Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 13:15


Jewish World Review  2 avril 2010 / 18 Nissan 5770
La politique d’Obama de la gifle à ses alliés
Par Charles Krauthammer
 
 
Adaptation française de Sentinelle 5770 
 
Comment se trouve-t-on d’être un allié étranger de l’Amérique d’Obama ?
Si vous êtes Britannique, votre tête tourne à l’envers. Ce ne sont pas seulement les affronts personnels au Premier ministre Gordon Brown – le cadeau ridicule de 25 DVD, les cinq rebuffades avant que Brown ne se voit accorder un face à face avec le N°Un. 
Pas davantage le symbolisme d’Obama retournant le buste de Churchill qui était dans le Bureau Ovale. Question : s’il devait absolument se trouver hors la vue d’Obama, n’aurait-il pas pu être placé ailleurs sur le sol des USA plutôt que d’être aussi ostensiblement rapatrié ?
Peut-être était-ce l’officiel du Département d’Etat qui nia l’an passé qu’il existât une relation spéciale entre les Etats-Unis et la Grande Bretagne, relation cultivée par chaque président des USA depuis Franklin Roosevelt.
Et puis il y eut l’étonnante scène d’Hillary Clinton, pratiquement non rapportée (au Etats-Unis) en Argentine le mois dernier. Elle appelait la Grande Bretagne à négocier avec l’Argentine au sujet des îles Falkland.
Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire – ou qui croient qu’elle a commencé le 20 janvier 2009 – et donc ne savent pas pourquoi il s’agissait d’une triste gifle à la Grande Bretagne, voici le fond de l’histoire :
En 1982, la junte militaire argentine envahit les îles Falkland (britanniques). Les généraux croyaient que les Britanniques, ayant perdu depuis longtemps le goût pour les terres étrangères, laisseraient cela passer. Par ailleurs, les Falkland possèdent incomparablement plus de moutons que de population. Ils sous-estimèrent Margaret Thatcher (les Argentins, pas les moutons). Elle n’était pas prête à autoriser la conquête d’une population dont l’allégeance politique et les liens ethniques sont britanniques. Elle envoya la Marine de Guerre. Britannia reprit son bien.
Ensuite, ni Thatcher ni ses successeurs n’ont admis des négociations. La Grande Bretagne ne convoite pas de dominion étranger et ne manque pas de moutons. Mais elle croit en l’autodétermination, et ne négociera rien jusqu’à ce que, et à moins que les habitants des îles Falkland manifestent leur désir d’être gouvernés par un régime politique chroniquement instable et à la corruption endémique, avec une longue histoire de dictature, de gestion économique désastreuse, et la folie politique occasionnelle (cf. le culte d’Evita).
Sans surprise, les habitants des îles Falkland n’ont pas manifesté en ce sens. Pourtant, inexplicablement, Clinton a cherché à rouvrir une question qui a été réglée depuis près de 30 ans, non pas seulement pour agiter les cendres pour rien, mais en prenant le parti de l’Argentine au sujet des négociations contre la Grande Bretagne – nation qui a combattu et versé son sang avec nous depuis une décennie, et qui a aujourd’hui 10.000 soldats, soit beaucoup plus que tout autre allié, combattant aux côtés de l’Amérique en Afghanistan.
Bien sûr, étant donnée la façon dont le gouvernement US a traité d’autres alliés, peut-être ne devrions-nous pas être si surpris.
-          Obama visite la Chine et bientôt l’Indonésie, négligeant l’Inde, notre allié naturel et en croissance dans la région – même langue, même démocratie, même ennemi jihadiste. En effet, dans son enthousiasme pour la Chine, Obama suggère un intérêt pour la paix et la stabilité en Asie du Sud, un dénigrement du pouvoir et de la légitimité indiennes en faveur d’un rival régional ayant des ambitions hégémoniques.
-          La Pologne et la Tchéquie ont les jambes coupées quand Obama révoque de façon unilatérale un accord de missiles de défense, cédant à la pression de la Russie et à ses rêves d’hégémonie régionale sur l’Europe de l’Est.
-          Les Honduriens ne peuvent pas comprendre pourquoi les Etats-Unis ont soutenu un allié de Chavez recherchant une extension illégale de sa présidence contre les piliers de la société civile – le Congrès du Honduras, la Cour Suprême, l’Eglise et l’Armée – qui l’a déposé en accord avec l’Article 239 de leur constitution.
Mais les Britanniques, notre allié le plus vénérable et le plus fiable, sont les plus désorientés. « Nous Britanniques ne parlons pas seulement la même langue. Nous tendons à penser de la même manière. Nous sommes plus enclins que tout autre à apporter le thé, la sympathie et les soldats », écrit Bruce Anderson dans le journal ‘London’s Independent’, résumant avec une admirable concision la base fondamentale de la relation spéciale entre les USA et la Grande Bretagne
Bien s’exclame David Manning, ancien ambassadeur britannique aux Etats Unis, à un membre du Comité du Parlement anglais sur cette relation très particulière : « [Obama] est un Américain qui a grandi à Hawaï, dont l’expérience à l’étranger se situait en Indonésie et qui avait un père kényan. Les réflexes sentimentaux, si vous voulez, sont absents ».
Je ne suis pas personnellement enclin aux diagnostics neuropsychiatriques*, mais la conjecture de Manning est aussi bonne que celle de tout autre. Comment pouvez-vous expliquer une politique envers la Grande Bretagne qui n’a aucun sens moral ni politique ? Et même si vous le pouvez, comment expliquez-vous les gifles gratuites aux Tchèques, au Polonais, aux Indiens et aux autres ? Peut-être quand la doctrine d’Obama sera enfin résolue, nous apprendrons s’il agissait par dépit, par principe ou par simple négligence.
 
Note du Traducteur :
* Charles Krauthammer, très célèbre éditorialiste aux USA, et plusieurs fois titulaire du prix Pulitzer de journalisme, est médecin et neuropsychiatre de formation.  
Partager cet article
Repost0

commentaires

G
<br /> Aussi bien Obama que Klinton,veulent donner leurs odres a Israel, concerant la construction de logement à Jerusalem. Mais Jerusalem est la capitale d'Israel depuis des lustres. C'est le roi David<br /> qui y residat et en fit la capitale d'Israel.Ca n'est pas comme ils disent, un territoire "occupe"mais la capitale de l'etat d'Israel une et indivisible, et ce depuis 4.000 ans. Les juifs ont été<br /> chassés massacres, tuer,leur lieux de culte détruits (la synagogue HURVA vient d'être a nouveau reconstruite) parcequ'elle a toujours exister, depuis des centaines d'années.Donc nous voudrions<br /> construire chez nous selon les besoins de notre population, sans avoir a demander a qui que se soit l'autorisation de le faire.Nous sommes chez NOUS. Shabbat shalom Gerard David<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> vraiment etonant de reprendre se tas d ineptie de krautsy il oublie toute les connerie dite par bush et consort sur la vielle europe et les mensonge de rove et le meme krautsy pour amené les meme<br /> europeens en irak? a tout prendre je prefere obama<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> vraiment etonant de reprendre se tas d ineptie de krautsy il oublie toute les connerie dite par bush et consort sur la vielle europe et les mensonge de rove et le meme krautsy pour amené les meme<br /> europeens en irak? a tout prendre je prefere obama<br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> Je m'en veux un peu si je vais me faire l'écho d'une rumeur "complotiste" qui est peut-être stupide, comme tant de celles de cet accabit, mais quand on additionne le tout, on peut se demander si<br /> Obama est vraiment "catholique"...<br /> <br /> שבת שלום<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis