Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 22:59

 

Manfred Gerstenfeld interviewe Steven M. Cohen

 

steve cohen (Copier)

Steven M. Cohen

 

 

“L’identité juive” peut être perçue comme une identité sociale. Elle fait référence aux croyances, aux attitudes et à l’appartenance, mais aussi à la façon dont les Juifs agissent, se comportent et interagissent avec d’autres.  Le Judaïsme et la Judéité font essentiellement porter l’accent sur l’interaction avec d’autres Juifs, ainsi que sur la participation à la communauté et à la société.

“ L’énorme changement survenu dans l’intégration des Juifs, au sein de la société américaine dans son ensemble, est essentiel à la compréhension de la façon dont les identités juives s’y sont adaptées. Comparé à il y a à peine cinquante ans, les Juifs d’aujourd’hui ont, beaucoup moins souvent des épouses juives, des amis, des voisins et des collègues de travail juifs. Il n’est guère surprenant qu’ils se sentent moins attachés à la notion de peuple juif et à Israël ».


Steven M. Cohen est Enseignant-Chercheur en politiques sociales juives au Collège de l’Union Hébraïque – Institut de Religion juive,- et Directeur des archives de politique juive à l’Ecole Berman de l’Université Wagner de New-York. En 1992, il est venu en Israël pour y enseigner à l’Université Hébraïque de Jérusalem, durant 14 ans. Parmi les livres qu’il a écrit, on trouve : Le Juif de l’intérieur : Soi, la Famille et la Communauté en Amérique, qu’il a co- rédigé avec Arnold Eisen.

“Cette intégration croissante reflète plusieurs évolutions positives, comme un antisémitisme en baisse, une réussite juive en hausse et une plus grande acceptation des Juifs par les non-Juifs. Non seulement les jeunes Juifs impliqués dans des relations avec des non-Juifs sont plus nombreux, mais des centaines de milliers de non-Juifs aiment des Juifs. C’est devenu une situation très courante, aujourd’hui, alors qu’il s’agissait d’occasions plutôt rares, il y a juste quelques décennies. En même temps, cette intégration a amené plusieurs conséquences néfastes pour le Judaïsme et la Judéité.

“L’autre évolution importante, c’est que les Juifs se sentent autorisés à affirmer si, quand, où et comment ils exprimeront leur identité juive. C’est un changement qui passe de constructions normatives dans la façon d’être juif à une intelligence esthétique des situations. Une approche normative soutient que l’implication juive est bonne et juste, et que certaines façons d’être Juif sont meilleures que d’autres. Une approche esthétique perçoit l’être Juif  comme une question de style et de culture. C’est devenu une ressource de signification plutôt qu’un impératif éthique ou moral.  

“Dans les années 1960, existait encore un consensus qu’être Juif était une question d’obligation. De telles normes peuvent découler de D.ieu, des parents, de la nostalgie, de la tradition, de la Loi Juive et/ou de l’appartenance au peuple juif. On pouvait, bien sûr, les transgresser, mais lorsque cela arrivait, on s’en sentait coupable. Il y a beaucoup moins de gens, aujourd’hui, qui envisagent le fait d’être Juif comme une question de normes et d’obligations.

“La combinaison de ces deux changements résultant d’une intégration croissante au sein de la société américaine, d’une part, et d’une insistance moins grande sur le Judaïsme en tant que système normatif, de l’autre, a conduit, à la fois, à des changements substantiels et à une diversité croissante dans ce que cela signifie d’être Juif en Amérique, selon la façon dont le public juif américain le définit et l’expérimente.

“Les labels confessionnels essentiels que les Américains juifs emploient pour définir leurs façons d’être Juifs demeurent de se reconnaître Orthodoxe, Traditionnaliste ou Réformiste. Il existe d’autres possibilités – telles que Reconstructionniste  et faire partie du Renouveau Juif, ainsi que l’augmentation des tendances non-confessionnelles et post-confessionnelles. Il existe, cependant, beaucoup d’autres façons d’être, en-dehors de la vie confessionnelle, dans lesquelles les Juifs Américains « s’engagent en tant que Juifs ». Beaucoup vivent encore dans des quartiers juifs, tel que l’Upper West Side de New York, Squirrel Hill [La Colline de l’Ecureuil] (Pittsburgh), ou Silver Spring [le Printemps Argenté] (Maryland). Les Juifs situés dans des zones de plus grande concentration résidentielle ont, non seulement, plus de voisins juifs ; ils ont plus fréquemment des épouses juives, plus d’amis juifs, et plus de liens institutionnels que ceux vivant dans d’autres environnements d’implantations plus clairsemées. Les Juifs vivant dans des quartiers d’implantation plus ancienne conservent souvent un style ethnique ; beaucoup manifestent leur judéité par des préoccupations politiques intérieures ou à l’égard d’Israël.

 

“Sur un autre plan, le mouvement du Centre Communautaire juif apporte une contribution majeure à la construction de la communauté et à l’éducation juive informelle. Qui plus est, les Juifs Américains ont une vie culturelle riche, en ce qui concerne la musique, l’art, la littérature, la vie universitaire, le journalisme, la danse et les musées de genres diversifiés. Il y a des centaines de millions de pages sur Internet, relatives à des centres d’intérêt juifs. Il se produit, également, une augmentation très étudiée de l’engagement juif dans le militantisme social et juridique. Il y a ainsi une vie juive qui est menée par beaucoup plus de gens d’une vingtaine et d’une trentaine d’années, à l’extérieur du réseau traditionnel. La question est : A quelle rapidité la communauté juive américaine reconnaîtra-t-elle la valeur des efforts fournis par des gens plus jeunes, vivant à l’extérieur du cadre institutionnel traditionnel et est-ce qu’elle les soutiendra ?

“L’extension des mariages mixtes et des groupes d’amitiés mixtes est vraiment significative. Environ les deux-tiers des Juifs Américains âgés ont essentiellement des amis juifs. Par contraste, les deux-tiers de la génération de moins de trente ans a, majoritairement, des amis non-Juifs. Le changement démographique déterminant qui a eu lieu se traduit par la forte expansion du célibat, parmi les jeunes adultes non-Orthodoxes.

Cohen conclut : “Le caractère inévitable du changement identitaire rapide, du collectif à l’individu, et des normes au style de vie, combinés à la diversité des Juifs Américains, fait de la tâche consistant à relier les missions du Judaïsme aux exigences du public juif un défi continuel et sans fin ».


Le Dr. Manfred Gerstenfeld préside le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Ceci est la version courte d’une interview parue dans “American Jewry’s Comfort Level. Present and Future», par Manfred Gerstenfeld et Steven Bayme (2010). Ce livre peut être téléchargé au lien suivant :


http://www.jcpa.org/JCPA/Templates/showpage.asp?DBID=1&LNGID=1&TMID=84&FID=845&PID=0

 

Adaptation : Marc Brzustowski.

 

 

Steven M. Cohen and Arnold Eisen, The Jew Within: Self, Family and Community in America (Bloomington: Indiana University Press, 2000).

Charles S. Liebman, Deceptive Images: Toward a Redefinition of American Judaism (New Brunswick, NJ: Transaction Books, 1988). 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis