Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 17:49

 

 

 

Il n’est pas toujours possible de lutter contre toutes les distorsions, ni même la majorité des biais produits par des médias étrangers contre Israël. La méthode classique, mais coûteuse, mise en œuvre par les organisations qui observent les médias, consiste à suivre plusieurs d’entre eux et à exiger qu’ils rectifient leurs erreurs. CAMERA, par exemple, a connu plusieurs réussites contre ces pratiques, dans le New York Times – dont la notoriété n’est plus à faire, en matière de rédaction d’articles anti-israéliens. Honest Reporting est parvenu à contraindre le même journal à présenter ses excuses, après sa publication d’une photographie qui prétendait montrer un policier israélien en train de matraquer un Palestinien. Il s’est, en fait, avéré que la photo était celle d’un policier israélien en train de secourir un Juif Américain, alors qu’il venait de se faire molester par des Arabes1.

 

Pouvons-nous faire plus? Une approche consiste à développer des méthodes moins chronophages que l’observation exhaustive que nécessitent les médias. Un exemple qui se prête bien à cet exercice est lié à un récent article du quotidien national hollandais Trouw – un journal chrétien considéré comme un quotidien « de qualité ». L’article s’intitulait : « Israël est devenu un Pays Anti-Social 2». Il s’appuie très largement sur des accusations contre le gouvernement israélien, émises par trois individus. L’un s’est suicidé en s'immolant par le feu. Un second est rédacteur de textes, ayant participé aux manifestations pour la justice sociale ; le troisième est responsable d’un forum israélien pour l’enrôlement égalitaire dans le service militaire.

 

Une façon de démontrer le caractère caricatural du type d’éthique journalistique observée ici, peut consister à publier un article qui s'intitulerait : “Les Pays-Bas sont devenus un Pays Crasseux” et de le comparer au genre de journalisme qui a cours dans le Trouw. Un tel article pourrait critiquer les attitudes néerlandaises à l'égard des excréments. Selon le Bureau Central des Statistiques, les excréments sont considérés comme la première source de nuisance par les Hollandais. Plus de la moitié des municipalités néerlandaises font part du fait qu’elles subissent une prolifération des déjections canines3. Un sondage a démontré, en outre, que les deux principales sources de plaintes, de la part des Hollandais, au sujet de leur environnement, concernent le manque de places de parking et les excréments canins4.

 

En 2008, un train est sorti de sa voie et cinq personnes ont été blessées, à cause de la présence de savon sur les rails. A la différence d’autres compagnies de trains, les chemins de fer hollandais permettent de vider les excréments sur les voies, lorsqu’on nettoie les toilettes des trains. Cela rend les rails glissantes5. La même année, “un terroriste aux excréments” est passé à l’action dans les envions d’Eindhoven. Les habitants découvraient régulièrement de petits paquets d’excréments6.

 

Une bonne part des excréments trouvés dans les rues d’Amsterdam provient d’êtres humains. En particulier, le long des parcs et des ruelles étroites du centre-ville, ils atteignent jusqu'à 20% de la totalité des excréments retrouvés. Si quelqu’un voit des chiens consommer des excréments, les êtres humains les laissent généralement faire. Les plaintes à ce sujet ne sont pas le fait de citoyens subissant ce phénomène, pas plus que des responsables politiques. Elles émanent de la Section d’Amsterdam de la Société Protectrice des Animaux. Elle s’est inquiétée du fait que si jamais l’excrément humain contient des traces de drogue, il devienne dangereux pour la consommation animale. Un chien s’étant trouvé dans cette situation a dû être transporté en soins intensifs, où l’on a dû procéder à un lavage d’estomac7.

 

Alors que le problème des excréments est devenu une préoccupation nationale, un parc de Safari hollandais a rassemblé une vaste foule, autour de son programme d’une durée d’une semaine focalisée sur l’excrément comme étant son thème central8. Ce programme a connu un tel succès qu’il a été prolongé pour une semaine supplémentaire. Depuis lors, « La Semaine de l’Excrément » est devenue l’un des évènements les plus fréquentés de l’histoire du Parc9.

 

Aux Pays-Bas existe également un Journée Nationale annuelle des Poux. Ce jour-là, tous les parents ayant leurs enfants dans une école élémentaire doivent examiner la tête de leurs enfants. L’Institut National de Santé Publique et de l’Environnement distribue des tubes aux enfants, dans l’espoir qu’ils les renverront plein de poux. Le Centre National de Soutien au Poux de Tête participe également à ce projet10.

 

Le Code Ethique de la société des Journalistes professionnels déclare qu’il relève du devoir des journalistes de fournir un compte-rendu équitable et compréhensif des évènements et sujets traités11. L’article du Trouw transgresse ces règles éthiques en se fondant sur de simples conversations auprès d’un échantillon de quelques individus seulement. L’article que nous avons proposé concernant le sujet de la crasse aux Pays-Bas est mieux documenté. Il comprend une information institutionnelle substantielle et puise à d’autres sources pertinentes.

 

L’article Trouw était suivi de plusieurs commentaires extrémistes contre Israël. L’un, comparant les Israéliens aux Nazis, a été rapidement supprimé. Apparemment, le journal ne souhaitait pas que le Centre Simon Wiesenthal écrive encore une nouvelle lettre au Rédacteur en chef du Trouw, annonçant qu’il enverrait une diffusion à ce sujet à ses 400 000 souscripteurs, comme il l’a fait plus tôt, à propos d’un autre commentaire antisémite12.

 

Il ne serait pas équitable de n’évaluer le Trouw qu’en fonction d’un seul article mal fait. Le problème, concernant ce journal, est cependant, plus structurel. L’ancienne journaliste du Trouw, Elma Drayer – alors qu’elle travaillait encore dans ce journal, a détaillé au cours d’une interview, que bon nombre de ses anciens collègues pratiquent des biais envers Israël, et d’autres, également contre les Juifs en général13.

 

L’exemple ci-dessus pourrait constituer le point de départ d’une approche plus efficace, en terme de temps consacré à mettre en lumière les manipulateurs de nouvelles manquant d’éthique, parmi les journalistes étrangers qui font des reportages sur Israël. Si Trouw continue de publier d’autres articles du même tonneau, le texte qui le ridiculise peut être mis à jour et recyclé à travers des blogs. Au-delà du cas du Trouw, beaucoup d’autres journaux peuvent être traités de manière identique. Dès qu’on a pris le pli de le faire régulièrement, on peut, très probablement, aussi développer des approches supplémentaires permettant de traiter les promoteurs de distorsions anti-israéliennes.


Le Dr. Manfred Gerstenfeld a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

 

Adaptation : Marc Brzustowski.

 

1 www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/11573

2 Laurens Samsom, ‘Israel is een asociaal land geworden,’ Trouw, 11 August 2012. [Dutch]

8 www.ad.nl/ad/nl/1008/Planet-Watch/article/detail/520320/2010/10/17/Poepweek-trekt-duizenden-geinteresseerden.dhtml

11 www.spj.org/ethicscode.asp

12 http://tundratabloids.com/2011/10/tundra-tabloids-triumphs-again-dutch-christian-paper-trouw-nl-deletes-anti-semitic-comment-after-the-tt-exposed-it.html

13 www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/11271

Partager cet article

Repost0

commentaires

Marcus Dornbusch 14/08/2012 08:16

Ancien Elève de l'Ecole Normale Supérieure, j'ai publié un site que je vous propose de consulter et de diffuser


http://www.marcus-dornbusch.com/

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis