Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 20:07

 

 

 

mount temple jerusalem1.4.13 (Copier)

 

 

Qui est le (nouveau) Patron?

 

 

 

Un accord historique signé à Amman, dimanche 31 mars, entre le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas et le Roi de Jordanie, Abdallah II, confère un nouveau statut à Jérusalem – l’un des thèmes centraux qui fait l’objet de la négociation avec Israël – en acceptant que le Roi joue le rôle de Gardien des Lieux Saints de la ville. Les Palestiniens s’accordent à ce qu’Abdallah « veille (sur) et gère le Waqf (l’autorité religieuse musulmane) à Jérusalem » et représente les intérêts des Lieux Saints « dans les arènes internationales concernées… par le biais de tous les moyens légaux disponibles ».


Là où les versions palestiniennes (Wafa) et Jordaniennes (Petra) du même accord diffèrent, c'est autour de la définition de la « Souveraineté palestinienne ».


Selon Debkafile : Cependant, par ce document, le dirigeant palestinien et le roi ont posé les fondations d’un cadre arabo-palestino-israélien partagé, visant à gérer les lieux saints Juifs (qui ne sont pas mentionnés) Musulmans et Chrétiens à Jérusalem. Cela a ouvert la porte à ce que beaucoup perçoivent comme une proposition d’internationaliser les sanctuaires de Jérusalem, un statut affirmé, mais jamais honoré, entre 1948 et 1967.

 

Cette étape soulèvera, non seulement, de vives objections israéliennes, mais aussi la défiance de nombreux Palestiniens et, par conséquent, devra en passer par un cheminement long et tortueux si elle veut survivre à son annonce. Son importance repose sur le fait que l’Autorité Palestinienne a adopté la mesure, qui marque un tournant historique, de céder au trône hachémite la garde –religieuse, politique, légale et sécuritaire- des lieux saints musulmans sur le Mont du Temple, sous l’autorité du Waqf Palestinien.


Cela signifie que, désormais, a lieu d'avoir affaire à l’Autorité Palestinienne, Israël devra entreprendre des discussions avec le gouvernement jordanien, sur tous les sujets concernant le Mont d Temple, particulièrement les arrangements sécuritaires hyper-sensibles.


Cela ne devrait pas représenter un obstacle majeur, puisque, en pratique, les services de renseignement israéliens et jordaniens coopèrent sereinement depuis des années sur de tels problèmes.


  Al’issue de l’accord, la Maison Hachémite se trouve dépositaire, pour la première fois, de la reconnaissance palestinienne, qu'elle est gardienne des lieux saints de Jérusalem, en particulier de la Mosquée al Aqsa, un titre qui est l'équivalent du titre traditionnel du Roi saoudien, de Gardien des Lieux Saints de l’Islam, de la Mecque et Médine.


Le degré d’implication du Secrétaire d’Etat américain John Kerry, dans l’accord jordano-palestinien reste encore à déterminer ; reste aussi à savoir si le Premier Ministre israélien, Binyamin Netanyahou et la Ministre de la Justice Tzipi Livni (en charge des négociations avec les Palestiniens) ont été tenus au courant de son contenu.


La rencontre au Sommet de la Ligue Arabe, à Doha, les 26-27 mars, qui a débattu du plan de paix saoudien en sommeil, n’était assurément pas dans le paysage. Ces dirigeants ont, à présent, un peu plus de consistance à se mettre sos la dent. Il peut être instructif de citer, ici, le reportage exclusif de Debkafile du 27 décembre 2012 :


Un projet de confédération entre un Etat palestinien de la Bande Occidentale de Cisjordanie et la Jordanie était le véritable sujet des récentes discussions entre le Premier Ministre Israélien Binyamin Netanyahou et le Roi Abdallah, à Amman, révèlent les sources de Debkafile- et non la guerre civile en Syrie. Cette idée est devenue un point de focalisation des pourparlers à Amman, à Washington et dans les centres palestiniens. Cela fait sens avec le rapport provenant de sources américaines et jordaniennes, selon lesquelles les Palestiniens et Israël reprendraient les négociations au Printemps.


Le nouvel accord Abbas-Abdallah apparaît être un geste fort visant à mener ce plan à maturité.


Qu’il s’agisse d’un document pratique et non juste d’une simple déclaration est indiqué par la définition détaillée des compétences du Gardien des Lieux, apparaissant dans la version jordanienne :


“Rappelant l’importance religieuse unique, pour tous les Musulmans, d’Al-Masjid al-Aqsa, avec ses 144 dunams, comprenant la Mosquée Qibil d’Al Aqsa, la Mosquée du Dôme du Rocher et toutes ses mosquées, bâtiments, murs, cours intérieures, zones attenantes, sur et au-dessous du sol (une allusion aux fouilles archéologiques israéliennes de la ville biblique et du Temple)… »


La Jordanie et l’Autorité Palestinienne ont aussi promis “de faire tous les efforts possibles pour protéger Jérusalem et ses Lieux Saints de l’escalade de la Judaïsation israélienne » - selon une autre clause de la version de Petra. Sur, au moins, un point très important, les communiqués palestiniens et jordaniens varient significativement :


Selon le Ministre du Waqf et des Affaires Religieuses de l’AP, Mahmoud Habash, « l’accord confirme le rôle historique de la Jordanie dans le soin apporté aux sanctuaires religieux. Cela confirme aussi la Souveraineté Palestinienne sur toute la Palestine, y compris Jérusalem-Est comme sa capitale ». Cependant, l’article 3 :3.1 de l’accord publié en entier par la Jordanie le formule à sa façon : « Le Gouvernement de l’Etat de Palestine, comme expression du droit à l’auto-détermination du peuple palestinien, aura le droit d’exercer sa souveraineté sur toutes les parties de son territoire, y compris Jérusalem ».


Tout en saluant leur accord comme une percée historique, les dirigeants palestiniens et jordaniens auront, de toute évidence, besoin de rendre toutes les parties de leur acte cohérentes, avant de se confronter à Israël.


http://www.debka.com/article/22867/Palestinians-kick-off-Jerusalem-bid-by-ceding-Holy-Sites-Custodianship-to-Jordan%E2%80%99s-king

 

DEBKAfile  Reportage Exclusif   1er Avril 2013, 2:20 PM (GMT+02:00)

 

Adaptation : Marc Brzustowski.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis