Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 14:13
" Notre campagne d'information doit s'aider des médias juifs "



 
 No 116 24 mars 2010, Portrait

Ceux qui ont la critique facile se sont empressés de s'en moquer, mais d'autres apprécient qu'enfin, le gouvernement israélien œuvre afin pour améliorer l'image de marque négative dont il fait l'objet de la part des grands médias occidentaux. Une chose est sure : la campagne d'information lancée par le ministère de la Diaspora et de la Hasbara n'a laissé personne indifférent. Le responsable en est le ministre Youli Edelstein qui a reçu Hamodia pour détailler son projet.

- Hamodia : Votre ministère avec le soutien de l'ensemble du gouvernement a lancé ces dernières semaines une vaste campagne d'information qui encourage les Israéliens voyageant à l'étranger à devenir les ambassadeurs officieux de l'État d'Israël et à tenter d'expliquer la position israélienne. Quel est le but d'une telle campagne ?
- Youli Edelstein : l'objectif prioritaire de cette campagne " Masbirim Israël " (Expliquer Israël) est de modifier l'image de marque négative d'Israël à l'étranger, et de lutter contre l'atmosphère d'hostilité dont notre pays est victime, atmosphère qui s'est malheureusement dégradée, ces dernières années. Nous partons du principe que chaque Israélien , qu'il soit touriste, homme d'affaires, ou universitaire, est capable d'expliquer à des interlocuteurs qu'il rencontre à l'étranger qu'Israël n'est pas seulement un pays en conflit, mais aussi et surtout un pays dynamique qui crée, se développe.
Bien sûr, ces Israéliens doivent être capable de répondre à des questions difficiles, comme par exemple, la situation sur le mont du Temple. Pour les aider, nous leur distribuons à l'aéroport des brochures d'informations précises et concises et nous leur proposons aussi de se servir de notre site sur internet.
- Mais cette campagne est aujourd'hui dirigée uniquement vers les Israéliens. Pourquoi ne pas l'orienter aussi vers les Juifs de Diaspora qui eux " baignent " en permanence dans cette atmosphère d'hostilité envers l'État d'Israël ?
- C'est une excellente question : nous travaillons déjà sur la seconde étape de cette campagne qui elle sera effectivement dirigée vers les communautés juives de Diaspora. Nous comptons, en particulier, sur le soutien des jeunes Juifs qui ont participé, au cours des dernières années, à des programmes de découverte d'Israël comme Taglit et Massa et même nous voulons compter sur le soutien des milliers de jeunes, qui chaque année, viennent étudier dans les yéchivot israéliennes toutes tendances confondues. Ces jeunes sont impliqués dans leur communauté et ils connaissent la réalité israélienne sur le terrain. Ils sont donc très crédibles. Par la suite, nous prévoyons de sélectionner les meilleurs pour les former en Israël. Nous espérons former un " réservoir " de milliers de jeunes qui seront capables " d'expliquer " Israël le plus objectivement. Ce programme sera financé par l'Agence Juive, le gouvernement israélien et par des donateurs juifs.
- Pensez-vous qu'il y a matière à impliquer les organisations juives dans ce travail d'information. Prévoyez-vous par exemple d'impliquer des organismes tels que le CRIF ou le Consistoire en France ?
- Je dois dire qu'au début, j'avais quelques appréhensions à ce sujet. Je craignais que les responsables communautaires nous repoussent poliment en disant : " Merci, mais nous ne sommes pas l'ambassade d'Israël ". Or, au contraire les réactions de ces responsables communautaires ont été très positives. Ils souhaitent réellement être partie prenante et veulent améliorer l'image de marque d'Israël. Donc, lorsque notre seconde phase sera prête, nous serons en contact étroit avec les organisations juives et nous leur demanderons de nous recommander les personnes les plus adéquates pour remplir cette mission d'hasbara israélienne.
- Prenons par exemple les Juifs de France. Quels sont, ou seront, les moyens que l'État d'Israël mettra à leur disposition pour mieux expliquer sa politique et son action ?
- Les deux étapes reposent sur deux suppositions : qu'il est nécessaire d'améliorer l'image de marque d'Israël et que ne nous ne disposons pas de pétrodollars pour créer des journaux, des radios et des médias qui présenteront de manière équilibrée, la réalité en Israël ! Selon un récent sondage, 85 % des Israéliens se sont déclarés prêts à aider Israël s'ils disposaient des instruments indispensables pour le faire. Nous pensons également que de nombreux Juifs des communautés de Diaspora ont une fibre sensible pour Israël. Nous allons donc essayer de montrer à travers eux, les beaux côtés d'Israël: le niveau de sa médecine, son positionnement de leader en haute technologie, et d'autres encore. C'est ainsi que nous pourrons lutter contre l'arme de la démonisation utilisée par nos ennemis. Il faut que le monde entier arrête de penser qu'un Israélien est un soldat qui tire sur des enfants palestiniens. Lorsque l'image d'Israël sera plus complète, nous espérons que cela modifiera l'atmosphère.
- Excusez moi, mais concrètement, il y a en France ou dans d'autres communautés, des médias et des journaux juifs qui, au jour le jour, diffusent une information plus équilibrée. Ils font déjà l'essentiel du travail. Pourquoi ne pas les impliquer dans cette campagne ? Pourquoi ne pas les soutenir ?
- Lors de la réunion que nous avons consacrée à la préparation de ce plan de hasbara, j'ai rappelé que nous sommes toujours en train de " courir " après les journalistes des grands médias ou des grands journaux comme Le New York Times ou le Figaro et que nous oublions qu'il y a un nombre important de médias juifs à travers le monde qui sont dans l'absolu prêts à travailler à nos côtés. Je suis persuadé que nous devons d'abord toucher, via les médias juifs, nos soutiens les plus inconditionnels au sein des communautés juives, avant de nous tourner vers des médias plus généraux qui souvent n'ont que faire de ce que nous leur disons. Nous devons coopérer en priorité avec ces médias juifs et leur fournir en priorité les informations que nous voulons diffuser. Je suis persuadé que ces médias juifs sont un vecteur d'information extrêmement important. Ce sont nos alliés les plus précieux. Je dois même vous révéler que nous voulions organiser, dès cette année, un congrès international des médias juifs en Israël, justement dans cette perspective d'en rassembler les forces vives. Mais malheureusement, nous avons dû renoncer faute de temps. J'espère que l'an prochain nous organiserons ce congrès.
- La presse israélienne est une presse libéralisée qui est souvent très critique envers l'actuel gouvernement israélien. Et souvent dans les communautés juives de Diaspora, on entend des responsables affirmer qu'il leur est plus difficile de défendre le gouvernement israélien lorsque la presse israélienne les fustige. Comment réagissez vous à cela ?
- C'est vrai, nous connaissons ce phénomène qui n'est pas évident. Et je vais même plus loin que vous : nous sommes stupéfaits de constater qu'à l'étranger, les chefs de file des campagnes de dénigrement d'Israël sont souvent des Israéliens qui ne vivent plus dans le pays ou même des Juifs issus de courant marginaux qui n'hésitent pas à le salir publiquement. Autre exemple problématique:parfois, nous parvenons à convaincre des non-Juifs qui visitent Israël, et en reviennent séduits. Mais de retour au travail, ils se retrouvent face à un collègue juif qui n'hésite pas à noircir Israël ! À cela je n'ai qu'une réponse : Israël est une démocratie, pour le meilleur et pour le pire. Je voudrais bien que l'on me dise quel autre pays du Proche Orient aurait toléré une presse aussi libre ?!
- Aujourd'hui quels sont les moyens, instruments et messages qui peuvent séduire des médias généralistes alors que ces médias reconnaissent ouvertement qu'il n'y a rien d'autre que le conflit israélo-palestinien qui les intéresse ?
- Je pense qu'il faut que nous cessions de nous focaliser vers les très grands médias nationaux. Aujourd'hui, la presse étrangère ce n'est plus seulement Libération, Le Figaro ou le Washington Post. Il y a aujourd'hui des journaux locaux extrêmement populaires, des quotidiens gratuits et des radios régionales qui n'ont pas toujours les moyens de financer, à plein temps, un correspondant permanent pour qu'il se consacre au conflit israélo- palestinien. Ces médias utilisent les services de l'AFP, ou d'autre agence. Il est possible d'agir auprès d'eux car souvent leur audience est fidélisée et ils sont généralement intéressés par une autre forme d'information en provenance d'Israël. Et cela se rajoute à notre action sur Internet via des réseaux très populaires comme Facebook ou Twitter. Tout cela, nous le faisons pour contrer ces 20 terribles secondes où l'ont ne voit sur les écrans des télévision qu'un soldat israélien tirer en direction d'un Palestinien.
- Parlons un peu des messages que vous souhaitez diffuser. Et prenons la situation politique actuelle : il y a aujourd'hui dans le gouvernement israélien côte à côte : Itz’hak Hertzog (Travailliste) et Avigdor Liberman (Israël Beteinou). Comment peut-on parler d'une seule voix avec un tel gouvernement ?
- Dans notre campagne populaire, je n'ai pas l'intention d'être un " commissaire ". Je ne veux pas dicter à mes interlocuteurs des réponses toutes faites. Je dois leur suggérer une manière de réfléchir et de mieux comprendre la réalité.
Alors en tant que gouvernement, je crois qu'il est évident qu'un ministre ne s'exprime pas de la même manière lorsqu'il s'adresse à des militants de son parti ou devant des médias étrangers. Il faut faire preuve de bon sens. Il y a des nuances. Nous restons dans certaines limites qu'il ne faut pas dépasser : ces limites sont celles qui permettent au gouvernement d'exister et de se maintenir : c'est la plateforme commune. Lorsque je m'adresse aux médias étrangers, je fais abstraction de mes propres idées pour défendre la position officielle du gouvernement.
- Je voudrais, pour terminer, vous mettre à l'épreuve : comment expliqueriez-vous la crise de ces deux dernières semaines entre Israël et les États-Unis, à un interlocuteur français ?
- J'aurais avancé trois points importants : d'abord, avant l'annonce de la construction à Ramat Chlomo pendant et après la crise, le gouvernement n'a jamais annoncé le gel de la construction dans les quartiers-est de Jérusalem et nous continuerons à construire sur place et j'insisterais sur le droit légitime du peuple juif sur Jérusalem qui n'a jamais été la capitale d'une autre nation que la nation juive. Ensuite je soulignerais que plusieurs ministres pensent qu'il y a eu une erreur de timing dans l'annonce de cette mesure au moment même ou le vice-président américain Joe Biden se trouvait en Israël et je rappellerais que Binyamin Nétanyaou s'est excusé. Le troisième point, c'est que les relations entre Israël et les États-Unis sont solides et reposent sur des intérêts stratégiques communs. Je préciserais qu'il y a eu dans le passé de telles crises entre les leaders des deux pays et que par la suite tout est rentré dans l'ordre. Donc. je pense qu'il faut remettre les choses dans leur proportion.


voir 'Comment expliquer "Israel" lorsque la presse israélienne est hostile à Netanyaou ?'
Partager cet article
Repost0

commentaires

Aestilli Ellie 26/03/2010 09:54


Je pense surtout qu'Israël a une énorme lacune que n'ont pas ses adversaires, une lacune qui est très paradoxale étant donné le haut niveau technologique d'Israël : notre pays semble très attaché à
la presse traditionnelle (presse écrite), c'est une excellente chose, mais il est fondamental qu'Israël commence à être accessible aussi en ligne ! La plus grande part de la désinformation
antisémite / antisioniste se fait par des sites web (info- Palestine.net, France-Palestine.org, Palestinefr.net, alterinfo.net, etc...) et pour défendre Israël, nous n'avons que quelques blogs
faits par des particuliers comme Aschkel.info, comme L'Argument (mon blog anciennement appelé Fight For Truth), comme drzz.info (qui, hélas, est politiquement très proche de l'extrême-droite
française à en juger par certains articles qui y sont publiés et les commentaires d'une bonne partie de ses lecteurs), comme Israël Actuaités (qui publie des articles beaucoup trop succincts),
quelques beaucoup sites trop rares comme Jérusalem Post, et beaucoup de site qui sont inactifs car ils ne sont qu'une vitrine commerciale des journaux qu'ils représentent. Il est grand temps que
nous nous défendions sur les lieux où l'on nous attaque,sur le web, et que l'on n'attende pas d'être attaqués pour diffuser l'info ! Bref, il nous faut du nouveau sur le web, avec des sites
d'information juifs bien référencés et diffusant l'actualité israélienne telle qu'elle est, et non déformée comme le font les médias occidentaux. Je pense qu'il y a une véritable urgence que cela
soit mis sur pied dans les meilleurs délais et que de véritables équipes professionnelles s'y collent, et non plus les particuliers qui tentent désespérément de défendre Israël, parfois de manière
exacerbée et infondée, parfois de manière sincère, calme et posée, contre les attaques qu'il subit.


Lestat 25/03/2010 18:27


Un article hilarant et assez révélateur de l'époque actuelle sur "Slate.fr" ou officie Jacques Benillouche (qui devrait changer d'employeur vu le texte du patron) :

http://www.slate.fr/story/19073/israel-etats-unis-malaise-obama-netanyahou-lobby

A noter les commentaires des lecteurs. Des vraies "pointures" géopolitiques ! (sic)


Rotil 25/03/2010 18:12


J'ajouterai une chose, et cela touche à un véritable complexe juif.
Ne serait-il pas plus audible pour l'occident de tenir un discours du genre:

"Ecoutez, vous êtes bien gentils, mais depuis 2000 ans, vous nous en avez fait baver.
Nous voulons bien considérer que ce sont vos parents ou arrière-grands-parents, mais maintenant nous sommes rentrés à la maison, et mêlez-vous de vos affaires.
Nous, on va vous fournir de quoi faire des voitures électriques, donc, vous allez pouvoir dire "zut" (je reste poli) aux pays pétroliers. On ne vous demande pas de nous dire merci, en plus on vous
vend le truc.

Mais cessez de mettre votre nez dans nos affaires.

Occupez-vous du Darfour, les palestiniens, nous sommes capables de gérer au mieux des intérêts de tous. Et s'ils ne veulent pas, on n'y peut rien."


Lestat 25/03/2010 17:04


Je plussoie les dires de Rotil.

J'ajouterai que J.C Milner avait fait scandale lors d'une interview lié à son ouvrage "les desseins criminels de l'europe démocratique" en suggérant à Israël de s'éloigner totalement de
l'occident
et de se rapprocher des civilisations Asiatiques. Une rupture d'alliance agrémenté d'un quasi changement de civilisation.

Je serai pas loin de souscrire. Pour Israel, séduire un Occident composé d'une Europe dominé financièrement et énergétiquement par des potentats moyen-orientaux (eux-mêmes sous contrôle
américain)
pratiquant de surcroit un remplacement de population depuis 1976 me semble illusoire, impossible, voire dangereux. Quand aux USA, les dramatiques évènements actuels avec Obama agrémenté des
remarques limite antisémites de Petraeus ne font que confirmer cette tendance.
S'imaginer les républicains au pouvoir ne changera rien. L'Iran est une pièce maitresse du calendrier américain.

Pour conclure, toute propagande qu'elle fut, les fadèses Arabo-palestos nécessitent d'avoir des populations occidentales prédisposées pour y croire...


Rotil 25/03/2010 15:30


Tout cela me semble bel et bon mais insuffisant... Je parlais ce week-end avec un ami, juif, qui a de la famille en Israel. Il a développé l'idée qu'Israel est très fort, qu'une bombe atomique ne
suffirait pas à détruire le pays, et qu'il faudrait aider les palestiniens. Je ne savais quoi répondre sur le moment...

De plus, il y a un autre phénomène. Le fait qu'Israel soit si fort dans un certain nombre de domaines, en particulier technologiques, se retourne contre lui. Style "puisqu'ils sont si forts, ils
devraient être plus généreux, ils en ont les moyens".

Enfin, il y a le problème des "merdias", je voyais hier l'orientation hallucinante de france2 aux infos. Concernant le discours de Sarkosy, des extraits ont été donnés sur les points qu'il a
abordés, mais sur l'interdiction à venir du voile intégral, celle-ci a été simplement mentionnée, très vite, aucun extrait n'a été cité. Or, la question israélo-palestinienne me semble être l'arbre
qui cache la forêt du refus de l'islam d'un état juif.

Et ça, peu de gens veulent le voir.


Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis