Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 14:07

 

 

BEER SHAEVA GRAD11.3.12 (Copier)

Un Grad palestinien atterrit dans les environs de Beersheva

 

Les efforts combinés égypto-israélo- palestiniens, via le Hamas, visant à négocier un cessez-le-feu précoce dans l’actuel cycle de violence palestino-israélienne se cognent à plusieurs obstacles déterminants, ce lundi 12 mars : les sources du renseignement de Debkafile révèlent une exigence du Caire pour que tout accord de trêve comprenne un engagement ferme du Hamas et du Jihad Palestinien, de retirer leurs forces du Sinaï et d’arrêter d’utiliser la Péninsule à des fins d’opérations terroristes contre Israël. Les dirigeants de la Junte militaire en Egypte sont résolus à faire bon usage de cette occasion qui leur est offerte, pour chasser les terroristes et restaurer leur contrôle sur le Sinaï.

 

Cela dit, les dirigeants palestiniens, y compris le Hamas, feignent l’innocence, prétendant devant le médiateur égyptien, le Général Murad Muwafi, chef des renseignements, qu’ils ne disposent d’aucune présence armée dans le Sinaï et qu’ils ne se permettraient jamais de porter atteinte à la souveraineté de l’Egypte.

 

Après quatre jours de violence à Gaza, cette impasse a mené les efforts de médiation dans le mur. Les sources militaires de Debkafile rapportent qu’accéder à l’exigence du Caire contraindrait les organisations terroristes palestiniennes à démanteler l’infrastructure logistique, opérationnelle et militaire qu’ils ont bâti dans le Sinaï. Le Hamas a, même, transféré toutes ses fabriques d’armes, y compris de missiles, de la Bande de Gaza où elles étaient vulnérables aux attaques israéliennes, vers des localisations sécurisées dans le nord du Sinaï, proches de ses installations d’entraînement.

 

Cette tactique a bien fonctionné : la plupart des installations militaires du Hamas ont été mises hors de portée des bombardements de l’air force israélienne dans l’actuel cycle de violence, parce qu’aucune n’est demeurée dans la Bande de Gaza, excepté pour alimenter des positions d’avant-garde.

 

L’ultimatum égyptien requerrait que le Hamas ramène son appareil militaire et de production d’armement dans la Bande de Gaza et que le Jihad Islamique évacue ses réseaux terroristes, chargés de commettre des attentats transfrontaliers, comme celui d’août dernier, tuant 8 Israéliens, alors qu’ils étaient, précisément, en train de préparer une suite de même acabit.

 

 

Un autre obstacle sur la voie d’un cessez-le-feu, c’est le refus de l’Egypte de tenir des pourparlers directs, voire même indirects, avec le Jihad Islamique, le supplétif palestinien de Téhéran. Le Général Muwafi a lancé ses efforts de médiation en direction du Hamas, un exercice parfaitement inutile, puisque c’est le Jihad Islamique qui est en train de lancer des missiles.

 

Mais, jusqu’à présent, ses dirigeants ne montrent aucun signe qui laisserait entendre qu’ils sont prêts à accepter une trêve, ce qui reste très improbable qu’ils fassent, aussi longtemps que Téhéran souhaitera que la violence se poursuive.

 

L’affrontement à Gaza est, par conséquent, en train d’évoluer vers un conflit militaire entre Israël et l’Iran. Le Hamas, trouvant de plus en plus difficile de rester sur le banc de touche, a appelé toutes les factions palestiniennes lundi, à s’unir en serrant les rangs contre « l’agression sioniste ». Le Hamas s’est aligné sur la condition sine qua non du Jihad, qu’une trêve doit être conditionnelle à des garanties israéliennes d’interrompre ses éliminations ciblées contre les chefs terroristes recherchés.

 

 

Jusqu’à présent, le Hamas tente encore de faire pression sur l’Egypte et Israël pour qu’ils acceptent ses termes en vue d’un cessez-le-feu. Leur échec conduirait inévitablement la faction dirigeante à Gaza à se jeter dans la bataille contre Israël. A moins que ces circonstances n’entraînent un changement radical, le million d’Israéliens confinés aux abris n’ont aucune raison de s’attendre à une réduction des attaques de missiles contre leurs maisons et leurs écoles – mais plutôt à tout l'inverse : le conflit semble bien monter crescendo.

 

DEBKAfile  Reportage exclusif  12 mars 2012, 12:55 PM (GMT+02:00) 

 

http://www.debka.com/article/21820/

 

Adaptation : Marc Brzustowski.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Roberto 13/03/2012 03:12

Ne leur laisser en aucun cas l'initiative, faire "la fine bouche" quand ces voyous imploreront un cessez le feu. Une réponse Israélienne qui tarde à venir. Après tout pour les Israéliens rien ne
presse. Quand le hamas demande un cessez le feu, les Israéliens peuvent jouer la force de "l'inertie", et pendant ce temps, le hamas se fait tailler en pièces. Quand tous les "pontes" terroristes
se rendront compte qu'ils ne sont nulle part en sécurité, et qu'ils se retrouvent comme Nasrallah sous terre tremblants de peur, c'est eux même qui feront la chasse aux tireurs d'obus
désobéissants.

muller 12/03/2012 16:19

Israel est un pays juste quand ilest attaqué ,il ne tire pas sur les populations !. Il s occuppe des vrais instigateurs des responsables des tirs sur las enfants
d ISRAEL !. Il n est pas question de laisser un repit a ces
crapules,faibles et trouillards!

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis