Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 08:57

 

h-4-2413307-1298314961 (Copier)

Des manifestations débordantes d'enthousiasme pour le dictateur tortionnaire et terroriste.

 

Quels hommes politiques occidentaux ont assuré la respectabilité de Kadhafi et de son régime meurtrier? Quels défenseurs des droits de l’homme ont fermé les yeux sur la criminalité du gouvernement libyen ? Qui d’autre a collaboré avec ce régime ? Cela devrait constituer d’excellents sujets pour que la presse occidentale enquête de façon systématique et bien plus que cela n’a été fait jusqu’à présent. D’autant plus qu’aucune nouvelle information n’est accessible et qu’il reste beaucoup plus à découvrir, pour autant que les journalistes consentent à en faire l’effort.

 

Au fil des décennies, on en a appris suffisamment sur les crimes de Kadhafi, à l’intérieur et à l’étranger pour l’éviter. Cela est resté vrai même après qu’il ait renoncé aux ambitions nucléaires de son pays et qu’il se soit officiellement « repenti » de toute activité terroriste en 2003. Quoi qu’il en soit, cela ne minimisait en rien sa responsabilité pour ceux qui étaient assassinés ou torturés par son régime.

 

L’assassinat d’un nombre estimé à 1200 prisonniers dans la prison d’Abu Salim, en 1996, fut l’incident le plus meurtrier dans la longue litanie des crimes libyens. On a, probablement, découvert l’endroit où ils ont été enterrés, maintenant . De plus, on disposait d’assez d’informations à propos d’une série de pendaisons publiques, de torture et de disparitions, autant que sur le nettoyage ethnique des derniers Juifs de Libye.  L’acte terroriste le plus notoire de la Libye à l’extérieur du pays reste l’attentat à la bombe contre le vol 103 de la Pan Am, qui a explosé au-dessus de la ville écossaise de Lockerbie, en tuant 270 personnes. Une liste plus complète des crimes libyens serait trop longue à exposer ici.

 

Le Président français Nicolas Sarkozy est le premier dirigeant d’un pays européen à avoir accueilli le dictateur meurtrier dans son pays, après qu’il se soit « repenti ». Kadhafi a planté sa tente dans Paris en 2007. Il a eu deux audiences avec Sarkozy, qui lui a également accordé une réception prlementaire et un dîner au palais présidentiel, lors de la journée mondiale des droits de l’homme. Le blanchiment a son prix, ou, si on veut, sa récompense. A cette occasion, la Libye a acheté 21 gros porteurs Airbus et signé un accord de coopération nucléaire, grâce auquel l’industrie française a perçu 10 milliards d’euros.

 

En 2009, le Premier ministre Silvio Berlusconi a cordialement accueilli Kadhafi à Rome. Faisait partie de ce programme, le discours de Kadhafi devant une assemblée de 700 femmes. Le Ministre italien de l’égalité des chances, Maria Cafagna a ouvert la rencontre. Elle a alors expliqué que le discours de Kadhafi représenterait « un message fort et clair contre mes abus faits aux femmes ». C’était, ma foi, un accueil agréable pour un violeur en série.

 

Le Premier Ministre britannique Tony Blair avait déjà ouvert le bal du processus de  réhabilitation et rendu visite à Kadhafi à Tripoli en 2004 . Blair y est retourné en 2007 pour signer un accord pétrolier. Il est aussi probable qu’on apprenne, progressivement, plus sur les multiples visites de Tony Blair en Libye, après le départ de son poste. De plus, on a révélé qu’en 2002 –avant que le dictateur ne se soit « repenti »- le gouvernement Blair a tenté d’assurer une place pour Saïf Kadhafi, à l’Université d’Oxford. Romano Prodi, alors président de la commission européenne, a rencontré Kadhafi à Bruxelles en 2004.Il a même rompu le protocole et reçu le dictateur meurtrier à l’aéroport.

 

Les hommes politiques n’ont pas été les seuls à soutenir le régime Kadhafi. Wikileaks a récemment publié que l’entreprise française Amesys a vendu à la Libye un système qui permet d’espionner les courriles des membres de l’opposition libyenne à l’étranger . Selon Wikileaks, beaucoup d’autres entreprises continuent à vendre du matériel d’espionnage aux dictatures.

 

L’Ecole d’Economie de Londres est considérée comme une institution universitaire. Son directeur, Sir Howard Davies a démissionné en mars, après  le déclenchement de la révolution libyenne. Il a admis deux erreurs fondamentales. L’une était l’acceptation, par l’université, d’une donation, de la part d’une fondation du fils de Kadhafi, Saïf. L’autre était qu’il avait conseillé le gouvernement libyen dans le cadre de réformes financières.

 

L’ELL a alors désigné comme enquêteur, Lord Woolf, ancien Président de la Cour. Il y a quelques jours, il a publié son rapport extrêmement critique détaillant les multiples liens de l’institution académique avec le régime de Kadhafi. Judith Rees, le directeur par intérim de l’EEL, a déclaré que le rapport Woolf  était particulièrement accablant, concernant la gestion par l’Ecole des 1, 5 million de livres sterling de don, en provenance de la Fondation Kadhafi.

 

Même avant que Kadhafi n’ait “renoncé au terrorisme”, la Libye a été élue pour présider le Conseil des Droits de l’homme de l’ONU, en janvier 2003. Il n’y a eu que trois nations à s’opposer à ce vote . Ce pourrait être une bonne idée de publier la liste de tous les responsables qui ont collaboré avec cette présidence libyenne à l’ONU.

 

Beaucoup des personnalités mentionnées plus haut continueront à haranguer Israël sur la manière dont il devrait se comporter, afin de répondre aux critères moraux, selon leur « deux-poids-deux mesures ». C’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles – même après sa mort – des détails supplémentaires sur les relations de Kadhafi avec eux et d’autres dans le monde occidental restent importants à connaître.

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld préside le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation Marc Brzustowski

“Libya’s NTC must protect evidence at Abu Salim mass grave site,” Amnesty International . 26 September 2011.

  Maurice Roumani, “The final Exodus of the Libyan Jews in 1967,”  Jewish Political Studies Review 19 vol. 3-4 (Fall 2007)  

“Sarkozy’s moral test,” The Economist, 13 December 2007.

Eliza Apperly,  “On another planet : how Italy’s women saw Colonel Gaddafi,” The Guardian, 13 June 2009.

James Kirkup, “Col. Gaddafi killed: ‘Lost secrets’ of Tony Blair’s links.” The Telegraph, 20 October 2011/

“Sarkozy’s moral test,” The Economist, 13 December 2007.

Graeme Paton, “Blair’s government tried to get Oxford place for Saif Gaddafi, The Telegraph, 30 November 2011.   

“Gaddafi welcomed by EU chief,” Mailonline, 28 April 2004.

“WikiLeaks: Une Technologie française a permis d’espionner des opposants libyens à l’étranger, » Le Monde, 1 December 2011 [French].

Felicy Morse, “Wikileaks’ Spyfiles: Julian Assange Tells Phone Owners ‘You’re Screwed.’ The Huffington Post, Uk 1 December 2011.    

“LSE director Sir Howard Davies resigns over Libya links,” BBC News UK, 4 March 2011.

David Matthews: “Woolf returns damning verdict on LSE’s Libya links,” The Times Higher Education, 30 November 2011.

“Libyan takes chair of UN human rights commission,”  The Guardian 21 January 2003. 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis