Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 15:33

 

manif-paris (Copier)

 

 

C’est une erreur d’analyser le meurtre de diplomates américains en Libye et les émeutes anti-occidentales dans le monde arabe comme des évènements qui ne seraient liés qu’au contexte immédiat. Selon une perspective stratégique, ils s’inscrivent dans le vaste conflit des cultures entre l’Occident et de larges segments du monde islamique. Les troubles anti-américains actuels ne constitueront probablement pas un élément déterminant, mais plutôt un moment de ce conflit, lorsqu’à l’avenir, on écrira l’histoire.

 

D’autres composantes violentes de cette confrontation, au cours de la période de l’après Seconde Guerre Mondiale, planent depuis plus de 30 ans. On pourrait considérer que c'est à Téhéran qu'ont été frappés les trois coups « officiels », lorsque les Iraniens ont pris en otage le personnel de l’ambassade américaine, en 1979. A la suite de ce coup de force, les ambassades américaines au Pakistan-1- et en Libye-2-s’embrasaient.

 

L’évolution de ce face-à-face culturel est difficile à analyser, parce que de nombreux facteurs viennent s’imbriquer avec d’autres problèmes. La guerre des alliés de l’OTAN en Afghanistan a, pour principaux ennemis les éléments radicaux du monde islamique. La guerre en Irak était beaucoup moins concernée par ce sujet spécifique. Durant la Première Guerre du Golfe, l’Armée Américaine est venue à la rescousse de pays musulmans agressés par l’Irak. La récente démultiplication de massacres inter-musulmans ne fait pas directement partie de ce choc des civilisations.

 

D’autres épisodes particulièrement violents de cette confrontation des cultures concernent les attentats commis par des terroristes musulmans contre des cibles occidentales. Ils sont moins meurtriers que les guerres, mais dénués de toute ambiguïté quant à leur nature. Les terroristes du 11/09, autant que les auteurs des attentats de Madrid (2004) et de Londres (2005) ne faisaient qu’exprimer leur vision de l’Islam. Quoi que leur vision du monde ne concerne qu’une minorité, elle est bien loin d’être seulement marginale. Il y a, au moins, cent millions de musulmans dans le monde qui partagent la vision violente de l’Islam portée par Al Qaeda-3-, même si seulement un nombre limité d’entre eux a la volonté réelle de commettre des meurtres de ses propres mains. Au-delà de ce fait, il en existe beaucoup d’autres qui pensent que l’Islam devrait dominer le monde.

 

Les émeutes d’aujourd’hui ont beaucoup de choses en commun avec les troubles inspirés à l’occasion de la parution des caricatures danoises de Mahomet. Là encore, cela a occasionné une réaction en chaîne dans le monde islamique, contre le geste isolé d’un acteur mineur, quelque part dans le monde occidental. On estime à 200 personnes le nombre de tués lors des émeutes contre les caricatures. Cela dit, la plupart des morts étaient musulmans. Les autres étaient des Chrétiens, mais aucun occidental ne figurait parmi eux -4-.

 

La persécution et le meurtre des Chrétiens sur des terres musulmanes s’intègre aussi dans le cadre plus vaste du conflit des cultures. C’est un combat contre cette religion majoritaire en Occident, même si ceux qui en sont victimes ne sont pas occidentaux.

 

Ce choc des cultures se compose également de phases [apparemment] non-violentes. Certains immigrés musulmans, vivant dans des pays occidentaux, sapent les fondements mêmes de la démocratie en faisant de l’incitation contre ce système. D’autres cherchent à créer une culture locale à part, au seul bénéfice de leur communauté, dont les valeurs sont incompatibles avec la démocratie. L’intimidation et la violation des libertés des femmes musulmanes en offrent des exemples frappants. On peut très facilement le constater, en particulier, dans les ghettos à majorité musulmane, en France et en Suède, par exemple. Un documentaire, intitulé « Allah-Islam », actuellement diffusé par la chaîne 10 en Israël, l’illustre parfaitement -5-.

 

Les perspectives de ce conflit des cultures s’obscurcissent à la mesure des attitudes politiques prônées en Occident. La multitude d’erreurs et d’omissions volontaires présentes dans le discours au monde musulman du Président Obama, au Caire en 2009, en fournit un exemple presque parfait -6-. Mais le multiculturalisme apparaît être un facteur surdéterminant. Structurellement, il sème la confusion dans les perceptions occidentales de ce qu’est réellement la culture à l’œuvre aujourd’hui, dans le monde de l’Islam. Suggérer que toutes les cultures se valent signifie qu'il faudrait accepter de faire l’impasse sur les faits de criminalité particulièrement répandue, dans le monde musulman, y compris au cours des diverses révoltes nationales qu’on a pu appeler « le Printemps Arabe », ou, disons-le, plutôt, « l’Hiver Islamiste».

 

Il serait, au plus haut point, politiquement incorrect d’oser faire remarquer qu’alors que la culture occidentale est problématique, la culture islamique contemporaine lui reste inférieure. Pourtant, il serait intéressant qu’on puisse le faire comprendre aux Musulmans vivant en Occident, en particulier. Car si les deux cultures étaient équivalentes, alors l’Occident devrait, théoriquement, pouvoir agir envers les Musulmans dans ses pays, tout comme la plupart des pays musulmans se sont comportés envers leurs ressortissants juifs, durant les décennies qui ont fait suite à la Seconde Guerre Mondiale. Et si l’Occident agissait de la sorte, il pourrait restreindre les droits civiques, confisquer les passeports et tous les biens des personnes originaires des pays musulmans. A la suite de quoi, il pourrait les expulser par la force. Si l’Occident s’alignait sur les actes des Libyens envers les Juifs, il pourrait même en tuer par dizaines -7-.

 

Qu’est-ce que viennent faire Israël et les Juifs dans tout ce fatras ? La lutte que mène contre eux le monde musulman est, pour partie, séparé de ce conflit des civilisations et, pour une autre partie, en est consubstantielle. Un exemple de ce dernier point survient, cette année en France, Lorsque le Musulman d’origine algérienne Mohamed Merah a assassiné aussi bien des soldats que des Juifs -8-. Les tentatives d’intimidation contre les Juifs, menées principalement par des Musulmans en Occident, conduit, par exemple, les Juifs à éviter de porter une kippa, puisqu'ils doivent dissimuler leur identité dans la sphère publique de la plupart des grandes villes européennes, .

 

Ce conflit ne mènera pas nécessairement à une explosion de grande ampleur. Mais, il peut déboucher, plus largement, sur une situation croissante de chaos, sans, pour autant conduire à un choc frontal total entre les mondes occidental et islamique. On prête trop peu d’attention à cet affrontement incessant des cultures. Cela peut aussi signifier que les mutations dans ces deux univers sont souvent analysées sans qu’on mette en évidence leur corrélation avec cette confrontation. C’est, de toute évidence, un autre erreur fondamentale.

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

 

Adaptation : Marc Brzustowski.

 

-1-http://news.bbc.co.uk/onthisday/hi/dates/stories/november/21/newsid_4187000/4187184.stm

-2-http://libya.usembassy.gov/about.html

-3-Juliana Menasce Horowitz, “Declining Support for bin Laden and Suicide Bombing,” PewResearchCenter Publications, 10 September 2009.

 

-4-http://www.jcpa.org/phas/phas-043-gerstenfeld.htm

-5-Four documentaries, “Allah-Islam: The Spread of Islam in Europe,” broadcast by Israel’s Channel 10 in September 2012. 

-6-www.nytimes.com/2009/06/04/us/politics/04obama.text.html?pagewanted=all

-7-http://jcpa.org/article/the-final-exodus-of-the-libyan-jews-in-1967/

-8- Manfred Gerstenfeld, .”The Toulouse Murders.” Journal for the Study of Anti-Semitism, Issue #4/1. 2012.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis