Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 15:59

 

Shmuel Trigano (Copier)

LE RETOUR DU CENTRE

 

Shmuel Trigano 24 Janvier 2013

 

L’avantage de l’âge et la connaissance de l’histoire des partis politiques israéliens permettent d’avoir une perspective inhabituelle sur les récentes élections.

 

Deux phénomènes marquants les caractérisent:

 

- l’apparition sur la scène de deux nouveaux partis Yesh Atid (19 sièges) avec Yair Lapid comme leader et Habayit hayehoudi (12 sièges) avec Naftali Benett pour tête de liste (en fait c’est la venue de Benett à la tête de ce parti, déjà existant, qui est la cause de son renouveau). En arrière plan de ce phénomène, on prend note bien sûr de l’effondrement spectaculaire de Kadima sous la houlette de Shaul Mofaz, qui passerait de 28 sièges à deux.

 

- cette évolution a pour cadre l’affaiblissement du Likoud-Israel Beitenou, un bloc qui passe de 41 à 31 sièges, tout en restant la principale force politique du pays.

 

C’est ce dernier point qu’il faut d’abord analyser car il est clair que la chute d’influence duLikoud autant que l’effondrement de Kadima ont fourni le réservoir de voix des deux nouveaux partis (originellement Kadima émane d’une scission du Likoud emmenée par Sharon). Le semi-échec de Natanyahou dans l’opération « Colonne de nuée », la déception profonde de ses électeurs devant ses atermoiements, la tension entre la mobilisation militaire et morale du pays et le renoncement à en finir avec le terrorisme de Gaza annonçaient déjà cette évolution. Natanyahou ne communique pas. Il est étrangement absent des tribunes et il ne fait pas de doute que son éloignement lui a terriblement nui alors que Yair Lapid, journaliste et homme de communication, a fait le tour du pays pour recueillir les doléances de l’électorat. De plus, Natanyahou était donné pour vainqueur par les sondages, ce qui a autorisé ses électeurs a manifester leur mécontentement à son égard, en votant pour d’autres partis, sans que pour autant ils ne cessent de voir en lui, semble-t-il, l’homme de la situation.

 

Il ne faut en effet pas se méprendre Yesh Atid est un parti de centre droit et non de gauche. Ses électeurs peuvent être des transfuges du Likoud qui n’ont pas apprécié la fusion avecIsrael Beitenou, trop à droite. Quand à Bayit hayehoudi, la proximité au Likoud est encore plus grande, mais, contrairement à ce que l’on pense, ce parti est au centre-droit. Il ressuscite de façon étonnante le Parti National Religieux, le Mafdal, qui avait été tout au long de l’histoire un parti charnière entre laïques et religieux et que la naissance du Gouch Emounim avait pulvérisé en déplaçant une grande partie de son électorat à droite toute. Le parti de Benett rassemble aujourd’hui (comme Yesh Atid) laïques et religieux avec cette différence que son engagement sioniste et national est beaucoup plus marqué que pourYesh Atid. Le fait qu’il devienne membre de la coalition aux côtés de Yesh Atid justifiera ou pas ce classement que je suggère au centre droit. Il semble en effet que ce parti ne serait pas radicalement hostile à une réduction des budgets en faveur des ultra-orthodoxes ou au service militaire pour les étudiants de Yeshiva, tout en étant clairement proche de l’orthodoxie moderne, le sionisme religieux d’il y a 40 ans. Il n’est pas sûr en effet que la question des territoires constitue un critère pour le classer à l’extrême droite, du fait de l’évolution générale de l’opinion israélienne dont certaines études d’opinion montre le scepticisme quant à un accord de paix prévisible avec les Palestiniens (1).

 

Le ventre mou du système

 

Je vois dans le phénomène que représente le surgissement de ces deux partis une étonnante recomposition de partis centristes qui avaient occupé le milieu du spectre politique israélien depuis ses origines et que l’on connaissait bien dans les années 1960-1970. En fait Yesh Atid prend la place du Parti des « Sionistes Généraux » et Bayit hayehoudi celle du Mafdal. Ces deux partis étaient en règle générale de toutes les coalitions, du temps ou le Parti Travailliste était dominant. La naissance du Likoud (né d’une alliance de 2 partis), du temps de Begin, avait modifié la donne et d’une certaine façon aujourd’hui l’érosion du Likoud leur rouvre la voie.

 

En fait la place des Sionistes Généraux est le ventre mou du système. Depuis 1967, de nombreux partis se sont créés dans ce lieu puis ont disparu aussi vite. Rappelons nous leDash de Yigal Yadin, rappelons nous, en 2003, le Shinouy du père de Lapid, rappelons nous Kadima. Aujourd’hui Yesh Atid. On peut faire le pronostic que Yesh Atid disparaîtra aussi d’ici la prochaine Knesset. De fait, ce parti promet le « changement » (sic) – c’était déjà le cas du du parti de son père Shinouy dont le nom, veut dire « changement »- mais son programme est inexistant, son chef une vedette de la TV. Que 19 sièges consacrent un tel parti est inquiétant et témoigne de la déception qu’inspire le paysage politique à une partie des électeurs israéliens. C’est sans doute un vote de protestation et un feu de paille sans lendemain. Entretemps bien sûr, ce parti va jouer un rôle important dans la coalition, mais sa capacité de faire face à des décisions gravissimes pour l’avenir de l’État laisse perplexe.

 

Religieux

 

Le déclin du Shas (11) est aussi significatif car lui aussi avait tenté d’occuper le centre vide du système durant plusieurs années. Nous avons pu remarquer que, durant la campagne, Lapid comme Benett s’adressaient aussi aux électeurs sépharades, sans doute lassés par le parti dont la marque de fabrique était la défense de leurs intérêts. Le Shas a-t-il des chances d’entrer dans la coalition, c’est possible mais comment se comportera-t-il avec un Lapid qui veut annuler tous les privilèges du secteur religieux ? Si Bayit Yehoudi and Yesh Atid entrent en coalition avec Natanyahou, point n’est besoin du Shas. Peut-être même Lapid attirera-t-il Livni. En tel cas la friction avec le Bayit Yehoudi est assurée car Livni et Lapid sont sensibles aux exigences de l’Union européenne et des États Unis concernant l’État de Palestine. C’est tout autre chose avec Bennett qui est sourcilleux sur le plan de la souveraineté israélienne, du sionisme et pas favorable à la création d’un nouvel État entre le Jourdain et la mer (mais à un statut d’autonomie).

 

La politique

 

Il est d’allers étonnant que la question palestinienne et celle de l’Iran, sauf pour ce dernier point chez Natanyahou, n’ont pas été au centre de la campagne si ce n’est pour Livni dont le faible résultat indique le degré d’intérêt public pour la chose. Bien au contraire, la question sociale et celle des religieux ont suscité les débats les plus forts et expliquent la montée de Lapid. Agitéee frénétiquement par le parti Avoda, elle ne lui a pas profité. Sans doute sa dénonciation du « capitalisme » par son leader, Shelly Yachimowitch, était-elle trop violente et peu convaincante. Concernant l’enjeu religion-laïcité, les partis qui font office avant tout de laïcité ou de religion sont à égalité : 19 pour Lapid, 18 pour le Shas et les Ultra orthodoxes (Yahadout hatora), si l’on ne compte pas Bayith hayehoudi, plus centriste. Bien que la religion soit pour lui un pilier central, le parti de Naftali Bennett, contrairement aux partis dits « religieux », a des intérêts non sectoriels, couvrant toute la réalité socio-politique, ce qui justifie ce classement. Sur le plan de la politique étrangère, la présence de Lapid dans la coalition ramènera Natanyahou vers le centre et donc vers la vision des choses européenne et américaine, et ce d’autant plus si Tsipi Livni se joint, via Lapid, au gouvernement, ce qui ne sera pas sans provoquer de tensions avec Bennett. Si Lapid donne le ton à la coalition, les angles seront bien « arrondis » avec Obama. D’une certaine façon, le mouvement vers le centre de l’électorat israélien témoigne indirectement aussi de son inquiétude devant l’isolement international d’Israël découlant de la politique américaine et européenne en faveur des Palestiniens. Il donne aussi une issue à la politique de Natanyahou sur le plan diplomatique. N’oublions pas, cependant, que les nouveaux politiciens qui entrent sur scène sont des néophytes. Ils auront fort à faire avec un politicien chevronné comme Natanyahou… Reste que la politique de ce dernier n’est plus très claire.

 

Note

 

(1) Les résultats d’un sondage d’opinion du Jerusalem Center for Public Affairs de décembre 2012 auprès de 83% des Israéliens (la part juive de la population) est très éclairant, si tant est que l’on peut prêter une fiabilité à toute épreuve aux sondages. Cet intérêt sélectif se justifie au regard du choix nationaliste-palestinien et anti national (israélien) de la minorité arabe israélienne, en tous cas de ses représentants à la Knesset (11 sièges) qui pratiquent une attitude politique d’auto-exclusion, ce qui dans leur double langage s’appelle « apartheid israélien »… Néanmoins un sondage serait intéressant pour vérifier si la masse des Arabes israéliens pense comme ses députés. Face à la demande que les citoyens arabes fassent aussi leur service militaire, puisqu’on l’exige des ultra-orthodoxes juifs, il y a eu en effet des opinions arabes qui répondaient favorablement à cette demande, ce qui témoigne d’un signe encourageant d’intégration dans la citoyenneté.

Pour ce qui est de la population juive, 76% estiment qu’un retrait sur les lignes de 1967 ne satisferait pas les Palestiniens ; 22% seulement croient que cela mettrait fin au conflit ; 74 % pensent qu’Israël a besoin de profondeur stratégique (Judée-Samarie) ; 66% désapprouvent un retrait sur les lignes de 1967 en échange d’un accord avec Les Palestiniens ; 65% s’opposent à la redivision de Jérusalem ; 65% s’opposent au retrait de la vallée du Jourdain ; 68 % s’opposent à l’évacuation d’Ariel et de la Samarie occidentale; 72 % veulent qu’Israël contrôle les blocs d’implantations israéliennes ; 73 % s’opposent à l’évacuation des collines de Judée Samarie entourant l’aéroport de Ben Gourion ; 67% estiment qu’Israël doit contrôler l’autoroute 443 qui relie Jérusalem à Tel Aviv ; 52% pensent que la sécurité est plus importante que la paix. C’est on ne peut plus clair: si les Israéliens sont pour un État palestinien, celui ci ne correspond pas aux ambitions immédiates et à long terme (toute la « Palestine ») de l’OLP. Ces critères d’évaluation nous montrent où se trouve le « centre » politique en Israël. De ce point de vue la position du Bayit Yehoudi est au centre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis