Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 09:29



logo drapeau fred

 

freds

 Merci Frédéric


Meir Dagan et le Mossad : du héros au zéro

par Frédéric SROUSSI

pour © 2011 www.aschkel.info

 

                    

Si une étrange bactérie tueuse a frappé l’Europe et l’Allemagne en particulier, un mal tout aussi dangereux mais bien plus mystérieux est en train de s’attaquer au cerveau de différents anciens hauts responsables des services secrets israéliens.

L’affaire est connue mais revenons-y. Meir Dagan, dont j’ai souvent loué avec ardeur les mérites lors de ses huit années passées à la tête du Mossad, est en train de perdre totalement la boule. L’ancien super-guerrier de l’ombre s’est transmué en un pacifiste bêlant appelant Israël à ne pas lancer de frappes militaires contre l’Iran qui poursuit pourtant avec une énergie débridée sa course pour l’obtention de l’arme nucléaire.

Pis, devenue une vraie pipelette en répandant sa logorrhée défaitiste à chaque apparition publique, l’ancien maître espion met ouvertement en doute les capacités d’Israël à faire la guerre sur plusieurs fronts. Selon ses dires, des frappes militaires contre l’Iran verraient le Hezbollah et la Syrie entrer dans la bagarre. Oui, on se doute qu’Israël devra combattre alors plusieurs armées et forces terroristes dans un cas pareil (bizarrement Dagan ne prend même pas en compte l’affaiblissement du régime syrien qui fait face à une véritable révolution dont il se pourrait bien qu’elle devienne une grave épine dans le pied des pires ennemis d' Israël mais rien n' est encore joué.Wait and see...).

Comment Dagan ose t-il balancer ses craintes sur la place publique en mettant en question les capacités opérationnelles de Tsahal qui se prépare pourtant à ce scénario du pire depuis des années ?! Dagan veut-il anéantir la dissuasion de l’État hébreu et donc provoquer la guerre en décrivant un Israël incapable d’assumer un conflit sur plusieurs fronts (ce que l' État juif a pourtant  réussi à faire en 1948, 1967 et 1973) ? Ce genre de discours est un encouragement offert aux ennemis d’Israël à attaquer en premier ! Chapeau M. Dagan !

Je sais que parfois la ruse militaire consiste à montrer un semblant de faiblesse pour mieux tromper notre ennemi sur nos réelles forces et intentions, cependant  je ne crois pas que cette «stratégie» soit particulièrement efficace dans le cas d’Israël qui ne peut attendre les bras croisés que Messieurs les arabo-musulmans tirent les premiers. L’État hébreu manque trop cruellement de profondeur stratégique pour permettre à l’ennemi de lancer la première attaque.

Être dans la position du «counter-fighter» n’est donc pas la situation la plus aisée pour l’État juif et puis comme le disait Napoléon, «En résumé, je pense comme Frédéric (le Grand), on devrait toujours être le premier à attaquer ».

Mais, l’ancien patron du Mossad va encore plus loin dans son délire puisqu'il regrette qu’Israël n’ait pas accepté le Plan de paix…saoudien ! Celui d’Obama n’étant pas assez suicidaire à son goût, l’ex-mémouneh veut que l’État juif mette sa destinée entre les mains des émirs fanatiques et corrompus de DJeddah !

Pendant ce temps, Meir Dagan (aujourd' hui Président de la firme Gulliver Energy Ltd, une entreprise d’exploration de gaz et de pétrole) trouvait des soutiens auprès d’autres anciens des services de renseignements d’Israël tel que Danny Yatom (dit le  «Kaiser »), ex-chef du Mossad  (qui dut démissionner après le fiasco de l’affaire Khaled Meshal) reconverti dans le business de la sécurité privée (il est Président de GSG Ltd) et ancien député du Parti travailliste. L’oligarchie israélienne (voir mon article du 28/11/10 paru sur www. aschkel.info et sur mon blog analyses–Israël   ‘‘Qui se cache vraiment dernière la «cinquième colonne » qui menace Israël ?) composée de politiciens, d’affairistes, de journalistes et d’anciens généraux et autres membres des services de sécurité, fait donc le jeu des ennemis d’Israël en mettant le destin de l’État hébreu entre les mains d’ennemis corrupteurs qui aideront ces oligarques «cananéens» à faire prospérer leurs petites et lucratives entreprises. Surtout, pas de vagues, business is business.

Une action militaire décisive, même si elle est malheureusement nécessaire comme cela est le cas face à un ennemi fanatique comme l’Iran, est une cause de grands soucis pour la fortune et/ou la fonction sociale des membres de l’oligarchie (Ils devraient pourtant plutôt s’inquiéter de la sécurité et de l’indépendance de l’État juif !).

Comme l’a écrit le philosophe Alexandre Koyré au sujet des oligarques trahissant leur pays: «Non seulement une guerre perdue, mais même une guerre gagnée, malgré le prestige accru que l’issue favorable du conflit donne, normalement, au régime social et politique du pays victorieux, produit, dans la structure économique et sociale du pays qui en subit le poids, des transformations tellement profondes qu’elles équivalent, parfois, à une véritable révolution» .  Et les révolutions, quelles qu’elles soient, sont rarement bonnes pour les affaires…

Je finirai cet article en citant les propos de Reza Kahlili (c’est un pseudonyme), ancien agent de la CIA infiltré parmi les terribles Gardiens de la Révolution Islamique d’Iran :

« Pendant des années j’ai travaillé très dur pour faire prendre conscience aux leaders mondiaux que le régime iranien est déterminé à obtenir l’arme nucléaire. C’est un régime messianique qui croit réellement que son devoir vis-à-vis d’Allah est de détruire Israel et l’Amérique » (Reza Kahlili, FoxNews.com; le 31 mai 2011).

Les chefs des services de renseignements israéliens sont-ils donc les seuls aujourd’hui à ne pas le savoir ? Si c’est le cas, alors, changeons les chefs !

Aujourd’hui, nous pouvons  même dire qu’il plane un doute quant aux actions menées par Meir Dagan pendant ses années passées à la tête du Mossad. Les différents gouvernements savaient-ils que les opinions du patron du Mossad étaient quasiment d’extrême gauche ?

Un audit du service secret hébreu devrait au plus vite être réalisé par une commission d’enquête parlementaire pour savoir ce que Meir Dagan, le laudateur du Plan de «paix» Saoudien, a vraiment produit comme travail à la tête du Mossad...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ilhes 13/06/2011 20:02


Excellent le commentaire de Nina !
Il ne faut sans doute pas prendre l'attitude de Meir Dagan au premier degré.


Nina 13/06/2011 11:15


Un audit du Mossad est fait régulièrement cher Frédéric. Du moins, à chaque passation de pouvoir.
Il est vrai que dès qu'ils quittent leur charge les anciens patrons du Mossad deviennent des colombes toutes molles.

Le problème est assimilable à celui que rencontre les anciens sportifs de haut niveau. Il n'est jamais prévu de "reconversion" étudiée pour ces maîtres-espions.

Dès qu'ils sortent du Mossad, ils se retrouvent soudain comme orphelins. On ne leur apprend pas (peu à peu) à recouvrer une vie normale. Seule l'engagement politique peut faire illusion mais
surtout, seule l'aile gauche israélienne peut recueillir ces orphelins de l'action qui préside à la sécurité d'Israel.

C'est donc là-dessus que devrait plancher la section des psys du Mossad et rien d'autre. Pas seulement les psys mais aussi la Cour suprême qui devrait en l'espèce légiférer sur l'impossibilité des
anciens chefs du Mossad de "l'ouvrir publiquement". Il y a ici et là quelques petites lois préventives mais très soft...hélas !

Une dernière chose : on ne peut exclure totalement une sorte de mise en scène de la part de Dagan avec son ex bras-droit aujourd'hui Pardo.
En effet, soit Dagan est devenu un demeuré qui se situait pourtant à la droite du système lorsqu'il était à la tête du Mossad, soit il nous offre un petit truc dont le Mossad est coutumier : une
intox maison.

Moralité : On a le choix entre :

- Dagan est devenu fou sans sa dose d'actions quotidiennes.

- Dangan veut entrer en politique et seule la gauche lui laisse l'espace nécessaire pour cela.

- Dagan joue le rôle du con en partenariat avec son ancienne maison.


Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis