Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 21:49

 

 

NET-YAALON 15.313 (Copier)

 

Le Nouveau Ministre de la Défense Moshe Yaalon avec Binyamin Netanyahu

 

 

Tôt lundi matin du 18 mars, le Premier Ministre Binyamin Netanyahou a ajouté deux piliers du Likoud aux deux postes restés vacants du cabinet, juste à temps, pour présenter son troisième gouvernement à la Knesset, cet après-midi.

 

Silvan Shalom, un rival de Netanyahou, a obtenu la responsabilité de l’énergie électrique, de l’eau, du Neguev, de la Galilée et un siège dans l’équipe de négociation avec les Palestiniens ; Yuval Steinitz (ancien Ministre des Finances et allié), les affaires stratégiques, dont la responsabilité du Dialogue Stratégique avec Washington (à la place du Ministre de la Défense intérieure, Gilead Erdan), les renseignements, le soutien aux services secrets, les relations avec l’ONU, et la Présidence de la Commission Nationale à l’énergie nucléaire.


Ces titres sonnent bien, mais, en fait, Netanyahou en a inventé quelques-uns à partir de rien, pour apaiser des trouble-fêtes potentiels. Et, selon le calcul final, il s’est arrogé le pouvoir réel d’arrêter les décisions, sur la sécurité, les relations extérieures, la stratégie nationale, les renseignements et la question palestinienne, qu’il tient bien en main, aux côtés du Ministre de la Défense, Moshé « Booguy » Ya’alon.

 

Ces titres ont été minutieusement choisis pour sauvegarder les contrôles et équilibres à l’intérieur du cabinet de coalition. Ils servent aussi à émasculer le Ministère des Affaires étrangères, par retour du bâton, pour la campagne qu'on suppose avoir été menée par son équipe, visant à inculper l’ancien Ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman. Cela a coûté de nombreux suffrages au bloc Likoud-Israël Beitenou, au cours des élections générales de janvier.

 

Ils fournissent aussi des postes fiables d’observation pour garder la Ministre de la Justice Tzipi Livni à l’œil, dans le rôle qui lui était promis de négociatrice en chef avec les Palestiniens – au cas où le processus de paix ressusciterait par enchantement.

 

Dimanche soir, quand Livni a appelé à des concessions majeures afin de ramener les Palestiniens à la table des négociations, le Ministre de la Défense l’a rapidement remise à sa place, en rétorquant : « on ne nous extorquera aucune concession avant d’accepter des pourparlers »

 

Le lobby des implantations de Judée-Samarie est fortement représenté à des points-clés du gouvernement. Et finalement, le Premier ministre a gardé la charge personnelle du bonus du gaz et du pétrole d’Israël en Méditerranée.

 

Après avoir été adoubé, lundi 18 mars au soir, le troisième gouvernement de Binyamin Netanyahou se mettra au travail selon son premier ordre du jour pour le lendemain. Quelqu’un sait-il quel sera cet ordre du jour ? La réponse est non, parce que chacune des composantes de cette coalition de gouvernement difficile à souder –chacun, au Likoud, à Yesh Atid (Avenir), Habayit Hayehudi (Foyer Juif) et Hatnuah (Le Mouvement) – dispose de son propre agenda politique, social, économique et religieux bien défini.

 

Combiner ces agendas pour en faire des lignes directrices accordées en vue de l’action est, évidemment, une tâche herculéenne, voire impossible, et c’est pourquoi de hautes personnalités à Jérusalem disent en plaisantant à moitié que la nouvelle ligne politique aura besoin de « deux années de grâce » - ce qui veut dire qu'il ne lui en restera plus qu’une seule pour passer aux applications.

 

Même Netanyahou (“Bibi”) a bluffé les membres mécontents du Likoud qui n’ont pas été retenus dans le gouvernement homologué de 22 ministres, en leur souhaitant de meilleures chances pour la prochaine fois. Cela supposerait qu’il l’emporte une quatrième fois et qu’il batte le record aux trois mandats successifs de Premier Ministre du fondateur d’Israël, David Ben Gurion.

 

Alors que ce gouvernement s’aventure en terra incognita, la seule chose vraiment sûre est que quatre de ses nouvelles lumières dominantes sont certaines de ce qu’elles veulent – que leur passage soit long ou court – et que le Premier Ministre devra interrompre son travail pour courir après eux afin de former une équipe digne de ce nom.

 

1. Le successeur d’Ehud Barak en tant que Ministre de la Défense, commando et ancien chef d’Etat-Major, Moshe Yaalon : il a gagné l’opportunité, que tout soldat professionnel devrait envier, de remodeler les forces de défense israéliennes en une armée nationale plus adaptée aux exigences de la première moitié du 21 ème siècle et aux guerres du futur.

 

En conformité avec sa propre vision, il devrait envoyer à la ferraille la structure actuelle en corps, divisions, brigades et bataillons pour favoriser une armée fondée sur des unités de combat compactes –essentiellement des forces spéciales – chacune capable d’agir de façon autonome et indépendante des autres forces.

 

Si Yaalon suit cette voie, les forces terrestres massives et les corps blindés pour terrains lourds seront relégués au musée. Les forces aériennes et marines, avec les missiles de longue portée, les sous-marins et navires de frappe rapide, ne seront plus structurés comme des corps professionnels, mais remodelées en tant que forces ayant pour mission de préserver la profondeur stratégique vitale d’Israël par mer et par les airs.

 

 

Cependant, le Ministre de la Défense Yaalon pourrait ne pas disposer d’assez de temps, de l’argent et de la main d’oeuvre entraînée dont il a besoin pour mettre au point son programme, étant donnés les changements rapides qui submergent le Moyen-Orient et les avancées qu’accomplit l’Iran dans la poursuite de l’arme nucléaire.


Pour le Président Barack Obama, lorsqu’il arrivera en Israël, durant sa visite de mercredi 20 mars, la sélection d’Yaalon comme Ministre de la Défense n’est pas, tout compte fait, une mauvaise nouvelle, malgré son pessimisme dans tout traitement de la question palestinienne : en tant que ministre des affaires stratégiques, dans le précédent gouvernement Netanyahou, il insistait sur le fait qu’il était primordial, pour toute attaque israélienne contre l’Iran, d’obtenir la pleine coopération des Etats-Unis.


2.  L’ancien présentateur TV Yaïr Lapid (Yesh Atid, Avenir) a fait ses débuts en politique en réalisant un bond vers le plus haut échelon de gouvernement, en tant  que ministre des Finances et jeté sous les feux de la rampe les membres jusqu’alors inconnus de sa faction, qui sont aussi inexpérimentés en matière de gouvernement que lui-même.

 

Ils ont fait une campagne vigoureuse en faveur du service militaire pour tous, y compris les ultra-orthodoxes et les Arabes israéliens, ainsi que l'obtention de bénéfices de la croissance pour la classe moyenne.

 

Désormais, il doit s’asseoir pour réaliser la mission austère de rédiger le prochain état du budget à vitesse grand V. Netanyahou plaisante en disant qu’il est à la tête d’une administration provisoire, alors que Lapid parle sérieusement d’une durée de dix-huit mois à deux ans, tout au plus, pour le gouvernement, avant qu’il ne tombe et qu’une élection anticipée évince l’actuel Premier Ministre et l’installe à sa place.

 

 

Ce calcul expose le dirigeant de Yesh Atid à un dilemme : il pourrait essayer de concevoir un budget populaire, mais alors Netanyahou récolterait les mêmes bénéfices que lui-même, au cours des élections à venir. D’un autre côté, il pourrait décider de prouver qu’il a l’étoffe d’un chef d’Etat et composer un budget équilibré avec responsabilité, intégrant des coupures budgétaires essentielles et des mesures douloureuses pour ces mêmes classes qu’il avait promis de promouvoir.

 

Mais alors, il serait fou de se présenter précipitamment devant les électeurs.


Ses chances politiques, dans un avenir prévisible sont, par conséquent liées à celles du Premier ministre qu’il aspire à remplacer, que cela lui plaise ou non.

 

3.  L’ancienne Ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni, revient du grand froid politique pour rejoindre le gouvernement en tant que Ministre de la Justice, en prétendant que tout ce qu’elle voulait vraiment, c’était promouvoir et diriger les négociations de paix avec les Palestiniens. Cette mission va probablement s’avérer hors de portée. Pas un seul responsable palestinien de quelque rang que ce soit ne désire lui adresser la parole. Elle devrait également surmonter les obstacles placés sur son chemin par beaucoup de ses nouveaux collègues du cabinet. Tel que le nouveau ministre suivant :

 

4. Naftali Bennett, magnat des logiciels informatiques, s’est montré capable de revivifier les chances des anciens du Parti sioniste-religieux et de le reformater en tant que Habayit Hayehudi (Foyer Juif), promoteur de la cause des implantations. Pour les besoins du maquignonage avec Netanyahou, il a formé une nouvelle alliance avec Lapid et s’en est sorti avec une poignée pleine de postes sur la corde raide : ministre de l’industrie, du commerce et du travail, il est aussi désigné pour diriger les comités du cabinet, chargés de trouver les moyens et les façons de réduire le coût de la vie et de briser les monopoles de la puissance économique, et il a même gagné une place convoitée au sein du cercle rapproché du cabinet de sécurité, qui n’est désormais plus composé que de 7, au lieu de 15 membres.

 

 

Ce que Bennett a clairement démontré, c’est qu’il veut avoir un doigt sur chacune des parts du gâteau.

 

Netanyahou a fait montre d'un don exceptionnel pour la survie politique, par le passé. Est-ce qu’il l’emmènera, cette fois encore, jusqu’à sa prochaine épreuve ?

 

http://debka.com/article/22833/How-long-can-Netanyahu%E2%80%99s-disparate-coalition-survive-

 

 

DEBKAfile Reportage Spécial  18 mars 2013, 10:22 AM (GMT+02:00) 

 

Adaptation : Marc Brzustowski.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

clovis simard 12/06/2013 13:33

FORCES À LONGUE PORTÉE: L'AMOUR ?fermaton.over-blog.com

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis