Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 23:08

Le ‘réformateur’ de la Syrie

Par Charles Krauthammer,

Washington Post, Thursday, March 31, 2011  

http://www.washingtonpost.com/opinions/syrias-reformer/2011/03/31/AFy4JFCC_print.html

Adaptation française de Sentinelle 5771

 

Nombre des membres du Congrès des deux Partis ayant voyagé en Syrie ces derniers mois ont déclaré qu’ils pensent que c’est un réformateur.

— Hillary Clinton à propos de Bashar Assad, le 27 mars 2011

Peu de déclarations du gouvernement au cours des deux dernières années parviennent à ce niveau de faillite morale et d’incompréhension stratégique.

D’abord, elle est manifestement fausse. On espérait que le président Assad serait un réformateur quand il hérita la dictature de son père il y a une décennie. Etant un ophtalmologiste formé à Londres, il a reçu un traitement complet digne d’un Youri Andropov – la présomption qu’ayant été soumis aux manières occidentales, il avait été occidentalisé. Faux. Assad a dirigé de la même poigne de fer la police d’Etat alaouite que le faisait son père.

Bashar a fait des promesses de réforme pendant le très bref printemps arabe de 2005. Les promesses furent brisées. Au cours des manifestations actuelles brutalement réprimées, sa porte-parole a fait des promesse renouvelées de réforme. Puis mercredi, lors d’une apparition au Parlement, Assad se montra effrontément arrogant. Il n’offrit aucune concession. Rien.

Ensuite, la déclaration de Clinton est moralement stupide. Voilà des gens qui manifestent contre une dictature qui a tiré à balles réelles de manière répétée sur son propre peuple, un régime qui en 1982, a tué 20.000 personnes à Hanna, puis a roulé sur les morts. Voilà un peuple d’un courage insensé exigeant une réforme – et la secrétaire d’Etat des USA déclare au monde que le voyou ordonnant de tirer sur des innocents est pourtant  un réformateur, acceptant ainsi effectivement la ligne du Parti Baas – « Nous sommes tous des réformateurs », a dit Assad au Parlement – tout en sapant la cause des manifestants.

Troisièmement, c’est incompréhensible stratégiquement. Parfois vous couvrez un allié répressif parce que vous en avez besoin pour la sécurité nationale des USA. D’où notre position muette au sujet de Bahreïn. D’où notre réponse lente sur l’Egypte. Mais il y a de rares moments où l’intérêt stratégique et l’impératif moral coïncident totalement. La Syrie en est un – une monstrueuse police d’Etat dont le régime conspire en permanence à s’opposer aux intérêts des USA dans la région.

Pendant les pires moments de la guerre en Irak, ce régime a fait passer des terroristes vers l’Irak pour combattre les soldats américains et leurs alliés irakiens. Il fait aussi couler le sang libanais, étant derrière le meurtre de journalistes indépendants et de démocrates, y compris l’ancien Premier ministre Rafik al Hariri. Cette année, il a aidé à renverser le gouvernement pro-occidental du fils d’Hariri, Saad, et mis le Liban sous la coupe du Hezbollah, Parti anti-occidental virulent. La Syrie est un partenaire de la prolifération nucléaire  avec la Corée du Nord. C’est un agent de l’Iran et son plus proche allié arabe, lui fournissant un débouché sur la Méditerranée. Les deux bateaux de guerre iraniens qui sont passés par le Canal de Suez en février ont accosté dans le port syrien de Latakieh, pénétration iranienne en Méditerranée depuis longtemps recherchée.

Pourtant, la Secrétaire d’Etat en était à couvrir le dictateur syrien contre sa propre opposition. Et les choses ne se sont pas améliorées quand Clinton a essayé deux jours plus tard de faire machine arrière en disant qu’elle ne faisait que citer d’autres intervenants. Stupidités. Sur la myriade d’opinions sur Assad, elle avait choisi d’en citer précisément une : réformateur. C’est une approbation, peu importe à quel point elle tenta plus tard de prétendre autrement. 

Et ce ne sont pas seulement les mots, c’est la stratégie politique derrière ceux-là.  Cette consécration envers Assad est une itération consternante de la réponse du président Obama au soulèvement iranien de 2009 pendant lequel il se montra scandaleusement réticent à soutenir les manifestants, tout en réaffirmant de façon répétée la légitimité de la théocratie brutale qui les supprimait.

Pourquoi ? Parce qu’Obama voulait poursuivre « le dialogue » avec les mullahs – de façon à pouvoir leur parler de leurs armes nucléaires. Nous savons comment cela évolua.

La même suffisance anime sa politique en Syrie – conserver de bonnes relations avec le régime de sorte qu’Obama puisse baratiner sur son alliance avec l’Iran et son parrainage du Hezbollah. 

Une autre faillite abjecte. La Syrie a rejeté avec mépris les flatteries d’Obama – visites obséquieuses du Président du Comité des Relations Extérieures du Sénat John Kerry et retour du premier ambassadeur des USA à Damas depuis l’assassinat de Hariri. Réponse d’Assad ? Une alliance encore plus resserrée et ostentatoire avec le Hezbollah et l’Iran.

Notre ambassadeur à Damas devrait exiger de rencontrer les manifestants et de rendre visite aux blessés. En cas de refus, il devrait être rappelé à Washington. Et plutôt que de « déplorer les mesures sévères », comme l’a fait Clinton dans son pas de clerc, nous devrions le dénoncer en un langage vigoureux et dans tous les forums possibles, y compris le Conseil de Sécurité de l’ONU.

Personne ne demande une aide du même type que pour la Libye. Si Kerry veut se ridiculiser en continuant d’insister en disant qu’Assad est un agent du changement, eh bien, nous sommes un pays libre. Mais Clinton parle au nom de la nation.

letters@charleskrauthammer.com  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis