Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 20:37

 


logojusticebertrand

 

Par Maître Bertrand Ramas-Mulhbach

 

Pour © 2011 lessakele

 

Khader Adnan, affilié au Jihad Islamique, a été arrêté le 17 décembre 2011 par les forces de Tsahal dans son village situé a proximité de Jénine. En signe de protestation, le terroriste palestinien a, dès le lendemain, entamé une grève de la faim, qui dure maintenant depuis plus de 63 jours. Rien n’y a fait : le Tribunal militaire a rejeté ses demandes de remise en liberté. Aussi, le terroriste (âgé de 33) ans, a-t-il décidé, le 15 février 2012, de saisir la Cour Suprême israélienne pour contester ce qu’il considère être une arrestation arbitraire.

Appuyé par des associations palestiniennes des Droits de l’homme, Khader Adnan dénonce les conditions de cette privation de liberté dans la mesure où il n’a fait l’objet d’aucun jugement. Pour Human Rights Watch, la politique israélienne de détention administrative est une violation du Droit international : « Les obligations juridiques internationales imposent à Israël de communiquer immédiatement aux personnes arrêtées les motifs de leur arrestation, de les informer rapidement de toute accusation portée contre eux et de les présenter devant un juge ». De même, pour Amnesty International, la détention administrative en Israël et dans les Territoires de Cisjordanie ou de Gaza, viole le droit à un procès équitable : « Les autorités israéliennes doivent libérer Khader Adnan et d’autres Palestiniens en détention administrative, à moins qu’ils ne soient inculpés sans délai pour des infractions pénales internationalement reconnues, et qu’ils soient jugés conformément aux normes internationales conformément au principe du procès équitable».

Bien évidemment, la procédure de la détention provisoire en Israël est tout à fait conforme aux règles internationales prévues dans le Droit pénal des législations dans les Etats démocratiques. Il s’agit en effet d’une mesure privative de liberté avant tout jugement qui porte effectivement atteinte au principe de la présomption d’innocence, mais qui demeure licite lorsque certaines conditions sont remplies. Il en est ainsi lorsque la mesure constitue le seul moyen d’éviter la disparition des éléments de preuve, d’empêcher l’exercice de pression sur des tiers ou les concertations avec d’autres personnes impliquées dans l’infraction, de prévenir le renouvellement de l’infraction, de garantir la représentation de l’intéressé pendant l’instruction et le jour du procès, et enfin de mettre un terme au trouble à l’ordre public, comme c’est le cas en l’espèce.

Notons que l’intéressé lui-même ne nie pas catégoriquement ses actions militantes mais les motive par des considérations humanitaires « je résiste aux occupants non pas pour mon propre intérêt en tant qu’individu, mais pour l’amour de milliers de prisonniers qui sont privés des Droits de l’Homme les plus élémentaires, lorsque le monde et la communauté internationale restent passifs ».

En somme, le membre du Jihad islamique ne se considère pas comme un terroriste mais bien un humaniste. Selon lui, en revanche, c’est dans l’armée israélienne que se trouvent les terroristes. C’est du moins ce qu’il a laissé entendre dans une lettre transmise le 15 février 2012, dans laquelle il décrit les conditions de son interpellation : « J’étais en sécurité dans ma maison lorsque les forces israéliennes ont fait irruption chez moi et terrifié mes filles et ma famille de la même manière monstrueuse qu’ils le font tous les soirs à des dizaines de Palestiniens» (sic).

Sa situation a grandement ému la communauté palestinienne et plus précisément le Jihad Islamique qui organise quotidiennement des manifestations de soutien dans la bande de Gaza. De même, en Israël, des centaines de personnes très inquiètes pour lui, se retrouvent devant la prison israélienne d’Ofer dans laquelle il est incarcéré. En effet, un médecin de l’Ong Médecins pour les Droits de l’Homme (qui lui rend visite chaque jour) a diagnostiqué : « Tous ses muscles, y compris son cœur et son estomac, sont sous la menace de se désintégrer et son système immunitaire pourrait cesser de fonctionner à tout moment. Le corps de Khader est dans un état de haut risque de crise cardiaque ou de défaillance d’un organe vital, ce qui entraînerait une mort immédiate ». Plus nuancé, le Docteur Raymond Farah responsable de l’hôpital Sieff de Safed, estime qu’Adnan est dans un état stable: « Il n’y a pas de danger immédiat pour sa vie, mais il est à un point critique, comme n’importe qui après une grève de la faim si longue ».

C’est donc dans ce contexte que l’association palestinienne Adameer exige « que l’Union européenne, l’Organisation des Nations Unies et le Comité international de la Croix-Rouge interviennent immédiatement auprès d’Israël avant qu’il ne soit trop tard ». D’ailleurs, plus de 4000 personnes ont déjà signé une pétition demandant au CICR de faire pression sur Israël afin qu’il libère Adnan : « Selon le droit international humanitaire, il est de la responsabilité du CICR de prendre des mesures pour sauver sa vie en exerçant une pression sur le gouvernement israélien pour obtenir sa libération »

En fin de compte, et dans la philosophie palestinienne, l’humanité et les Droits de l’Homme ne sont réservés qu’aux palestiniens sans que les juifs ne puissent en revendiquer le bénéfice. Pour autant, le discours larmoyant et chargé d’émotion, ne sert qu’à victimiser les palestiniens dans le verbe. Dans les actes, le Djihad Islamique conserve bien évidemment sa stratégie guerrière et conquérante.

L’organisation terroriste conteste depuis toujours la légalité de l’Etat d’Israël, lance des attaques sur des cibles israéliennes comme les tirs de roquettes sur le sud d'Israël, et est impliqué dans l'attaque des bus israéliens survenue le 18 août 2011 dans la région de Eilat, ayant causé la mort de 7 personnes outre 25 blessés. Ainsi, et dans son costume de combattant, le Jihad Islamique ne fait plus grand cas de la nature humaine, ni n’invoque l’application des Droits de l’Homme pour une raison qui est très simple. Le Djihad islamique tend à devenir dans la bande de Gaza, la seule force palestinienne militante fidèle au principe de base, à savoir l’éradication de l’entité sioniste au moyen de la lutte armée, ce à quoi semble avoir (provisoirement) renoncé le Hamas. Ainsi, l’organisation terroriste islamique s’oppose à toute négociation pacifique ou autre cessez-le feu, et prend la place de satellite iranien et d’allié stratégique de la Syrie, afin de s’emparer du pouvoir dans la bande de Gaza, au lieu et place du Hamas à qui il veut imposer sa puissance et son indépendance

Ce rôle n’est finalement pas sans rappeler celui du Hamas, en 1987, lorsque le Fatah était sur le point de renoncer aux objectifs historiques palestiniens en négociant avec Israël. Désormais, le Hamas, en perte de vitesse dans l’action combattante, se voit subtiliser le flambeau du combat par le Jihad islamique qui vient rappeler que la paix n’est pas pour demain. 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis