Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 09:05


 
DEBKAfile Reportage spécial  11 juin 2011, 11:26 PM (GMT+02:00)

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

 

http://www.debka.com/article/21018/


Tags:  Al Qaeda in North Africa      Fazul Abdullah Mohammed    US    Israel    Somalia 

 

 

La maison familiale de Fazul ,à Moroni

 

Depuis plus de 15 ans, Fazul Abdullah Mohammed échappait à toute opération secrète américaine et israélienne pour le capturer, souvent épargné à quelques minutes près. Cette semaine, sa chance a tourné : des sentinelles, à un barrage routier, en banlieue de Mogadiscio, lui ont tiré dessus et l’ont abattu, mercredi, quand le petit camion 4X4 dans lequel il voyageait, avec un compagnon a refusé de s’arrêter. Ils l’ont tué sans réaliser qui il était vraiment. Il n’a été identifié que grâce à des tests ADN, samedi 10 juin.

 

Les sources contre-terroristes de Debkafiles rapportent que : Fazul, 38 ans, était l’un des planificateurs et commandants d’al Qaeda les plus accomplis. Son habileté stratégique usait d’astuces et de tactiques pour confondre ses ennemis. Depuis des années, il poursuivait ses activités sous les yeux mêmes des chasseurs de terroristes américains et israéliens.

 

 

Son décès laisse en plan et dépourvu de leader la branche d’al Qaeda en Afrique de l’Est et dans la Corne de l’Afrique, ainsi qu'Ayman al Zawahiri, le principal lieutenant d’Osama Ben Laden (qui n’a pas été élu pour lui succéder). Reste, désormais, la seconde branche terroriste importante, celle dirigée par Saïf al Adel, qui a été choisi comme le chef d’al Qaeda et qui opère à l’extérieur du Waziristan.

 

En tant que membre du Jihad islamique égyptien, Fazul est arrivé en 1995 dans les îles comoriennes de l’Océan Indien, juste en face du Kenya, où il est né. Il s’est installé comme simple pêcheur dans la capitale, Moroni, et s’est marié à une fille locale.


De là, il s’est appliqué à organiser et exécuter deux opérations terroristes majeures, visant Israël et les Etats-Unis.

 

Cela lui a pris une année pour mettre en place le détournement du vol 961 d’Ethiopian Airways, en route depuis Addis Abeba vers Nairobi. Lors de cet atterrissage forcé en face des Comores, cinq membres du bureau directeur des industries de l’aviation israéliennes (IAI) et un de leurs gardes du corps ont été assassinés, en même temps que le chef de l’antenne de la CIA dans la capitale éthiopienne, Leslie Shed et que l’adjoint du Commandant des forces aériennes ukrainiennes.

 

Ce groupe était en route pour une rencontre entre les équipes américaine, ukrainienne et israélienne, animée par le Président ukrainien et le Ministre de la Défense israélien, à l’hôtel King David à Jérusalem. Ils devaient y discuter d’un accord à travers lequel l’Ukraine aurait fourni des avions de combat à l’Ethiopie, pendant qu’Israël améliorerait leurs performances et que les Etats-Unis payaient la transaction.

 

Jusqu’à ce jour, la totalité de ces quatre gouvernements a maintenu un black-out étanche autour de cet attentat terroriste, parce qu’ils n’ont jamais pu découvrir comment Fazul avait pu obtenir l’information top secrète sur l’identité des passagers à bord et le contenu de leur mission.

 

Après la suspension de ce dossier, personne n’a poursuivi l’enquête autour des questions concernant la localisation choisie par les terroristes pour l’atterrissage de l’avion éthiopien détourné, soit près des îles des Comores. On aurait pu découvrir que des bateaux de pêche attendaient les assassins des hommes d’affaires israéliens, de l’agent américain et des navigateurs ukrainiens, disposés par avance par Fazul pour leur permettre de s’évanouir dans la nature à toute vitesse et de rejoindre la terre ferme, sur les îles.

 

Deux ans plus tard, en 1998, Fazul a planifié et exécuté les attaques jumelles contre les Ambassades américaines de Dar es Salaam et Nairobi, tuant 224 personnes, la pire atrocité d’al Qaeda avant les attentats du 11 septembre. C’est alors que les renseignements américains ont relevé les premiers indices menant vers ce cerveau terroriste inconnu. Une équipe de choc du FBI est arrivée à Moroni en 1998, deux ans après qu’il y ait installé sa base. Mais ils arrivaient trop tard : l’oiseau s’était envolé, ayant eu vent de sa prochaine mise en danger. Il était placé tout en haut de la liste des terroristes recherchés, doté d’une récompense de 5 millions de $ pour sa capture.

 

En 2002, Fazul est retourné à l’offensive, en s'en prenant à nouveau à des cibles israéliennes en Afrique.

 

Il lança une voiture piégée pour qu’elle explose à l’intérieur de l’Hôtel Paradise de Mombassa, un gîte favori des touristes israéliens, suivie de tirs de roquettes lancées contre un avion de la compagnie Arkia bourré de passagers, juste au moment du décollage de l’aéroport de Mombassa, avec 271 passagers à bord. Les roquettes sont passées à côté. Elles étaient tirées depuis un avion que Fazul et son équipe avaient chargé. Avant de s’échapper vers la Somalie, ils ont survolé avec cet avion au-dessus de l’hôtel réduit en fumée et largué des explosifs sur le bâtiment.

 

Debkafile a raconté tous ces différents épisodes à l’époque où ils se sont déroulés. Au cours de l’été 2010, Fazul a orchestré de multiples attentats-suicide sur un certain nombre de Cafés en Ouganda, alors fréquentés par des foules nombreuses captivées par les programmes en direct retransmettant la finale de la Coupe du Mondial de football en Afrique du Sud.


Leur objectif était de punir l’Ouganda pour être partie prenante dans la mission de maintien de la paix de l’Union Africaine en Somalie, où Fazul dirigeait l’effort des Shabaab affiliés à al Qaeda afin de renverser le gouvernement précaire de transition .

 

Sa mort affaiblira cet effort et représente une bonne nouvelle pour la Somalie déchirée par la guerre. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis