Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 12:11

 

 

The Trouble with Textbooks: Distorting History and Religion, by Gary A. Tobin and Dennis R. Ybarra, Lanham, MD: Lexington Books.

 

Confusion dans les Livres Scolaires :   les Distorsions de l’Histoire et de la Religion, par Gary A. Tobin et Dennis R. Ybarra, Lanham, MD : Editions Lexington.

 

Commenté par Manfred Gerstenfeld

 

9780739130933 large the-trouble-with-textbooks

 

 L’enseignement anti-israélien et antisémite s’est infiltré dans toute une brochette de lycées américains. Les preuves de l’extension de cette éducation orientée restent encore anecdotiques. Le Rabbin Tzvi Hersh Weinreb, vice-Président exécutif de l’Union Orthodoxe, est une des sources d’information sur ce sujet. L’association de Jeunesse de l’organisation, la Conférence Nationale de la Jeunesse des Synagogues (CNJS) a mis sur pied des clubs culturels dans plus de 150 écoles publiques à travers les Etats-Unis, et regroupe 30 000 adolescents juifs. Weinreb affirme que : « Nous découvrons que beaucoup d’enfants sont très radicalisés contre Israël. Une institution éducative extrêmement antisioniste leur a, pratiquement, lavé le cerveau » -1- [1].

 

Beaucoup de livres scolaires utilisés sont une source essentielle de cet enseignement inclinant à l'antisionisme. Il y a plus de quinze ans, Mitchell Bard a publié une étude  portant sur dix-huit livres scolaires d’histoire, le plus largement en usage dans les lycées américains : Réécrire l’Histoire par les Livres Scolaires. Il les avait alors trouvés « bourrés d’erreurs factuelles, de simplifications extrêmes, d’omissions, et de distorsions, constamment orientées au détriment des Juifs et d’Israël. Cela conduit inévitablement à la conclusion que les auteurs véhiculent leurs propres préjugés » -2-   .

 

Bard ajoutait que : “Les lycées sont même pires que les universités, en ce qui concerne l’enseignement antisioniste. Ce problème s’accroit depuis les attentats terroristes arabo-musulmans du 11/09. Ils sont stimulés par un ardent désir de mieux comprendre le monde musulman. Les gens qui produisent cette information sur ces sujets dans les livres scolaires sont grassement rémunérés par les Saoudiens. Ils présentent une version de l’histoire islamique qui est souvent très sélective, pour le dire avec euphémisme. Nous avons essayé, depuis plusieurs années, de produire des textes concernant l’histoire d’Israël, et nous avons constaté avec surprise qu’il devenait difficile de les voir adopter dans les écoles publiques » -3- .

 

DennisYbarra

Dennis R. Ybarra.

Le livre du Dr. Gary Tobin –décédé depuis- et de Dennis R. Ybarra, The Trouble with Textbooks: Distorting History and Religion, confirme les découvertes de Bard. Il apporte une importante contribution mise à jour pour mieux comprendre les dangers que l’enseignement orienté peut constituer pour la communauté juive américaine. La recherche qu’ils ont conduite pour écrire leur livre passe en revue vingt-huit livres scolaires des lycées publiés par les principaux éditeurs, se focalisant sur quatre thèmes : l’histoire juive, la théologie et la religion ; la relation entre Judaïsme et Christianisme ; la relation entre Judaïsme et Islam ; et l’histoire, la géographie et la politique du Moyen-Orient.

 

gary tobin web (Copier)

Gary Tobin

 

L’analyse des auteurs fournit une longue liste d’erreurs, de thèmes de propagande, d’information tendancieuse, qui ont pu se frayer un chemin au travers de ces livres scolaires. Tobin et Ybarra concluent que les livres scolaires sont fréquemment critiques envers les Juifs et Israël, alors qu’ils apportent une vision dénuée de la moindre mise en question de l’Islam. Ainsi, par exemple, plusieurs livres scolaires présentent l’Islam comme « révélé par Mahomet ». Les mêmes textes n’emploient le terme « révélation », ni pour parler du Judaïsme, ni du Christianisme. Un de ces livres déclare, concernant les Dix Commandements, que Moïse « prétend » qu’il les a reçu de D.ieu. Un autre précise que les Chrétiens « croient » que Jésus était le Messie.

 

Les auteurs ont aussi découvert que les groupes d’intérêt arabo-musulmans tentent de blanchir et de glorifier tout motif islamique et de promouvoir l’Islam. Ces organisations essaient, parfois avec succès, de faire avancer le narratif palestinien. Leur discours, promouvant une gamme complète de mensonges, a intégré les livres scolaires américains. Plusieurs d’entre eux noient le poisson dans l’eau ou minimisent le terrorisme palestinien, voire même, le justifient. L’un de ces livres tente astucieusement de délégitimer Israël en tant qu’Etat Juif.

 

Un livre scolaire affirme que Jésus vivait dans “le Nord de la Palestine”. Pourtant, la « Palestine » est un terme suelement entré en usage bien plus tard. Les auteurs perçoivent avec acuité, dans l’usage inapproprié du terme « Palestine antique », un fanion rouge indiquant la présence de distorsions. Le mythe selon lequel Jésus était un Palestinien est aussi savamment entretenu. Concernant le problème des réfugiés, un texte affirme mensongèrement qu’Israël a mis les Palestiniens dans des camps de réfugiés, lorsqu’en fait, ce sont les Etats arabes, occupant des régions de l’ancienne Palestine mandataire et ceux vers lesquels les réfugiés ont fui, qui l’ont fait.

 

La plupart des livres ne fait aucune mention des réfugiés juifs qui ont dû émigrer vers Israël. Plusieurs livres scolaires affirment que la Seconde Intifada était un soulèvement spontané, malgré toutes les preuves émanant du camp palestinien, qui disent qu’elle était planifiée depuis longtemps. Le nombre d’idées fausses majeures et d’omissions concernant les faits élémentaires est bien trop important pour être détaillé dans le cadre de cet article.

 

Tobin et Ybarra écrivent : “les historiens révisionnistes et leurs perspectives anti-occidentales, anti-américaines et pro-palestiniennes ont trouvé leur place dans le contenu des livres scolaires et sont largement compatibles avec le narratif arabe ». Ils mentionnent également que « certains livres scolaires recommandent chaudement leurs travaux aux étudiants ». Une conclusion essentielle qui surgit de ce livre, c’est qu’alors qu’il y a une demande croissante d’une meilleure information sur le Moyen-Orient, beaucoup d’éditeurs et d’enseignants répandent leurs orientations politiques et leur propagande travesties en académisme ».

 

 

C’est la combinaison entre la confiance aveugle de bien des parents juifs envers l’enseignement scolaire et l’indifférence à ce que leurs enfants apprennent réellement, qui rend si difficile la correction de ce problème. Cela prendra, au mieux, de nombreuses années pour que cette situation change de façon significative.

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld préside le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem. Il a publié 20 ouvrages.

 

Adapté par : Marc Brzustowski.

 

Notes

 

. -1- Manfred Gerstenfeld, “The Orthodox Union and its Challenges,” an interview with Rabbi Dr. Tzvi Hersh Weinreb, Changing Jewish Communities 23, 15 August 2007.

. -2- Manfred Gerstenfeld, “Introducing Israel Studies in U.S. Universities,” an interview with Mitchell Bard, Changing Jewish Communities 39, 15 December 2008.

. -3- Ibid.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis