Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 21:03

 

 

logojusticebertrand

 

 

Par Maître Bertrand Ramas-Mulhbach

 

 

Pour © 2013 lessakele

 
Ce 22 juin 2013, la paracha traitait de l'inquiétude du Roi Balak de Moab, pays situé dans la partie orientale du Jourdain à proximité de la mer morte. Lorsqu'il a vu les hébreux s'apprêter à traverser son territoire pour se rendre sur la terre de Canaan, il a craint qu’ils n'appauvrissent ses terres. Il a donc fait appel à un sorcier, Balaam, afin qu’il maudisse ce peuple « car il est plus puissant que moi » : « peut-être parviendrai-je à le vaincre et le repousserai-je du pays. Car, je le sais, celui que tu bénis est béni, et celui que tu maudis est maudit ». Le prophète Balaam qui était animé d’une haine viscérale à l’endroit des hébreux, pensait pouvoir exploiter la colère divine afin de la retourner contre eux. Il se disait en effet, « yodea daat haélion », c'est-à-dire celui qui connaît les intentions du Trés Haut. 
Balaam n’est certes, jamais parvenu à maudire le peuple juif, mais sa volonté d'empêcher les hébreux de s'établir en terre de canaan n’est pas sans rappeler le fonctionnement et l’état d’esprit des palestiniens. Tout en essayant de chasser le peuple juif par la guerre, les palestiniens se sont lancés dans une campagne de dénigrement systématique d'Israël afin de jeter l’opprobre international sur lui, un peu comme si les palestiniens  poursuivaient, aujourd'hui, l'entreprise initiée par Balak.   
Balak redoutait l’arrivée en nombre des hébreux, et désormais, ce sont les palestiniens qui déplorent la présence des juifs dans ce qu'ils nomment « la Palestine ». Or, pour fragiliser les hébreux (afin de les rendre plus vulnérables), Balak a fait choix de les maudire, en demandant à Balaam de leur adresser des malédictions pour que la colère divine s'abatte sur eux. De la même manière, les palestiniens ont trouvé un moyen contemporain de lancer un mauvais sort sur les juifs qui porte un nom : la campagne Boycott Désinvestissement Sanction.
Dans l'épisode de Balak, le prophète voulait nuire au peuple juif en ternissant son image aux yeux du Ciel. Dans le cas des palestiniens, la mauvaise opinion qu'ils tentent d'installer à l'endroit des juifs ne concerne pas le regard divin mais celui de la communauté internationale. La finalité est d’installer dans l’esprit du plus grand nombre, le principe d’illégalité d’Israël. Avec la campagne de dénigrement systématique, les juifs apparaissent, comme étant les responsables d’un crime international, ce qui est de nature à les affaiblir dans un premier temps, et permettra de les défaire plus facilement dans un second.
Dans ce cadre, la campagne « Boycott Désinvestissement Sanction » milite pour le boycott systématique des produits, des activités et des services en provenance ou à destination d'Israël. L'idée consiste à marteler le caractère illégal d'Israël et de sa politique à l'égard des palestiniens qui « luttent pour la liberté, la justice et la fin de l’apartheid ». La campagne BDS a ainsi, tenté (vainement) d'empêcher la tenue du Festival du film israélien dans le Centre culturel de Nairobi (Kenya), présenté par l’Ambassade d’Israël entre le 11 et 15 juin 2013. Tout récemment (le 13 juin 2013), la Campagne BDS a adressé une  lettre ouverte à Julien Clerc lui demandant de ne pas se produire en Israël, le 7 juillet prochain à Tel Aviv, parce qu’Israël « refuse d’accorder le droit au retour des palestiniens de 1948 en Israël », qu’il « colonise la Cisjordanie », qu’il les « emprisonne à Gaza », mais également parce que le « peuple palestinien ne pourra venir l’applaudir, cloisonné derrière le mur de séparation ». Interrogé sur cette question, le Chanteur avait indiqué à un journaliste du Nouvel Observateur (le 3 juin 2013) : « Je ne peux que prêcher la tolérance mutuelle et souhaiter qu’Israéliens et Palestiniens arrivent un jour à vivre ensemble » (la réponse n'avait pas satisfait les palestiniens)Sur le plan culturel et artistique, cette demande de boycott a également été présentée à Alicia Keys qui doit se produire à Tel Aviv dans un concert privé le 4 Juillet 2013 (au Nokia Arena de Tel Aviv). Sur le plan industriel, les palestiniens se sont régalés lorsque l’usine Teva de Sens a été perquisitionnée dans le cadre de l’enquête sur le conditionnement de boite Furosémide à l’origine de plusieurs décès. Le leader mondial, pour les médicaments génériques, est considéré par les palestiniens comme tirant ses profits, à leur détriment, avec ce qu'ils considèrent être « l’occupation de leur terre »…). 
Lorsque Balaam est parti pour aller maudire le peuple juif, il « a sanglé lui même son ânesse » alors qu’en principe, sa bête aurait dû être préparée par un de ses serviteurs. Les talmudistes ont ainsi expliqué que la « haine de l'autre » détruit « l’ordre établi »  (mekalkel et achoura) et que, s'agissant de Balaam,  sa haine viscérale des hébreux l'a conduit à se comporter de manière précipitée. Notons également que la haine de l'autre exclut tout bon sens, et aboutit à des attitudes qui se contredisent. Ainsi, par exemple, lorsque le 13 juin 2013, le responsable de l’OLP Nabil Shaath  a déclaré aux journalistes israéliens (à Ramallah) que l’Autorité Palestinienne consacrait une partie de son budget pour « financer la protection des implantations juives contre les attaques des combattants palestiniens » (pour rassurer la communauté internationale sur la bonne volonté palestinienne d'endiguer le terrorisme), ce fut la consternation dans les territoires sous contrôle palestinien. Au lieu de se réjouir du respect du droit à la sécurité des juifs, les palestiniens ont fustigé l'Autorité palestinienne, qualifiant cette attitude de trahison du peuple palestinien. Il en est de même, lorsque Mahmud Abbas a confirmé son aide pour arrêter les islamistes palestiniens. Les palestiniens lui ont alors reproché de protéger « les tueurs d’enfants, les voleurs de terres et les terroristes qui vandalisent nos mosquées et mettent le feu à nos champs de céréales et nos vergers ». Ils estiment même que l’Autorité palestinienne trompe le peuple palestinien, les Etats arabes et l’opinion publique musulmane. En somme, la communauté internationale doit être émue par la « misérable condition » des palestiniens, mais pas être rassurée par leurs intentions pacifiques...  
L'égarement intellectuel des palestiniens se retrouve également dans les divergences de vues entre les terroristes du mouvement sunnite palestinien Hamas et ceux de l’organisation chiite libanaise Hezbollah:   le conflit en Syrie a terni la relation privilégiée des ennemis d’Israël qui s’est transformée en une guerre intestine lorsque le Hamas a pris position contre le gouvernement syrien du président Bachar al-Assad alors que le Hezbollah s’est  impliqué militairement pour soutenir le régime. Leur état d’esprit haineux ne leur permet même plus de se rejoindre dans la finalité antisioniste de leur mouvement respectif…
Notons, sur un plan religieux, que Bilaam s’est imaginé pouvoir maudire le peuple d’Israël de sorte que D.ieu se retourne contre lui, et qu’il cesse de le protéger. Pour attiser la haine du Ciel, Balaam entendait exploiter la faute commise par les hébreux lors de l’épisode du Veau d’Or. Aujourd’hui, c’est toujours ce raisonnement qui prévaut en islam : il est rappelé dans le Coran que les juifs étaient le peuple élu et préféré du Ciel mais qu’il a cessé de l’être à compter de cet épisode lors de la sortie d’Egypte. C’est d’ailleurs sur ce fondement qu'agissent les islamistes du Hamas et ceux du Djihad Islamiques, contre juifs. 
Les ancêtres moabites peuvent donc être fiers des palestiniens qui poursuivent parfaitement la voie qu’ils ont tracée. Ce qui est d’ailleurs rassurant : dans l'épisode de Balak, les malédictions contre Israël se sont transformées en bénédictions.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis