Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 09:55

 

Francois-Hollande-1997-2008-la-longevite pics 500 (Copier)

 

Francois Hollande, nouveau président de la France

 

 Deux piliers de la confrontation occidentale contre l’Iran doté de l’arme nucléaire ont subi des défaites électorales cette semaine : Nicolas Sarkozy a été balayé de l’Elysée par le dirigeant socialiste François Hollande, dimanche 6 mai. Trois jours plus tôt, lors des élections locales britanniques, on a assisté à l’écrasement des deux partis qui forment la coalition du gouvernement de David Cameron au Royaumle-Uni. Le Premier Ministre israélien Binyamin Netanyahou, qui affronte une élection dans quatre mois, n’avait jamais imaginé qu’il serait à ce point abandonné au beau milieu des sables mouvants face à la menace nucléaire iranienne.

 

 

A Washington, Dennis Ross, l’ancien conseiller de Barack Obama sur les questions iraniennes, qui rend fréquemment visite à Jérusalem, porteur de messages de la Maison Blanche, a déclaré dimanche 6 mai, que, curieusement, Israël a attaqué le réacteur nucléaire irakien en 1981 et détruit les installations nucléaires syriennes en 2007, sans en souffler le moindre mot. Alors, pourquoi donc les Israéliens ont tellement besoin d’en parler, cette fois ?  

 

Ross a répondu à sa propre question en suggérant que les dirigeants israéliens ont pour objectif de donner une motivation forte au monde, de façon à élever la température autour de l’Iran et à renforcer les sanctions, qui ont pour but d’empêcher Israël de se lancer dans une guerre ; de cette façon, dès que les sanctions et la diplomatie auront échoué, personne ne pourra plus se plaindre, si Israël attaque le programme nucléaire iranien.

 

Ross semble avoir oublié la violente controverse entre les Etats-Unis et Israël, en 1981, au sujet de l’attaque du réacteur nucléaire irakien et de quelle façon Ronald Reagan a mis la pression sur Menahem Begin pour l’empêcher de se lancer dans cette opération.

 

Mais, plus que tout, la remarque de Ross reflétait l’impatience de l’Administration Obama, soucieuse des accrocs du débat sur l’Iran, entre Jérusalem et Washington, depuis deux ans et sa détermination de s’en laver les mains, pour l’instant et de poursuivre son objectif de remporter un second mandat pour le président en novembre.

 

Le Président français sortant Nicolas Sarkozy parlait avec plus de force et de franchise que n’importe lequel des dirigeants occidentaux du réel danger que représenterait un Iran armé de l’arme nucléaire et il acceptait l’idée qu’il puisse en être dissuadé par une action militaire. Il se distinguait également comme l’un des très rares dirigeants français, au cours des époques récentes, à être prêt à se battre au nom des intérêts français et occidentaux au Moyen-Orient.

 

Le rôle des forces spéciales, de la marine et de l’armée de l’air françaises, aux cotés des forces américaines et britanniques, a été tout-à-fait essentiel dans la chute de Mouammar Kadhafi en Libye. Au cours des dernières semaines, il a placé des unités françaises en état de préparation, au cas où le Président Obama aurait décidé d’intervenir en Syrie. Dans cette éventualité le Président américain a retiré ses troupes d’une opération  prévue, qui devait aussi impliquer les armées saoudiennes et du Conseil de Coopération du Golfe.

 

La démonstration de force et la réussite militaire de la France, au cours de la guerre libyenne n’a apporté aucune contrepartie politique ou économique. Paris a dépensé un million de $ qu’il pouvait tout juste se permettre d'investir dans cette intervention. L’opposant de Sarkozy, François Hollande n’en a pas fait un sujet de campagne, mais l’électeur français ne l’a certes pas oublié. L’électeur français musulman a, sans aucun doute, voulu régler ses comptes avec Sarkozy, du fait de son interdiction de la Burqa et de ses politiques jugées pro-israéliennes, ce qui pourrait même lui avoir coûté la présidence, bien que ces sujets non plus n’ont pas été mis en avant au cours de ces élections.


David Cameron, qui a probablement dépensé encore plus 
que Sarkozy, au cours de la guerre libyenne, alors qu’il pouvait s’autoriser d'y consacrer bien moins d'argent, paie aujourd’hui un prix politique plus lourd, à cause des mesures impopulaires d’austérité qu’il a dû imposer de façon autoritaire au peuple britannique, afin de sortir le pays de la récession qui se creuse.

 

 

L’Iran, par conséquent, peut se réjouir d’avoir les mains libres sur plusieurs fronts : Barack Obama met toutes les précautions du monde à éviter toute implication dans une guerre, pour favoriser sa course à sa propre réélection –il a même demandé aux dirigeants du monde de lui offrir plus « d’espace » ; le Président français Hollande a besoin de temps pour trouver ses marques, s’attaquer aux questions de l’économie française en déclin et pour tenter de secourir l’euro. Il n’aura pas une minute ni ne prêtera la moindre attention, dans les mois à venir, à la menace nucléaire iranienne ni au bain de sang syrien.

 

Lorsqu’il y a dix jours, Netanyahou a envoyé son conseiller spécial à la sécurité, Yaacov Amidror, pour un cycle de rencontres, lors de séjours dans les capitales européennes, destinés à plaider le dossier d’Israël contre l’Iran, il n’imaginait pas du tout à quelle rapidité le problème iranien sombrerait au point de ne plus paraître pertinent, aux yeux des gouvernements occidentaux, qui le balaient d’un revers de main, pour se préoccuper des bouleversements économiques plus pressants.

 

Netanyahou  a annoncé dimanche qu’il appellerait à des élections anticipées dans quatre mois, un an avant la date prévue.

 

Premier ministre depuis 2009, il est assuré, par tous les sondages qu’il est loin devant, en tant qu’homme politique le plus populaire. Il a déclaré, lors d’une rencontre de son parti, dimanche 6 mai, qu’il ne souhaitait pas « une instabilité politique d’un an et demi, qui s’accompagnerait de chantage et de populisme ».

 

Tout-à-fait à l’aise dans son élément, il pourrait sentir qu’il lui appartient, à présent, de prendre l’initiative de mener une action préventive contre l’Iran nucléaire. Et que le plus tôt serait le mieux.

 

DEBKAfile Analyse exclusive 7 mai 2012, 12:11 AM (GMT+02:00) 

 

Adaptation : Marc Brzustowski.
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

ILHES 08/05/2012 15:09

Ces précisions sont très intéressantes

Merci

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis