Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 17:22

 

 Steinberg.JPG

Gérald Steinberg


Manfred Gerstenfeld interviewe Gerald Steinberg

 

“Parmi les nombreux détracteurs d’Israël, les Organisations Non-Gouvernementales (ONG) sont les moins sujettes à une observation extérieure. Ces ONG anti-israéliennes prétendent promouvoir les droits de l’homme et l’aide humanitaire, pourtant, elles se caractérisent par leur manque de professionnalisme et un agenda idéologique postcolonial. Dans certains cas, l’antisémitisme théologique est un facteur supplémentaire qui motive leur action.

 

“L’organisation de recherche NGO Monitor recueille et détaille les actes anti-israéliens d’un grand nombre d’ONG de premier plan. Cela inclut les activités en lien avec Israël, de la part d’Amnesty International, de Human Right Watch, d’Oxfam, de Christian Aid, et de beaucoup d’autres organisations ».

 

Le Professeur Gerald Steinberg enseigne les sciences politiques et les relations internationales à l’Université Bar-Ilan. Il dirige NGO Monitor depuis sa fondation en 2002. C’est le seul cadre de recherche indépendant qui examine systématiquement les plaintes et défie le pouvoir du réseau politique des ONG.

 

Steinberg déclare : “On peut observer objectivement les distorsions des ONG.  Une méthode quantitative consiste à compter le nombre de pages, de rapports individuels, de conférences de presse et d’autres mesures similaires, consacrés à des sujets variés, tout au long de la dernière décennie. La recherche démontre d’énormes divergences entre les condamnations fréquentes d’Israël et la moindre attention accordée à des régimes dictatoriaux proches, ou à d’autres pays impliqués dans des conflits violents.

 

“Il existe aussi des méthodes qualitatives. Les ONG anti-israéliennes préfèrent employer un certain langage dans leurs attaques contre Israël. Cela comprend des termes, tels que « crimes de guerre », « punition collective », « impunité » et ainsi de suite. Elles les utilisent bien moins souvent contre d’autres pays. Cela jette une lumière crue sur la violation des principes universels des droits de l’homme, de la part de ces ONG.

 

“Des groupes, tels qu’Amnesty International, Human Rights Watch (HRW), Oxfam et de divers groupes d’aide internationaux fondés par des églises et dont les locaux sont en Europe, sont très généreusement financés. Ils exercent, par conséquent, une large influence politique. Ces ONG sont, également, les pires contrevenants aux principes moraux qu’ils prétendent mensongèrement promouvoir. HRW a embauché des gens pour conduire sa division du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, qui sont profondément marqués par une histoire oùils ont commis des distorsions anti-israéliennes grossières. NGO Monitor l’a fréquemment illustré à travers des documents probants.

 

“Ces ONG ont pris le contrôle de plateformes internationales de premier ordre dans la sphère des droits de l’homme et de l’aide humanitaire. De nombreux gouvernements européens externalisent ces activités en fournissant de vastes sommes d’argent, bien qu’ils n’exercent qu’une faible supervision  de ce que font les ONG et œuvres « caritatives ». De plus, des journalistes, des universitaires et d’autres membres de « l’élite de la politique étrangère » sont souvent étroitement impliqués dans de telles organisations, ou acceptent leurs prétentions et agendas sans poser de question. En 2002, « l’Expert » d’Amnesty, Derek Pounder, a affirmé à la BBC qu’il était en mesure de confirmer un gigantesque « massacre » à Jénine, qui aurait été commis par Tsahal. Ce mythe qu’il a forgé n’a seulement pu être dévoilé en tant que tel qu’après avoir été répété des dizaines de fois et que les dommages causés à Israël étaient patents.

 

“Qui plus est, des diplomates et des hommes politiques, aux Nations-Unies, abdiquent fréquemment leur responsabilité propre en acceptant comme vraies a priori les prétentions des NGO quant à des situations complexes relatives aux droits de l’homme. Ils comptent sur elles pour élaborer leurs discours, leurs rapports et bien d’autres services encore. Le rapport Goldstone de 2009, au sujet de la guerre à Gaza, a été un cas flagrant. Des journalistes tendent souvent à recopier les articles de presse des ONG sans aucun examen indépendant de leurs affirmations factuelles, lorsqu'elles sont péremptoires ou de leurs argumentaires pseudo-juridiques.

 

“Dans les cas les plus flagrants de déformation des faits par les ONG, à l’encontre d’Israël, on relève quatre facteurs. Premièrement, les responsables à la tête d’ONG internationales sont souvent imprégnés par une puissante idéologie anti-occidentale et postcoloniale. Depuis 1967, ils identifient Israël au camp occidental nationaliste et capitaliste, qui serait coupable par définition. Une seconde raison pour laquelle les ONG se focalisent sur le conflit israélo-palestinien est qu’il est, en permanence,     présent dans les médias. Cela apporte un sérieux coup de pouce à leur stratégie marketing, en leur apportant une meilleure visibilité dans la compétition pour l’obtention de financements et d’influence.

 

“Un troisième facteur correspond au fait que le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, à Genève, est contrôlé par les blocs arabo-islamiques. Pour y être perçues comme ayant de l’influence, les ONG doivent coller à la « ligne politique », ce qui veut dire tenir une position intensément anti-israélienne. Le quatrième facteur dépend de l’antisémitisme théologique chrétien traditionnel et de la théologie de la substitution. Ces thèmes sont prédominants au sein des ONG basées au Royaume-Uni, telles que War on Want, Christian Aid et Amnesty. On les trouve aussi dans les activités des groupes d’assistance humanitaires dépendant des églises, en Scandinavie ou en Irlande.

 

“Ces organisations puissantes sont difficiles à vaincre. Pourtant, NGO Monitor a fait la démonstration dans un grand nombre de dossiers importants, que la réussite est possible. Pour ne mentionner que quelques exemples : en 2009, notre réfutation détaillée des allégations sans fondement des ONG, qui formaient le cœur du rapport Goldstone, ont conduit son auteur à désavouer ses propres publications et à se rétracter. Le fondateur d’HWR, Robert Bernstein, a dénoncé cette organisation, à la suite de mises en évidence systématiques, par NGO Monitor de l’agenda profondément orienté de sa Division pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord et des efforts d’HWR pour lever de l’argent chez les membres de l’élite saoudienne, tout en ignorant les graves violations des droits de l’homme par ce régime.

 

“De plus, les rapports d’NGO Monitor sur la contribution destructrice de ces organisations auprès de leurs financiers – tels que le New Israel Fund vis-à-vis des gouvernements européens – les ont conduits à mettre un terme progressif à leur soutien aux ONG les plus clairement engagées dans Boycott, Désinvestissement , Sanctions (BDS), autant que dans d’autres types d’activités fondées uniquement sur la haine d’Israël. Une surveillance identique est ou devrait être menée, pour de nombreuses autres organisations incitatrices à la haine d’Israël, hors du champ des ONG ».

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

 

Adaptation : Marc Brzustowski

 

Voir, à ce propos : http://nanojv.wordpress.com/2013/01/08/ngo-monitor-union-europeenne/

La fuite d’un document confidentiel de la Commission Européenne en 1999 est à l’origine de l’enquête de NGO Monitor pour déterminer la nature et l’objectif des fonds secrets européens destinés chaque année à des ONG israéliennes politisées.  Certains extraits du document -unique- de 1999 montrent une volonté d’influer sur les choix démocratiques israéliens. Dans l’exemple suivant il s’agissait, sous couvert de renforcer le camp de la paix, de détourner des voix russes du vote Netanyahou au profit d’Ehud Barak à l’époque à la tête du Parti Travailliste.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis