Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 12:52

Lettre Ouverte à Bernard Henry Lévy

 

Par

 

Thérèse ZRIHEN-DVIR

 

 

L'entrevue avec Bernard Henry Lévy diffusée sur les ondes de la télévision Nationale Israélienne le Samedi soir dernier, a été, pour moi du moins, très choquante et inattendue, et m'a prise de court. Ayant suivi de près les écrits et les entrevues de l’écrivain, je fus surprise de l'entendre réclamer à haute voix qu'il conseille à Israel de mettre le paquet en soumettant une offre de paix irréfutable aux palestiniens (Mahmoud Abbas qu'il considère comme partenaire valable) qui colmaterait toutes les issues.

 

Savez-vous Monsieur B-H Lévy, qu'Israël n'a jamais, à ce jour, cessé d'offrir la paix aux palestiniens même au prix de concessions jusque-là inconcevables? Je n'oublierai jamais le visage atterré et désillusionné de notre ancien président Mr. Ehud Barak, rentrant bredouille du Camp David en Juillet de l'an 2000, après avoir proposé à Arafat des concessions qu'aucun Israélien n'aurait jugées raisonnables.

 

Nous avons laissé sur le champ de bataille pour la paix, Monsieur Bernard-Henri Lévy, un homme et un soldat irremplaçable, feu notre ancien président Itzhak Rabbin, qui pour le miroitement d'une paix illusoire, s'est fait assassiner, sans oublier de mentionner l'immolation sur l'autel de la paix de plus de 1500 soldats et civils (Décrite dans mon prochain livre, dédié aux victimes de la terreur).

 

Essayons donc de compter le nombre de contrats, de traités, d'accords, qui ont été signés à ce jour, depuis l'existence d'Israel et qui ne valaient même pas le papier sur lequel ils ont été rédigés et signés?

 

Combien de fois Israël a relâché la pression, dans une tentative de jauger les intentions véritables des palestiniens pour se retrouver dans une impasse et sous une pluie d'attentats, de meurtres et une invasion de kamikazes?

Je reconnais dans vos mots votre soif évidente d'assurer l'avenir d'Israël, de le voir enfin détendu et paisible. Nous tous savons aussi combien l'avenir de ce pays vous tient à cœur.

 

Bien sûr, Monsieur B.H Lévy, qu'aucun pays ne peut rester indéfiniment un soldat, invincible particulièrement. Il y a un temps où il faudra qu'il dépose ses armes, fasse halte, interrompe cette course consistant à perfectionner ses systèmes d'offensive et de défense, panser ses blessures et proposer à ses citoyens une vie plus paisible, plus saine, je dirais, plus humaine. Tous les grands empires dans les annales du temps ont connu leur fin lorsque la fatigue les avait gagnés, rongés; lorsqu'ils avaient cessé de perpétuer leur course aux armes, d'améliorer leurs systèmes de défense et d'entretenir d'une armée loyale et implacable.

 

Monsieur B.H Lévy, je ne doute pas cependant que, tout comme moi, vous savez que ce serait une erreur tragique de proposer à un partenaire qui n’est pas même reconnu publiquement par ses compatriotes, un contrat de paix, quand le Hamas et d'autres éléments antagoniques minent tous les terrains d'entente possibles entre les Israéliens et les Palestiniens. Une paix avec un homme de paille comme Abbas ne ferait que rendre la situation d'Israël encore plus hasardeuse. Pour Israel, c'est courir vers un suicide avec des frontières plus étouffantes!

 

L'ennemi guette et c'est ce qu'il a de mieux à faire. Il attend cette faiblesse, ce moment de désespoir et le désarroi du civil à qui le fardeau des événements incombe. Il attend qu'Israel trébuche, qu'il balbutie, qu'il dévoile son point faible pour mieux le frapper à mort.

 

Israel a pourtant signé avec l'Égypte et la Jordanie des traités de paix, mais est-ce vraiment une paix? Aucun de nous ne peut se leurrer davantage ou ignorer que l'Égypte a de tous temps fermé les yeux sur les agissements du Hamas à Gaza et sur l'infiltration des armes par des tunnels ou d'autres voies, au vu et au su des soldats égyptiens.

 

Ce n'est que lorsque la terreur provenant de Gaza a commencé à menacer la sécurité de l'Égypte que cette dernière tenta de minimiser les trafics d'armes, sans jamais réussir à les annihiler de façon efficace. Pourtant, elle possède une armée qui sait se rendre utile au besoin! Nous savons aussi combien l'Égypte reste sceptique et récalcitrante envers Israel et qu'elle n'est réellement pas son alliée. La Jordanie aussi détient un record peu banal en ce qui concerne sa paix avec Israël.

 

La Turquie, qui, durant ces dernières années, s'était comportée comme une amie d'Israël, a finalement fait tomber le masque en ouvrant ses frontières à la Syrie et à l'Iran, en un mot, au diable, et en tournant carrément le dos à cet ami qui lui avait prodigué des armes, des connaissances et de l'aide dans ses moments de détresse.

 

Où sont donc d'après vous Monsieur Lévy ces nations, ces pays sur lesquels Israel pourrait compter, s'appuyer, croire en leur soutien au besoin?

 

Il n'y en a aucun! Je vais peut-être vous étonner en vous révélant qu'il n'existe pas sur terre un pays qui peut se fier à l'autre, à moins que, conjointement, ils ne visent un objectif commun. Or, l'objectif commun et avéré d'un grand nombre de pays arabes est l'extermination d'Israël et l'extinction du peuple juif.

 

Et le monde suivra le pas, parce que le petit David d'hier qui attendrissait, touchait les fibres sensibles de l'Occident, est devenu le géant Goliath d'aujourd'hui et les rôles se sont inversés.

 

C'est sur le Palestinien que le monde s'apitoie le plus, qu'il en excuse les crimes les plus abominables, c'est vers lui qu'ils s'attendrissent et justifient ses actions d'horreur. Goliath n'a guère besoin d'aide, il est géant, il est fort, il est donc à détester.

 

J'ai récemment lu un livre qui prédisait avec grands détails, la fin proche d'Israël, s'appuyant sur le régime politique israélien, sur l'érosion du mythe israélien, l'effritement de l'armée et d'autres contingences non négligeables qui y sont reportées. D'autres écrits accordent un sursis maximal d'une dizaine d'années à Israel, pendant que les médias ne cessent de jubiler à ces sombres prémonitions comme si la disparition d'Israel suscitait leur rédemption.

 

Ainsi nous revenons à cette conclusion révoltante qui nous semble absurde par moments et pèse si lourdement sur nos épaules, au point de nous écraser, mais qui malheureusement est celle si bien citée dans la Bible "Lo Yanoum Ve Lo Yishan Shomer Israel."

 

 

Thérèse Zrihen-Dvir

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0

commentaires

T
<br /> C'est interessant ce que vous dites la. Les 1400 palestiniens dont les 2/3 etaient des terroristes vous tiennent plus a coeur que tous les milliers de vos confreres tues, assassines au Darfour. Et<br /> la nous parlons de femmes, d'enfants, dont grand nombre sont venus se refugier en Israel qui leur a ouvert les portes contrairement a l'Egypte.<br /> Ca pue votre reponse et elle manque de proportions face aux realites que vous essuyez si facilement.<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> voici la paix que vous offrez aux palestiniens, 1400 morts en 21 jours!!!<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis