Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 17:08

 

 

DE JERUSALEM A NEW YORK, LE DANGER DU SYMBOLE

 

Par Maître Bertrand Ramas-Muhlbach

 

 

logojusticebertrand

Pour © 2010 lessakele et  © 2010 aschkel.info

 

Le 14 août 2010, le Président américain est revenu sur ses déclarations de la veille  concernant la construction du centre culturel musulman à proximité de l’emplacement des tours jumelles, détruites lors des attentats du 11 septembre 2001.  Après avoir déclaré, le 13 août, que les musulmans avaient le droit de pratiquer leur religion comme tout autre ressortissant du pays, il a finalement indiqué ne pas vouloir se prononcer sur le bien fondé de la construction, mais simplement sur le principe du droit de construire en tant que prérogative individuelle.

 

Ce projet de construction d’une mosquée et d’un centre communautaire musulman à Manhattan est, en réalité, fermement condamné par une large partie des Américains, qu’ils soient démocrates ou républicains. S’il est, d’un coté, encouragé par le maire de New York et soutenu par une partie de la communauté juive new yorkaise, ses détracteurs, de l’autre, considèrent que le 11 septembre 2001 est une déclaration de guerre des islamistes au peuple américain ; aussi, la construction d’une mosquée à cet endroit célébrerait la victoire et serait une invitation à continuer. Par ailleurs, elle insulterait les 3000 victimes des attentats et leurs proches, plongés dans une souffrance indescriptible et traumatisés par l’horreur de la méthode. Enfin, ce projet hypocrite de construction d’un édifice islamique dans cet endroit sacré serait un véritable sacrilège.

 

La question se pose, en fait, de savoir si ce centre communautaire d’une hauteur de 15 étages (comprenant, outre la mosquée, des salles de réunion, un espace de prière, un auditorium et une piscine) dont l’édification est envisagée près du « Ground Zéro » présente un aspect exclusivement anecdotique ou au contraire, s’il prend la forme d’un symbole porteur d’un message beaucoup plus puissant. En effet, le nom de ce centre, « Cordoba house », est inspiré du nom de la ville de Cordoue dont la mosquée, la plus grande  après celle de la Mecque, symbolisait la conquête islamique  de l’Espagne.

 

Par ailleurs, la personnalité de l’Imam de la future mosquée « Cordoba », Feisal Abdoul Rauf, n’est pas de nature à rassurer le monde laïc. Il a certes affirmé vouloir combattre l’extrémisme mais dans le même temps, confirmé vouloir construire une identité « américano-musulmane » afin que le centre soit ouvert à tous. De même, ses prises de positions sur une vision islamique de l’univers sont tout-à-fait éloquentes : en 2008, il a proposé aux Anglais d’intégrer la Charia dans le code de lois britanniques et aux Américains d’abroger le principe de séparation de l’Eglise et de l’Etat. En juin 2009, il a suggéré au Président français Nicolas Sarkozy, non pas d’interdire la burqa en France mais d’organiser un concours pour récompenser la plus belle. Enfin, le 28 février 2010, il a certifié que la religion était la solution des conflits internationaux.

 

Aussi, la construction de la mosquée « Cordoba » doit-elle être rattachée à la finalité historique de l’implantation de ces édifices, à savoir une affirmation de la domination de l’Islam. Après avoir conquis la Palestine au VII° siècle, les Arabes ont construit une mosquée sur l’emplacement du temple de Salomon à Jérusalem. De même, lors de la prise de Constantinople en 1453, la cathédrale Sainte Sophie a immédiatement été convertie en mosquée, le nom ayasofia ayant été conservé pour marquer la suprématie de l’Islam. Même en France, les constructions de mosquées contiennent une connotation symbolique tel le projet de construction de la grande mosquée de Paris (ambitieuse réalisation de Bertrand Delanoé, financée par la mairie de Paris à hauteur de 22 millions d’Euros) qui portera le nom de Al fath (qui signifie conquête), ou encore la très grande mosquée à Reims, ville des rois de France, dont l’achèvement est prévu pour 2011.

 

Rappelons également qu’en Islam, les mosquées ne sont pas uniquement des lieux de prières mais aussi des espaces aménagés dans des lieux de vie comme dans des centres d’affaires, comme, par exemple, la plus grande mosquée Kocatepe camii à Ankara, qui se trouve au cœur d’un centre commercial. En outre, ces lieux  sont, également, des centres éducatifs dans lesquels les enseignements ne portent pas exclusivement sur l’apprentissage de lois morales, mais également sur la différenciation entre les croyants et ceux qui ne le sont pas, l’impureté des consommateurs de viandes de porc ou encore de ceux qui ne sont pas circoncis.

 

En fin de compte, ce n’est pas le projet de construction d’une mosquée à New York sur les lieux d’un attentat islamiste, qui est susceptible d’interpeller, mais bien celui du symbole qu’il incarne. L’islam n’est pas qu’une religion mais un mode de vie exclusivement organisé autour de la présence divine et du message du prophète. D’ailleurs la foi exclusive suggérée ne tolère pas de coexistence religieuse sauf en cas d’espoir de conversion prochaine (il ne sera donc pas possible pour les Américains de construire des synagogues ou des églises en Arabie saoudite).

 

A sa décharge, si le modèle islamique de société s’oppose aux systèmes démocratiques et laïcs dans lesquels il n’y a aucune ingérence de l’Etat dans la religion, il offre un modèle alternatif de vie en société qui répond aux aspirations spirituelles de l’individu rejetées par la société laïque. L’Islam peut donc calmement s’implanter dans les pays démocratiques dans la mesure où ce n’est pas la règle qui commande l’homme mais le nombre qui décide de la règle (grâce au mécanisme des élections). Une immigration astucieuse apparaît alors comme étant de nature à modifier l’identité du décideur et à favoriser l’avènement d’une société autre, d’autant que le système laïc des sociétés occidentales est en train de montrer ses limites (véritable aubaine pour la diffusion de l’Islam). Dieu n’y est pas honoré et respecté dans le système éducatif. Coïncidence ou pas, les chefs de famille ne le sont plus non plus par leurs enfants, ni même les enseignants par leurs élèves, ni les chefs d’entreprise par les salariés et maintenant, ce sont les forces de police qui ne le sont plus non plus par les administrés, essuyant des tirs à balles réelles…

 

Pour éviter une anarchie généralisée débouchant sur le chaos, ou sur une absorption possible par le monde de l’Islam, il serait peut être temps que la société civile occidentale commence à appréhender l’individu dans sa nature double : matérielle et spirituelle. Les Palestiniens pourront alors créer leur Etat sans chercher à s’accaparer la capitale de l’Etat juif et les Américains trouveront plus opportun d’édifier sur le ground zéro, un temple comprenant une partie chrétienne, une autre musulmane et enfin une troisième réservée aux Juifs, afin de permettre à chacun de se recueillir sur ces lieux, qui resteront à jamais le symbole d’une abomination de l’histoire.

Partager cet article

Repost0

commentaires

guy poron 23/08/2010 10:49


A propos de la construction des mosquées, il est bon de rappeler que le site où la mosquée est construite devient un territoire "saint" pour l´Islam et est en quelque sorte "volé" à celui qui l´a
vendu- L´Etat, c´est-à-dire vous et moi-. Cela devient un territoire musulman acquis qui ne peut être réclamé!
Nous avons vu cela récemment en Espagne lorsque de jeunes Musulmans autrichiens- nationalité bien sûr octroyée- sont rentrés dans la Cathédrale de Cordoue et ont commencé à implorer leur dieu.Dans
l´esprit des musulmans, le site cette Cathédrale leur a été volé et doit être absolument reconquis
Il est regrettable que nos dirigeants aient si peu de Sagesse- puissent-ils prendre Salomon au début de son règne comme exemple!Beaucoup de nos dirigeants croient au Dieu Vivant mais le bafouent
jour après jour par leurs décisions agnostiques.
Puissent-ils comprendre la Parole de l´Eternel à Israel:
"Je bénirai ceux qui te bénisent et maudirai ceux qui te maudissent"


Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis