Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 20:50

logojusticebertrand

 

 

Par Maître Bertrand Ramas-Mulhbach

 

Pour © 2013 lessakele

Le 9 mai 2013, le  cheikh qatari Youssouf Kardawi, en visite dans la bande de Gaza, a affirmé qu’Israël n’avait pas le droit d’exister, en l’absence de présence historique de juifs sur cette terre (qui doit revenir à la nation arabe). Le discours de ce responsable sunnite, président de l'Union Internationale des Savants Musulmans (Oulémas), membre de la confrérie des Fréres Musulmans  et du Conseil Européen pour le Recherche et la fatwa,visait plusieurs objectifs. Tout d’abord, il convenait de conforter les palestiniens de la bande de Gaza dans leur motivation, s’agissant de la lutte contre Israël (jusqu’à la victoire finale). Par ailleurs, il devait rappeler au monde arabo musulman, divisé et entredéchiré (avec des croyants qui s’entretuent), que la disparition prochaine de l’entité sioniste était certaine. Enfin, il convenait d’entretenir l’idée selon laquelle l’Islam est bien la religion que le monde doit embrasser à terme, ce que l’existence d’Israël contredit.
L’influence de ce responsable religieux est considérable dans l’interprétation et le mode de compréhension de la loi islamique, ses thèses démontrant sa parfaite connaissance des outils des sociétés démocratiques, de leur fonctionnement et de leur mode d’utilisation, pour favoriser l’aboutissement du projet islamique. Ainsi, ce responsable religieux considère que la démocratie est compatible avec l’Islam, mais qu’en aucun cas, la charia ne doit être amendée ou se conformer aux valeurs et standards humains changeants. En d’autres termes, la démocratie doit permettre à une majorité de décider du choix islamique d’organisation de la société, non pas de figer le principe de liberté de pensée. Pour ce qu’il en est de la laïcité, il considère le principe démocratique de séparation du religieux et du profane comme étant condamnable. La laïcité dans les sociétés occidentales doit servir à assurer la neutralité de l’Etat ou à garantir la liberté d’exercer ou non une religion, sans jamais l’interdire.
Cet opportuniste démocratique a, en revanche, des positions plus tranchées à l’égard d’Israël. Il a toujours soutenu le Hamas pour ce qu’il en est des attentats suicide  qui sont : « l'arme que Dieu a donnée aux pauvres pour combattre les forts, telle une compensation divine ». Pour ce qu’il en est de l’éradication d’Israël, il n’a pas manqué d’affirmer : «Tout au long de l'histoire, Allah a imposé aux juifs, des personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. C'était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des croyants». Sa grande satisfaction serait d’ailleurs d’assister personnellement à l’élimination de l’entité sioniste : « La seule chose que j'espère, au crépuscule de ma vie, c’est qu’ Allah me donne l'opportunité d'aller au pays du jihad et de la résistance, ceci même sur un fauteuil roulant. Je tuerai les ennemis d'Allah, les sionistes ».
Ce responsable sunnite exerce également une influence grandissante dans les pays au sein desquels l’islamisation poursuit son ascension comme la France où il ne manque pas d’orienter le vote de la population musulmane. En 2012, il a recommandé aux citoyens français musulmans de ne pas voter pour le candidat d'un parti qui aurait soutenu la loi française contre le port du voile islamique à l'école.
En somme, et comme pour bon nombre d’adeptes, l’islamisme est un modèle social à même de se substituer au modèle démocratique, envisagé comme l’aboutissement de la civilisation humaine, ou encore comme la vérité ultime. La démocratie présente en outre, l’avantage de contenir les moyens de sa propre disparition  (ce qu’Hitler avait parfaitement compris en 1933).

Pour l’heure, les évènements contemporains ne lui donnent pas tout à fait tort : les pays musulmans ayant accédé à la démocratie ont choisi l’islamisme comme mode d’organisation de la société (Egypte, Turquie, Tunisie) et en Syrie, le chef du front jihadiste Al-Nosra (composé  de combattants syriens et de volontaires étrangers), ambitionne d'instaurer une gouvernance islamique dans la Syrie de l'après-Assad.

Dans le monde occidental, la France est un pays intéressant pour y développer les thèses islamistes. L’absence de cohésion nationale, le départ des nationaux du territoire pour des raisons fiscales ou sociales, l’incitation au départ de la matière grise, la laïcité, l’incapacité des gouvernants à rassembler la population et à cultiver un sentiment de fierté nationale, sont autant d’atouts pour substituer une théocratie islamique aux fondements du pacte social démocratique.

Al Aida, qui menace la France depuis de nombre années, maintient donc le cap : le 8 avril 2013 le chef Ayman Al-Zawahiri a menacé la France de représailles raison de son intervention au Mali : « je préviens la France qu’avec la volonté de Dieu, elle connaîtra le même sort qu’a connu l’Amérique en Irak et en Afghanistan ». (L'ambassade de France à Tripoli a finalement été la cible d'un attentat le 24 avril 2013). De même, le 8 mai 2013, Abou Obeida Youssef al-Annabi, chef du Conseil des notables Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) a appelé tous les musulmans à attaquer les intérêts français dans le monde en raison de « l'agression » dont la France se rend coupable au Mali.

 
La France découvre également qu’Al Qaida forme des combattants issus de la société française. Elle les poursuit donc (lorsque cela est possible) pour « association de malfaiteurs en vue de commettre des actes terroristes », comme le djihadiste français, expulsé du Pakistan, et mis en examen le 8 avril 2013, ou encore le jihadiste français Gilles Le Guen arrêté le 28 avril 2013 (qui affirmait « l’intervention occidentale rendra notre lutte légitime comme celle de nos frères d'Afghanistan et de Palestine. Nous nous battrons jusqu'au bout»), voire enfin de nombreux jihadistes franco africains qui partent au Sahel pour faire la «guerre sainte» et qui considèrent la France comme un ennemi prioritaire…Ce viviers de jihadistes devrait être parfaitement opérationnel lorsqu’il s’agira de passer à l’action sur le territoire français…
Le christianisme a fustigé le peuple juif « déicide » pendant deux mille ans, incitant insidieusement à la commission d’actes antisémites et conduisant à l’extermination de 6 millions de juifs dans les camps de la mort nazis. Pour les islamistes, il est également une responsabilité collective des juifs (non pas de la mort de Jésus mais) de la naissance d’Israël. Les méthodes sont donc voisines de celles d’Hitler avec des messages diffusés en boucle à des esprits faibles, confrontés à la crise morale et financière, en perte de repères, à qui il est conféré une utilité et une importance sociale particulière lorsqu’ils deviennent des soldats, serviteur de la cause.
La survivance du peuple juif contredisait la vérité de la religion chrétienne pour qui Jésus était le Messie des juifs (ce qu’ils n’ont pas admis). Les considérer comme peuple déicide justifiait alors leur élimination. De la même manière, l’existence d’Israël contredit la vérité de l’Islam. Or, tant que la religion de Mahomet n’aura pas entrepris son propre « Vatican II », l’islamisme ira jusqu’au bout de ses convictions en essayant d’anéantir Israël. En attendant, le déni d’Israël et l’affirmation de son illégitimité ne sont que des discours d’attente destinés à préparer des Mohamed Merah « potentiels », a fortiori dans les pays où le rejet de la religion génère une carence en terme de spiritualité, éminemment dommageable.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis