Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 17:21

La Tunisie, réservoir du djihad en Afrique

http://www.lefigaro.fr

 

Par Thierry PortesMis à jour le 25/01/2013 à 18:49 | publié le 24/01/2013 à 18:27 Réactions (21)
Le 14 septembre dernier, l'ambassade américaine de Tunis avait été attaquée par des ­cohortes de salafistes qui protestaient contre la diffusion sur Internet d'un film islamophobe.
Le 14 septembre dernier, l'ambassade américaine de Tunis avait été attaquée par des ­cohortes de salafistes qui protestaient contre la diffusion sur Internet d'un film islamophobe. Crédits photo : Amine Landoulsi/ASSOCIATED PRESS

Neuf membres du commando des preneurs d'otages d'In Amenas étaient Tunisiens.

Alaya Allani, spécialiste de l'islamisme au Maghreb, est quasiment le seul à tirer la sonnette d'alarme: «Un tiers des membres du commando engagés dans l'opération d'In Amenas en Algérie sont des Tunisiens, c'est de loin le plus fort contingent, et cela nous impose d'ouvrir un débat national sur le djihadisme en Tunisie.» Mais ce professeur à l'université de La Manouba, à Tunis, prêche dans le désert. La classe politico-journalis­tique de son pays continue de disserter sur la perspective d'un remaniement ministériel, quand l'attention du «petit peuple» est, elle, accaparée par la crise sociale et la fête célébrant la naissance du prophète Mohammed.

L'Algérie a annoncé que onze membres du commando d'In Amenas étaient tunisiens, mais, selon des sources sécuritaires à Tunis, ils auraient été en fait neuf, les deux autres Tunisiens ayant été des otages. «Ces neuf Tunisiens appartenaient à Aqmi» (al-Qaida au Maghreb islamique), explique Alaya Allani. A priori donc, des vieux de la vieille du terrorisme islamique et non de nouvelles recrues issues des rangs salafistes tunisiens, divers et nombreux.

Plusieurs centaines d'islamistes, parmi lesquels des condamnés pour terrorisme, ont été libérés lors de la révolution, mais, regrette Alaya Allani, «aucun suivi sécuritaire et politique n'a été mis en œuvre». Le phénomène salafiste n'a cessé de prendre de l'ampleur. De l'aveu même du pouvoir, sans doute 10 % des mosquées sont aux mains d'imams radicaux, prêchant le djihad.

Lors d'une rencontre, en septembre dernier, l'un d'eux assurait «encourager à partir» ceux qui sont prêts à se battre en Syrie ou au Mali. «Quand on est en Tunisie, le Mali est plus proche pour gagner le paradis. Et si la France s'implique au Mali, ajoutait-il à l'époque, elle mettra en danger son peuple et ses intérêts dans la région.»

La France dénoncée et visée

Au commencement de l'intervention française au Mali, l'AFP citait un prédicateur d'une mosquée de L'Ariana, près de Tunis, fustigeant «la France qui a suivi le chemin des États-Unis pour tuer des musulmans». L'imam, qui plaidait pour ses «frères qui accomplissent le djihad au Mali», avait également dénoncé l'Algérie, qui ouvrait son espace aérien aux avions français.

Les spécialistes s'accordent à penser qu'environ 500 Tunisiens se sont engagés dans l'insurrection en Syrie. «On ne peut plus parler de cas isolés, ou de phénomène marginal», constate Alaya Allani. Selon lui, il y aurait «de 30 à 35 cellules dormantes d'Aqmi» en Tunisie. Et il estime à environ 800 les salafistes djihadistes vivant sur le sol tunisien.

Au lendemain de l'attaque de l'ambassade américaine de Tunis par des ­cohortes de salafistes, le 14 septembre dernier, le gouvernement des «islamistes modérés» d'Ennahda a, pour la première fois, réagi. Mais la plupart des quelque 200 salafistes alors appréhendés ont depuis été libérés. Le ministère de l'Intérieur a annoncé, à la mi-janvier, l'arrestation d'un groupe de «terroristes» et la saisie d'un important stock d'armes à Medenine. Un mois plus tôt, seize personnes présentées comme membres d'Aqmi avaient été interpellées près de la frontière algérienne.

Ces faits, ajoutés au drame d'In Amenas, devraient sortir la Tunisie de sa somnolence. Certes, comme l'assurent toujours ses chefs de file du salafisme radical, «la Tunisie n'est pas une terre de djihad». Elle est un pratique réservoir et corridor pour des actions dans les pays voisins. Pour l'instant.

LIRE AUSSI:

» En Tunisie, les islamistes s'en prennent à l'opposition

» En Tunisie, le printemps arabe défié par les mosquées

» Ennahda tente de neutraliser les salafistes tunisiens

» «En Tunisie, la situation est d'une très grande instabilité» 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis