Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 00:04

La théorie des ensembles

[Jeudi 15/10/2009 23:12]

 

Les valeurs sont-elles considérées pour ce qu’elles sont ou en fonction d’un classement imposé par des systèmes ?

Si on pose une question qui porte sur une valeur morale, sur un fait historique réel ou sur un canard difficilement vérifiable, les personnes interrogées sont souvent incapables d’émettre une opinion qui leur soit propre et qui ressorte d’une analyse approfondie.

Même si une troisième catégorie existe – qui départage ceux dont l’opinion est réfléchie et ceux dont l’opinion est imposée par influence – et qu’elle inclut les honnêtes gens qui ne sont pas nécessairement tentés de se pencher sur des problèmes éloignés de leurs centres d’intérêt, beaucoup attendent qu’on leur mâche le travail et que des instances autorisées pensent à leur place. Pour qu’ils aient la conviction de s’être forgé une opinion d’une manière autonome, on les aiguille sur la « bonne voie » par des cheminements jonchés d’associations d’idées.

Cette dialectique binaire n’admet que le blanc et le noir. Trop contrastée, elle n’admet aucune des nuances ou des gris qui existent entre les deux, ce qui est d’autant plus surprenant que pour vendre les premiers ordinateurs présentés au public, avant les écrans en couleurs, le principal argument de vente insistait sur le nombre de gris.

La superficialité aidant, on établira une ligne arbitraire entre les bonnes et les mauvaises idées ou décisions, entre les événements jugés vrais ou faux en fonction des groupes ou des mouvements qui s’y identifient. La peur viscérale des « étiquettes », celle qui va départager les pensants entre « modérés » et « fanatiques », partisans et opposants à la paix ou à d’autres causes louables ou indéfendables sert, comme nous l’avons vu tantôt, une force qui permet de régner. Cependant, la ligne évoquée ci-dessus étant arbitraire autant qu’artificielle, elle aura besoin d’être sans cesse ressassée, rabâchée par le pouvoir médiatique, pour ne pas s’estomper.

Les arguments, qui n’en sont plus, procèdent d’un langage de fustigation allant de l’indignation à la colère et qui exprime l’avis des gens bien pensants. Les affligés par les pensées à dénoncer infligent de vives critiques à ceux qui heurtent les opinions admises.

La confiance aveugle dans des versions officielles ne pouvant faire l’ombre d’un doute, non pas parce qu’elles sont tangibles mais précisément parce qu’elles sont officielles, s’inscrit dans cette même théorie des ensembles qui distingue l’admis de l’inadmissible.

Bien entendu, le but de ce propos n’est pas d’émettre des doutes quant au débarquement en Normandie, ou à la découverte de l’Amérique par Colomb, qui avait d’abord pris ce continent pour les Indes qu’il avait voulu rejoindre en se dirigeant vers l’Ouest, ayant su que la terre était ronde mais n’ayant pas su que d’autres terres existaient entre la frontière occidentale naturelle de l’Europe et l’Asie. Il ne pouvait pas, à l’époque, contrairement à Gagarine, prendre suffisamment de recul pour avoir une vue d’ensemble de l’espace.

Ce qui est préoccupant, c’est la distinction entre certaines versions officielles et les réserves, voire l’incrédulité, qu’elles suscitent, et dont la fiabilité relève plus de la confiance que de preuves formelles.

Mais avant de se pencher sur l’esprit critique qui s’attaque aux détracteurs de l’officiel sans jamais remettre  en doute ce dernier, séparant et classant les penseurs dans deux ensembles distincts, celui des « partisans de la conspiration », considérés comme prêts à toute gymnastique intellectuelle fumeuse pour arriver à leur fin, et celui des défenseurs de la « version officielle », émanant de gens sérieux qui ne sauraient être soupçonnés, il faut remonter dans l’histoire à un temps que les moins de cent ans ne peuvent pas connaître.

Zola disait en 1846, dans la cousine Bette: « De toutes les espèces de canards, la plus dangereuse (pour les journaux de l’opposition), c’est le canard officiel », celui qui ridiculise et discrédite la ou les autres. Malgré sa position fort pertinente, il s’est lui-même laissé enfermer dans ce piège. C’est en effet à l’époque de l’affaire Dreyfus que remonte l’une des plus tumultueuses des batailles des temps démocratiques. La crainte de se laisser influencer par les tenants qui soupçonnent une erreur judiciaire est amplifiée par la peur de faire partie d’un mouvement qui veut parler d’un complot. Pour Zola, qui n’est au début de cette histoire que peu interpelé par cette condamnation, seuls les excès de la foule le dérangent: « Je réprouve avec énergie la férocité des foules ameutées contre un seul homme. Fût-il cent fois coupable. » Quant au verdict en soi, il se prononce au sujet de Dreyfus: « L’essentiel, c’est qu’il ait fait des aveux ».

L’opinion générale, c’est que les enquêteurs du ministère et sept officiers d’un Conseil de guerre ne peuvent se tromper ni être mis en doute. Pourtant, bien plus tard, avec le gouvernement de Vichy, les accusateurs qui font parler d’eux dans la France juive, avec Drumont, ont indirectement obtenu gain de cause. 

Aujourd’hui, le même travers affecte les honnêtes gens quant au voyage sur la lune: seules les incrédules, ceux pour qui ce voyage semble douteux, peuvent être soumis à la critique et être montrés du doigt pour leur théorie diffamatoire de la conspiration ou pour leur « manque de jugeote ». La même « jugeote » ne doit pas être éveillée pour crédibiliser le voyage interplanétaire qui, lui, est un postulat. Le sérieux et la probité du gouvernement américain ni de la Nasa ne sauraient être mis en doute.

Certains émettent l’opinion qu’on aurait tort d’émettre des doutes à propos de ce périple qui ne peut que servir notre cause. En effet, une citation attribuée aux édits de l’I-slam, religion qui sert les régimes fanatiques comme l’Iran ou l’Arabie saoudite, affirmerait que cette religion allait être en vigueur tant que l’homme n’aurait pas foulé le sol de l’astre lunaire. Là encore, la réflexion ne s’apparente plus à une recherche du vrai, mais à un repérage des ensemble: la lune s’imbrique dans le cercle Etats-Unis, démocratie, liberté, philosémitisme. Le refus de la lune renforce l’ensemble: I-slam, lapidation, totalitarisme, dictature, déni des droits de l’homme, de la femme, et du droit d’Israël à l’existence.    

Pourtant, sans aller chercher loin, quand nous demandons, dans la prière que nous récitons mensuellement en présence de la lune, dans laquelle nous remercions le Créateur de maintenir les lois qui régissent sa création, que « nos ennemis ne puissent nous porter atteinte de même que nous (le genre humain) ne pouvons porter la main sur la lune », nous risquerions de nous impliquer dans l’ensemble de ceux pour qui la lune est intouchable. Il est vrai toutefois qu’elle n’a pas été transformée en dépotoir des activités humaines comme la terre, que son paysage n’a pas bougé d’un pouce sous l’impulsion de l’homme, et que des voyages, mêmes réels et fréquents, ne remettraient en aucun cas en question la foi judaïque, puisqu’on ne se promène pas sur la lune comme dans un bois communal, mais si d’autres ensembles étaient moins prépondérants, le judaïsme pourrait bien se retrouver dans le même panier que l’i-slam, dans une équation lune intouchable – interdiction de manger du cochon – malaise suscité par les croix.  

Est-ce que, pour être bien sûr de toujours entrer dans le cercle des valeurs occidentales, le Juif renoncerait à ses principes ?

En réalité, que des musulmans ne consomment pas de cochon ou qu’ils se proclament choqués par les enseignes en forme de croix qui surplombent la devanture des pharmacies en France ne va pas nous faire manger de la chair de cet animal ni renoncer à la forme du « plus » israélien en vigueur dans les manuels scolaires, dont on a supprimé le segment du bas.

Réciproquement, ceux qui mettent les Juifs dans le même panier que les homosexuels, cyniquement ou par condescendance, ne feront pas de ce phénomène un comportement qui ne sera pas considéré comme abominable par le judaïsme qui lui, au contraire, défend les droits de l’homme en tant qu’homme, et refuse de le voir rejeté dans une catégorie extrinsèque d’androgynes ou d’asexués.

De la même façon, la poursuite par le régime nazi d’Allemands ayant eu un ascendant juif quatre générations en arrière ne fera pas changer la définition en termes judaïques de qui est considéré comme juif, sauf chez certains politiciens peut-être, dont l’attitude a obligé l’Etat d’Israël à promulguer une loi interdisant l’antisémitisme, en important des éléments ukrainiens antisémites qui commettent leur forfait en guise de remerciements en Israël même.

Les associations d’idées, et l’analogie qu’on cherche à établir entre des éléments ou des systèmes fondamentalement différents, mettent en danger la véritable recherche de qualités humaines, qui ne sont pas définies en tant que valeurs absolues, mais qui deviennent des stimuli remontant aux groupes auxquels il faut ressembler ou à ceux dont il faut se démarquer.    

Cette fixation circonstanciée de l’échelle des valeurs est d’autant plus ridicule qu’elle peut se modifier en fonction du contexte ; un jour, les communistes enferment et assassinent les Juifs et un autre, ce sont les nazis qui assassinent les communistes et les Juifs. Certaine époque verra les Juifs poursuivis en même temps que les homosexuels, comme en Arabie, et certaine autre le neveu d’Abraham et ses invités menacés par ces derniers à Sodome. Dans certaines régions, les Juifs et les chrétiens sont ravalés au rang de peuples du livre, diminués par les tenants d’une religion qui les oblige à descendre de leur âne quand ils passent à cheval ;  ailleurs, les Juifs sont classés avec d’autres orientaux qui parlent fort, qui parlent trop. Dans d’autres cas, on s’efforcera de distinguer entre deux sortes de Juifs, ou d’Israéliens, selon la région de la terre d’Israël dans laquelle ils vivent.

En termes plus généraux, devrait-on renoncer à la musique classique dont l’apogée fut en Italie puis en Allemagne ? Passons à l’étude des langues. Dans l’enseignement public, combien d’élèves ont-ils été critiqués en France pour le choix encore de l’allemand ? Si on devait être allergique à l’apprentissage de cette langue, on bannirait aussi, en poursuivant la réflexion qui a disqualifié cette langue, le russe, l’anglais, l’arabe, etc., et même le français, pour toutes les injustices et les sévices que les Juifs ont subis de la part des différents hôtes de leur exil, et pour les attaques subies par leur Etat, ressuscité de ses cendres. Il ne resterait guère que le chinois, ou d’autres langues d’Extrême- Orient, voire quelques dialectes africains, qui ne s’impliqueraient pas dans un cercle hostile !  

L’individu moyen et censé, au départ, dont la morale réfute l’abjection et l’aberration de couples remplacés par des « paires » (voir les locutions couple et paire dans le dict.) ne s’émeut guère. Il reste de marbre uniquement pour ne pas être enfermé d’emblée dans un ensemble renfermant une catégorie stigmatisée. Il n’est pas question ici d’incitation à la violence, mais la réaction naturelle qui consiste à s’indigner, être amusé, ou essayer de raisonner, s’éclipse pour faire place dans certains cas à une acceptation, voire une admiration. De même pour le voyage sur la lune. Il ne se posera pas de questions et admettra le fait accompli, malgré les faibles témoignages ou preuves de ceux qui le défendent bec et ongles, aucune observation objective ou d’un tiers ne corroborant ces faits.

C’est pourquoi les médias, en tant que moyen ou outil du pouvoir, ont recours sinon à la désinformation du moins à la propagande à outrance pour imposer les limites, les courbes de ces ensembles qui renferment les catégories et qui servent les desseins de ceux qui en tiennent la bride.


Yéochoua sur  http://vusouscetangle.blogs.nouvelobs.com/

par Yéochoua Sultan, invité par la rédaction
Partager cet article
Repost0

commentaires

B
<br /> excellent texte qui donne a réfléchir sur ce que nos acceptons pour vrais ou faux selon la culture et le contexte d'informations à notre disposition.Heureusement,grâce à D.ieu des temps de lumière<br /> viennent pour un peuple qui se prépare à la venue du Messie, permettez moi de vous citer ce grand prophéte qu'est Esaïe“5 Comme tu domptes la chaleur dans une terre brûlante, Tu as dompté le<br /> tumulte des barbares ; Comme la chaleur est étouffée par l’ombre d’un nuage, Ainsi ont été étouffés les chants de triomphe des tyrans. 6 ¶ L’Eternel des armées prépare à tous les peuples, sur<br /> cette montagne, Un festin de mets succulents, Un festin de vins vieux, De mets succulents, pleins de moelle, De vins vieux, clarifiés. 7 Et, sur cette montagne, il anéantit le voile qui voile tous<br /> les peuples, La couverture qui couvre toutes les nations ; 8 Il anéantit la mort pour toujours ; Le Seigneur, l’Eternel, essuie les larmes de tous les visages, Il fait disparaître de<br /> toute la terre l’opprobre de son peuple ; Car l’Eternel a parlé. 9 ¶ En ce jour l’on dira : Voici, c’est notre Dieu, en qui nous avons confiance, Et c’est lui qui nous sauve ; C’est<br /> l’Eternel, en qui nous avons confiance ; Soyons dans l’allégresse, et réjouissons–nous de son salut !” (Esaïe 25:5-9<br /> <br /> Le voile de mensonge qui couvre les nations sera anéanti, d'ici là il subsistera avec de plus en plus d'épaisseur.Beaucoup de chrétiens dont je suis aiment Israël connaissent la véritable destiné<br /> du peuple Juif,car tous les prophétes ont écrit sur son futur,nous avons les mêmes espérances, du moins pour ceux qui s'attachent aux écrits et non à Rome et à tous ceux qui sont antisémites et<br /> antisionistes,shalom à tous ceux qui sont Juifs de Coeur et d'esprit. Michel B<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> trés bon texte de Yéochoua<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis