Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 08:37

LES IMAGES DE DUBAÏ : Un bref parcours des titres de la presse arabe démontre à l'envi que celle-ci est traumatisée par l'événement.

Mar 201008

http://www.israelvalley.com/edito/26670-

Par Elie Avidar (*)
Publié le 8 mars 2010

ELI AVIDAR Bon, il est vrai que la suspicion d’utilisation de faux passeports et l’implication du Mossad – si l’on suit les sources d’informations étrangères – dans la liquidation d’un dirigeant du Hamas à Dubaï, sont de nature à soulever des problèmes au plan de la diplomatie.

Cependant, il faut comprendre que la manière dont les choses sont perçues chez nous, et en Occident, correspond peu à la manière dont ces choses sont appréhendées dans les pays arabes. En fait, “choc” et “stupéfaction” sont les mots les plus appropriés pour décrire la réaction du monde arabe sur l’opération de liquidation menée à Dubaï. Ce n’est pas tous les jours, en effet, que des agents d’action étrangers débarquent, en nombre, en terre arabe, se promènent en toute liberté et progressent sans coup férir vers la cible désignée, en l’occurrence un haut responsable du Hamas, Mahmoud al-Mabhouh. C’est la première fois aussi qu’il a été donné à des téléspectateurs dans le monde arabe de voir à l’action des agents soupçonnés d’appartenir au Mossad israélien.

Ce fut aussi une fête pour les médias arabes, qui se sont montrés assoiffés du moindre détail et ont recherché avec avidité la moindre bribe d’information, en sachant parfaitement qu’il s’agissait en l’occurrence d’une occasion unique en son genre. C’est l’une des raisons qui les voit, ces médias, diffuser et rediffuser ces images : des années durant, ils n’ont été alimentés que par des rumeurs et voilà qu’ils ont l’occasion de voir et revoir ce qui, dans leur imaginaire, est perçu comme la personnalisation du diable. Le mélange de dédain et d’arrogance qui caractérisaient les comptes-rendus des médias arabes lors de liquidations précédentes a cédé la place, cette fois-ci, au respect et à l’appréciation du professionnalisme des agents engagés, ainsi qu’à la constatation du renforcement de la dissuasion internationale face au terrorisme.

Par ailleurs, les médias arabes mettent également en exergue, pour s’en féliciter, le comportement de la police de Dubaï qui a mis à disposition la reconstitution de l’opération, ce qui en soi constitue une première. Celui qui a excellé dans cet exercice est le rédacteur en chef du quotidien El-Kuds Al-Arabia, Abdel Berri Atouan, qui, voici quelques jours, a publié une analyse détaillée et très pointue des opérations prêtées au Mossad contre des objectifs arabes. Il s’en dégage une critique des gouvernements des pays arabes où ces opérations se sont déroulées, et qui ont préféré l’occultation à la révélation.

Un bref parcours des titres de la presse arabe démontre à l’envi que celle-ci est traumatisée par l’événement. Il en ressort une reconnaissance de la capacité stupéfiante d’un élément étranger à agir à sa guise en terre arabe.
D’où sa préoccupation à mettre l’accent sur les incidences politiques de l’opération et aux tensions diplomatiques que celle-ci suscitent, vis-à-vis de la Grande-Bretagne, mais pas seulement, allant même à encourager le gouvernement autrichien à enquêter sur les préparatifs de l’opération accomplis sur son sol. Mais là n’est pas l’essentiel.

L’essentiel est que c’est la première fois que le téléspectateur arabe a pu voir de telles images. Des images qui lui révèlent la prouesse, au plan du renseignement opérationnel, d’un service exécutif extérieur, à même d’avoir connaissance des faits et gestes de Mahmoud el-Mabhouh, sur son déplacement à Dubaï et à l’insolente facilité qui a présidée cette opération.

(*)Ancien conseiller politique d’Ariel Sharon, ex-cadre supérieur du ministère des Affaires étrangères, Elie Avidar (photo) est le président-fondateur du " Forum pour un Proche-Orient pragmatique ".

Traduit de l’hébreu par Mati Ben-avraham

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis