Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 11:52

LE PRETRE A DIT LA VERITE, IL SERA EXECUTE -1-


Messagepar Nina » Juin 9th, 2011, 8:13 am

 

http://zakhor-online.com/forum/viewtopic.php?f=3&t=95


S'ÉCRASER DEVANT L'ISLAM : UN PRÊTRE A PARLE !

Image

En Janvier 2011, apparaissait un article dans « valeurs actuelles » concernant les observations de l'aumônier Benoît Julien de Pommerol. Ce dernier qualifiait de dérives graves les complaisances que l'armée française devait impérativement suivre pour plaire aux tribus locales.

Non seulement les soldats devaient assurer la sécurité de certains villages mais ils devaient faire abstraction des violences terribles faites aux femmes et aux enfants par la gente masculine locale.

Dégoûté, le « padre » n'a pu s'empêcher de dénoncer les horreurs et le relativisme culturel que les soldats français sont obligés de subir.

« . « L’Église se meurt du silence des prélats, disait sainte Catherine de Sienne. Si je me tais, je raccroche les gants », dit-il. (http://www.valeursactuelles.com//photos ... apport.pdf)

Il y a en Afghanistan une volonté de l’armée française de créer un état d’esprit tout à fait déférent et bienveillant face à l’islam. Une crainte presque servile de déplaire à l’islam.

TÉMOIGNAGE :

Les informations, consignes et règles de vie qui nous sont données sont parsemées de détails visant à surtout respecter la République islamique d’Afghanistan dans ses coutumes et ses lois. Ces consignes ne seraient jamais données en France car elles choqueraient les mentalités. Mais sous le prétexte qu’“ils sont chez eux”, nous assistions à une démission de l’intelligence, une trahison de l’esprit, un bannissement effrayant de la conscience… Ce qui est mauvais ici devient-il bon 7 000 kilomètres plus loin ?

Me désolant, lors d’une patrouille, de voir une fillette de 10 ans accompagnée de son mari qui devait en avoir 50, j’eus comme réponse le fameux argument : “Ils sont chez eux.” Or jamais cette personne ne m’aurait répondu cela en “temps normal”.

Une autre fois, ce fut une mère de famille, à terre, massacrée à coups de pied par son mari devant leurs enfants (les petits garçons seulement) qui poussaient des cris de joie à chaque fois que le coup portait à la tête. Évoquant le soir à table cet épisode qui avait marqué plus d’un soldat assistant à la scène, toujours cette même réponse, cette fois un peu désabusée : « Oh, écoutez Padre, ils sont chez eux… »

Ces comportements qui, en France, seraient qualifiés de “non-assistance à personne en danger”, sont le résultat de ces fameuses consignes, mais aussi du comportement de certains chefs qui obligent, par la conformité due à l’exemplarité instituée du chef, à un certain mimétisme, voire à une surenchère, et cela jusque dans les détails…
Les militaires féminins devaient avoir les bras couverts sur le terrain… Dans le cadre des actions humanitaires menées par l’armée française, des tapis de prière sont distribués dans les villages (si les Français savaient que leurs impôts servent aussi à cela…).

Nos chefs militaires et politiques ont écrit que la victoire ne serait pas militaire. La conclusion des Afghans est que nous avons donc perdu militairement. Nous sommes des vaincus. Et parallèlement, nous essayons, dans leur vision, de les acheter, ou d’acheter la paix, à coup d’euros ou de ponts, de routes, d’écoles, de couvertures, de tracteurs, etc. Ils nous dénigrent comme vaincus, et nous méprisent comme corrupteurs.

Ces erreurs viennent aussi de la méconnaissance, de notre part, des écrits sur lesquels se fondent les talibans pour nous combattre. Il suffit de lire le Coran, la charia, pour comprendre la teneur du danger. Nous ne voulons pas le faire, nous retranchant derrière les sempiternels arguments de traduction, de version ou d’interprétation.

Un autre épisode douloureux, très douloureux, touche aux dernières volontés de soldats français, bafouées par l’autorité. Lors de l’enterrement du caporal Hutnik, le premier mort de notre Task Force, de nombreux maleks et autres dignitaires locaux étaient présents à la prise d’armes. Tous sont restés assis, discutant et plaisantant durant la cérémonie.

À la fin de la prise d’armes, plusieurs légionnaires et sous-officiers sont venus me voir pour « me confier une mission », me disaient-ils : « Padre, si on meurt ici, on ne veut pas de ces gens à notre enterrement, notre vie, on la donne à la Légion, mais notre mort, c’est entre nous. » Ils me précisaient que le dernier moment, le dernier adieu, devait se passer au milieu de leurs frères d’armes, pour être porté, salué, pleuré par eux, mais qu’il ne fallait pas de spectateurs.

Parmi eux se trouvait le sergent Rygiel, mort quelques semaines plus tard lors d’une attaque de talibans. Immédiatement, alors que je suis encore devant son corps sur le terrain, des légionnaires viennent me voir et me disent : « Padre, il ne voulait pas d’Afghans à son enterrement, il ne faut pas qu’ils soient là pour la prise d’armes. » Je vais donc voir le chef de corps qui me dit qu’on ne peut répondre à pareille demande car il ne veut pas prendre le risque de perdre « les avantages acquis avec cette population depuis tant d’années de présence de l’armée française ». Les gars étaient dégoûtés.

Sur le terrain, nous donnons, construisons, finançons, aidons, tout cela avec bienveillance et sourire, pendant qu’eux trichent, volent, mentent, truandent, tuent et nous prennent pour des moins-que-rien.

Ainsi, ne pas les accepter à l’enterrement leur aurait montré qu’il y a des limites et que nous ne voulons pas d’eux, qui coopèrent, avec femmes et enfants, au combat mené contre nous. Cet épisode s’inscrit, non pas dans le devoir du militaire d’observer les lois et les règlements, mais, comme beaucoup de faits évoqués, dans la volonté de s’ingénier à trouver sans cesse de nouvelles occasions de mieux s’engluer dans la soumission à l’islam en espérant plaire au système, et à des gens qui nous détestent.
Ainsi donc, à force de vouloir s’adapter, d’en rajouter, de surenchérir dans l’asservissement à l’islam et le « cirage de babouches », comme disaient des légionnaires, nous en arrivons à l’affaire du voile.

Le lundi 22 mars 2010… j’ai rencontré la sergent-chef A. R., avec la tête recouverte de son chèche, ne laissant paraître que l’ovale de son visage. Interloqué, je lui ai demandé pourquoi elle portait ainsi son chèche. « C’est un ordre », me répond-elle. Estomaqué, je lui demande des précisions, et elle m’explique que le chef du bureau opérations, la voyant tête nue (comme le sont tous les personnels), lui a demandé de se couvrir, expliquant que cela choquait les Afghans de la voir ainsi.

Le voile en Afghanistan est une obligation religieuse, et les femmes afghanes musulmanes sont donc tenues de le porter. Le problème est que la sergent-chef A. R. n’est pas une femme afghane musulmane, mais une soldate française, et qui plus est baptisée.
Le fait d’imposer un usage de la religion musulmane à une personne qui n’est pas de cette religion et qui le refuse porte atteinte à sa liberté. Liberté religieuse, car elle est obligée par un ordre d’agir contre sa foi. Liberté de conscience, car elle se voit forcée de cautionner et d’encourager cette pratique en montrant que même des militaires français l’imposent à leurs personnels féminins… »

Ce témoignage, le prêtre Julien de Pommerol l'aura payé très cher. La grande muette déteste qu'on évoque tout ce qui pourrait nuire à son image et aux raisons de son entrée en guerre en Afghanistan ou ailleurs.

Quelques internautes se sont émus du témoignage du père de Pommerol et ont voulu savoir si les prêtres catholiques étaient en diminution dans les effectifs de l'armée au profit des imams.
Or, il est avéré que les imams sont plus représentés qu'avant même si le nombre d'aumôniers dans l'armée est en nette diminution.
Nina

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis