Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 13:33
Un investisseur musulman prie à la Bourse de Dubaï. Selon certains analystes, la finance islamique devrait se concentrer davantage sur les questions morales et éthiques, qu’elle a trop longtemps ignorées.










Milliere Guy -
jeudi 25 février 2010






les4verites

Nous faisons face, depuis une trentaine d’années, à une offensive planétaire de ce que Daniel Pipes a appelé l’islam militant : celui-ci inclut l’islam radical, mais ne se limite pas à lui. Cette offensive doit être regardée en face.

L’un des vecteurs primordiaux de l’islam militant est l’Organi sation de la Conférence Isla mique qui a, entre au tres, mis la main sur le Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Elle a ainsi contribué à promulguer une déclaration islamique des droits qu’il faut lire jusqu’au bout pour discerner tout ce qu’elle recèle d’imposture, de perfidie et de double langage.

Ses cibles sont planétaires et incluent les États-Unis, mais l’Europe est pour elle, grâce aux bons offices d’idiots utiles divers pratiquant la soumission préventive, une zone à même de tomber assez rapidement.Son instrument de prédilection, ces derniers temps, n’est pas le foulard ou la burqa dont on parle tant, n’est pas non plus la construction de minarets, mais bien la finance islamique, souvent présentée dans la presse comme plus « éthique », voire plus efficace. Il me semble urgent et indispensable d’en parler, tant que c’est encore possible.

Tout d’abord, la finance islamique n’est pas une donnée inhérente à l’islam depuis des siècles, mais un phénomène récent. Elle n’est pas le fruit d’une volonté de respecter des principes établis depuis longtemps, mais celui d’une stratégie visant à « redonner conscience d’une appartenance commune » aux membres de la umma (communauté des croyants) et à « faire avancer l’islam bien au-delà de la umma ». C’est dit très explicitement par son principal théoricien, Sayyid Abulala Maududi, fondateur du Jamaat e-islami au Pakistan.

Ensuite, elle repose sur de simples subterfuges destinés à éviter le recours au prêt à intérêt au nom de la volonté d’éviter toute forme d’« usure » (riba). Et ces subterfuges la rendent plus rigide, plus rudimentaire que la finance telle qu’elle s’est développée dans le monde moderne. Prétendre s’appuyer sur elle constitue une immense régression intellectuelle et équivaut à rayer d’un trait de plume toute la connaissance accumulée par la pensée économique contemporaine pour lui substituer de misérables bricolages. Les sukuk, ainsi, sont des obligations dans le cadre desquelles une banque achète un bien et le revend aussitôt à un prix majoré, avec un échéancier de remboursement. Ce qui disparaît, c’est la flexibilité, les possibilités de restructuration et d’aménagement complexes des dettes et les opportunités offertes par les fluctuations des taux.

Enfin, d’autres éléments sont plus graves encore. Les investissements faits dans le cadre de la finance islamique doivent être conformes à la charia : certaines activités et façons de se livrer à ces activités sont illicites (haram). Sont concernés non seulement les jeux de hasard et l’alcool, mais aussi la liberté de parole et la liberté religieuse. Critiquer l’islam est inconcevable, dit la charia. Placer toutes les religions sur un pied d’égalité est inconcevable aussi.

Tous les investissements doivent être supervisés par un bureau de la charia : ce qui équivaut à réintroduire une surveillance des activités économiques par des religieux. L’idée qu’un prê tre ou un rabbin puisse surveiller l’activité bancaire semble absurde. Ce qui semble absurde lorsqu’il s’agit d’un prêtre ou d’un rabbin devrait sembler plus absurde encore lorsqu’il s’agit d’un imam, si l’on considère un fait évident et avéré : si le monde juif et chrétien a vu l’essor de l’esprit d’entreprise au fil des siècles, ce n’est pas le cas pour le monde musulman qui, en termes de développement, reste l’une des régions les plus déficientes et les plus lacunaires de la planète.

La finance islamique, enfin, va de pair avec la zakat, la charité, ce qui ne poserait pas de problème si de nombreuses organisations caritatives musulmanes n’avaient pas une conception particulière de la « charité » et n’avaient pas été incriminées, dans plusieurs pays, pour contribution au financement du terrorisme…

Divers pays d’Europe ont besoin de capitaux et d’investissements. Vouloir attirer des capitaux en mettant le doigt dans les engrenages de la soumission à des valeurs et des modalités étrangères au capitalisme démocratique implique le risque de se trouver broyé entièrement par ces engrenages.
Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Non mais sérieux!! Vraiment n'importe quoi ce texte! Non mais mdr!! Ya des fous sur Terre c'est hallucinant, mdr!!
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis