nord syrien d’Alep et d’Idlib.


Leurs habitants, les membres de la secte alaouite proche de Bachar al Assad, principalement des femmes et des enfants, fuient en masse de leurs maisons, par crainte des représailles des rebelles. Ils le font en direction des villes côtières de Tartous et Latakieh, qui sont encore sous le contrôle du régime.


La question reste de savoir pour combien de temps encore. A cours de la troisième semaine de mars, les navires de guerre russes ont cessé d’accoster dans le port maritime de Tartous, après avoir découvert que ses quais et installations s’étaient peuplés de réfugiés alaouites qui se ruaient sur les marins russes, pour mendier de la nourriture, de l’eau et de l’aide médicale.


Depuis le 21 mars, on a ordonné aux navires russes en Méditerranée d’éviter Tartous et de réorienter leurs escales vers le port de Beyrouth, au Liban.


L’opération saoudienne visant à transférer des lanceurs de lourdes roquettes, depuis les Balkans jusqu’à Alep, n’était pas une mince affaire.


Les roquettes sont fixées à des véhicules pesant 43, 7 tonnes chacun. Les roquettes elles-mêmes sont longues de 7, 6  mètres et pèsent 800 kgs.


Pour organiser la livraison de cette artillerie lourde aux rebelles d’Alep, le Prince Bandar a contacté Hakan Fidan, le chef de l’organisation du renseignement national turc, le MIT. Ils se sont mis d’accord pour mettre sur pied une voie d'accès par la terre, depuis les Balkans à travers la Turquie, franchissant alors la frontière syrienne vers Alep, sous la protection de l’armée turque.


Nos sources rapportent que le refus initial d’Ankara de coopérer à été surmonté, lorsque le Prince Bandar a fait un rappel cinglant, concernant l’échelle des exportations turques vers l’Arabie Saoudite et des dégâts que subirait l’économie turque en cas de suspension.


La nouvelle que l’Arabie Saoudite livrait des armes lourdes aux rebelles syriens a stupéfié le sommet de la Ligue Arabe, qui se tenait à Doha, au Qatar, cette semaine, l’entraînant vers une clôture pleine de vacarme et de vociférations, révèlent les sources des renseignements au Moyen-Orient à Debkafile.


On a entendu les délégués saoudiens et qataris s’asséner des injures grinçantes les uns aux autres et s’échanger des coups, dans des pièces de rencontres privées, au bout des couloirs du hall de l’Assemblée. Les procédures régulières de la conférence ont brutalement été interrompues, alors que les membres des délégations arabes se ruaient pour les séparer. Un blackout total s’est abattu rapidement sur le Sommet, alors qu’il s’achevait en fiasco.

 

Le Prince Bandar Bin Sultan, un fin limier.

 

 

Les dirigeants de la famille royale saoudienne et Hamad bin Khalifa Al Thani du Qatar sont en grave désaccord, à propos du conflit civil syrien. Riyad –et le Prince Bandar, plus particulièrement – accuse les Qataris de conspirer dans le but de mettre les Frères Musulmans au pouvoir à Damas, y compris des groupes radicaux liés à Al Qaeda.


Le Premier Ministre et le chef des services secrets qataris, le Cheikh Hamad bin Jassem ont répliqué en accusant l’Arabie Saoudite de manœuvrer pour prendre le contrôle du mouvement  rebelle syrien.


Les Saoudiens condamnent les liens très étroits du Premier Ministre turc Erdogan avec la famille dirigeante du Qatar qui, affirment-ils, accouche des plans pour la Syrie en totale conformité avec les aspirations qataries.


C’est aussi pour cette raison, que Bandar a insisté pour que la Turquie prenne une part active en facilitant la route des armes lourdes des Balkans jusqu’à Alep.


http://www.debka.com/article/22857/Saudi-heavy-weapons-supply-to-Syrian-rebels-breaks-up-Arab-summit-in-uproar  

 

DEBKAfile  Reportage Exclusif  March 28 Mars 2013, 11:13 AM (GMT+02:00)

 

Adaptation : Marc Brzustowski

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Elie 02/04/2013 09:30

Cet envoie est contre-balancé par les envoies opérés par

l'iran et la russie !!!!

COMPTONS LES POINTS , pour l'instant !!!

Therese 29/03/2013 09:54

Bonjour Marc,
excellente adaptation vraiment.
Shabbat Shalom et hag Sameach

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis