Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 22:00

 

 

06-04-2010

http://www.decitre.fr/gi/59/9782804104559FS.gifLe « récit impossible » est une étude très détaillée de l’influence des médias sur le conflit israélo-arabe. Le lecteur décèle, au long des pages, à la fois la touche de l’historien et celle du sociologue qui cherche à expliquer et à justifier plutôt qu’à prendre position. L’auteur n’a pas voulu d’un texte technique mais d’un ouvrage didactique sous forme de survol de l’histoire de l’Etat juif à travers la façon dont sont rapportés les.....

Par:Jacques Benillouche

évènements dramatiques. L’affaire Al-Dura est abordée en premier chapitre pour illustrer la responsabilité des médias dans l’exposé des faits et les risques encourus lorsqu’ils ne sont pas tangibles. Al-Dura est le nom du jeune palestinien tué en 2000 dont les images contestées ont été reprises par France-2.

A ce sujet, l’auteur met en évidence le dilemme de tout journaliste israélien ou juif qui, parce qu’il fait parti de la « famille », est enclin à défendre Israël mais qui perd de sa crédibilité lorsqu’il ne devient plus critique.

La presse a connu, vis-à-vis d’Israël, un avant et un après 1967. L’auteur date de la Guerre des Six-jours le changement de la politique éditoriale de la plupart des journaux occidentaux. Après avoir enflammé les passions, la guerre a amené des institutions comme le Monde à modifier leur positionnement à mille lieues de l’emphase de l’éditorial du 16 mai 1948 :

« Le nouvel Etat d’Israël a été conçu de sueur, de sang et de larmes. Autant que les exploits des combattants de la Haganah ou des exaltés de l’Irgoun, la souffrance des six millions d’israélites immolés par le nazisme a concouru à lui donner le jour ».

La guerre de 1967 a transformé les arabes de Palestine en Palestiniens tandis que les correspondants de presse locaux, tous juifs, ont été remplacés par des envoyés spéciaux issus de la mouvance de la gauche radicale.

Il n’y a alors qu’un pas, franchi allègrement, pour qualifier dorénavant les journalistes de militants, parfois en conflit avec leur rédaction en chef à l’étranger. Jérôme Bourdon survole l’Histoire de l’Etat d’Israël tout en faisant œuvre d’explorateur des thèses contradictoires qui émaillent l’évolution des idées.

Mais il n’arrive pas à faire un parallèle judicieux entre les publications des deux camps car la presse palestinienne est encore en état de balbutiements. Cependant, il permet d’approfondir les deux Intifada en ne se bornant pas aux médias français mais à toute la presse européenne et anglo-saxonne.

Il explique aussi, par des faits et des exemples, la lente évolution dans la presse d’un antisionisme virant progressivement vers un antisémitisme exacerbé. Mais il démontre comment cette évolution a entrainé de fait une islamophobie justifiant comment des journalistes étiquetés viscéralement à gauche ont basculé « brutalement du soutien aux palestiniens à une condamnation sans nuance ».

Le lecteur trouvera dans cet ouvrage, dont l’approche reste très objective, les clefs du conflit israélo-arabe à travers les relations de la presse mondiale avec le monde politique. Mais il sera inquiété par le paradoxe soulevé par Jérôme Bourdon expliquant « qu’alors que bien des médias croient qu’avec une fonction de veille ils luttent pour la paix, ils produisent souvent l’inverse ».

Il laisse à entendre que les médias n’existent plus uniquement pour informer mais pour prendre part aux querelles idéologiques.

La frontière entre le militant et le journaliste devient donc, selon lui, floue. De toutes ces démonstrations, le malaise des journalistes se battant toujours pour prouver leur objectivité prédomine la relation entre le politique et les médias.

Par:Jacques Benillouche 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis