Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 08:50



DEBKAfile  Reportage spécial 19 mai 2011, 11:00 PM (GMT+02:00)

 

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele  et © 2011 aschkel.info

Tags:  Barack Obama      Binyamin Netanyahu    1967 lines    Palestinians 

 

Barack Obama expose une politique moyen-orientale controversée

 

Le discours de déclaration de politique générale du Président des Etats-Unis, Barack Obama, jeudi 19 mai, selon lequel Israël devrait se retirer sur les lignes de 1967, au cours d’un échange de territoires mutuellement concédés, a provoqué la consternation à Jérusalem. Avant de s’envoler vers Washington, le Premier Ministre Binyamin Netanyahou a déclaré : « les lignes de 1967 sont indéfendables. La sécurité d’Israël requiert une présence de Tsahal le long du Jourdain. Israël apprécie l’engagement du Président américain en direction de la paix, mais un Etat palestinien ne peut émerger aux dépends de l’existence d’Israël».

 

Au cours de sa déclaration, le Premier Ministre a mis en exergue que, non seulement les Etats-Unis, mais les Palestiniens [surtout] doivent reconnaître Israël comme étant le foyer national du peuple juif et qu’un accord de paix doit garantir la fin de toute revendication contre l’Etat juif d’Israël.

 

Effectivement, Jérusalem n'a pu que rejeter la nouvelle politique moyen-orientale d’Obama qui a trait à la résolution du conflit avec les Palestiniens, avant même qu’il (Netanyahou) ne rencontre le Président américain à la Maison Blanche, vendredi.

 

Comme il l’a exposé jeudi soir, Obama en appelle à des échanges mutuels de territoires, équivalant à exiger qu’Israël donne aux Palestiniens ceux qu’il détient et qui constitueraient alors la majeure partie d’un territoire souverain, à l’issue d’une évacuation des blocs d’implantations de la Bande Occidentale (de Judée-Samarie). Cette exigence n’a fait l’objet d’aucun accord, au cours des précédents échanges entre la Maison Blanche et le bureau du Premier Ministre, en amont de ce discours. Cela contredit, également, la garantie que la Présidence Bush avait donnée au Premier Ministre Ariel Sharon en 2004, de ne pas contraindre Israël à se retirer sur les lignes indéfendables de 1967. Obama est aussi le seul Président des Etats-Unis à exiger que Tsahal se retire d’un Etat palestinien sans aucune mesure de sécurité requise pour Israël, après les multiples attaques arabes et palestiniennes et des menaces toujours patentes. Le plan du Président américain entraînerait aussi l’évacuation de Tsahal de ses lignes de défense vitales dans la vallée du Jourdain, contre toute invasion venue de l’Est, qui passerait alors sous le contrôle de l’Etat Palestinien.

 

 

Le Président américain a déclaré, de manière répétée, que l’Etat palestinien devait se définir comme « un état souverain et contigu », bordant l’Egypte, la Jordanie et Israël. Ce qui offrirait à l’Etat palestinien seul, le contrôle de ses frontières, sans aucune considération pour les fondamentaux de sécurité israéliens. On conseille ainsi à Israël de se satisfaire de « l’engagement inébranlable » de l’Amérique à l'égard sa propre sécurité.

 

Obama a introduit un nouveau concept, pour les négociations de paix israélo-palestiniennes, qu’il a, d'ores et déjà, admis que les « Palestiniens l’avaient outrepassé ». L’Etat palestinien devrait être « non-militarisé », a-t-il expliqué -  et pas « démilitarisé », comme l’exigeait Israël, c'est-à-dire : possédant une armée d’une importance à négocier entre les parties.


Des sources à Washington ont, un peu plus tard, informé les reporters du fait que le discours d’Obama avait été retardé de plus d’une heure, à cause d’une discussion en coulisses que la Maison Blanche a poursuivie avec Jérusalem et Ramallah, en quête d’approbation par les deux parties des lignes de force contenues dans son discours.

 

Les sources de Debkafile à Washington mentionnent que, malgré les fortes réticences émises sur plusieurs points, aussi bien par Netanyahou que Mahmoud Abbas, ces sources ont conclu que cela ne devrait pas les empêcher de reprendre la négociation sur la base des principes édictés par Obama.

 

Selon d’autres sources, rien de tel n’a fait l’objet d’un accord de principe et des différences essentielles subsistent, en ce qui concerne les discussions qu’aura Benyamin Netanyahou à la Maison Blanche, à Washington, ainsi que les discours qu’il tiendra devant le Congrès et la conférence de l’AIPAC, le lobby israélo-américain.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis