Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 17:39

 

 

Nouvelle tuerie à caractère confessionnel en Syrie

 

http://www.lorientlejour.com

 
OLJ/AFP | 12/06/2013

 

Un rebelle syrien, le 11 juin 2013, à Alep. REUTERS/Muzaffar Salma
Un rebelle syrien, le 11 juin 2013, à Alep. REUTERS/Muzaffar Salma

conflit Une soixantaine de chiites abattus ; "Il faut arrêter la progression vers Alep" des troupes du régime syrien, estime Fabius.

Des rebelles sunnites ont abattu une soixantaine de chiites, en majorité des combattants pro-régime, dans une nouvelle tuerie à caractère confessionnel dans le conflit syrien.


L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a diffusé des vidéos de ce nouvel épisode macabre, montrant des hommes armés désignant des cadavres et des maisons en feu dans le village de Hatlah dans la province de Deir Ezzor (est).


"Voici les chiites, voici votre fin, chiens", crie l'un d'eux. "Sunnites, aidez votre communauté", clame un autre, le front ceint d'un bandeau noir sur lequel est inscrite la profession de foi musulmane.


"Dieu est grand, toutes les maisons des chiites ont été incendiées (...) Voici les combattants du jihad (guerre sainte) célébrant leur entrée dans les maisons chiites infidèles", clame un homme filmant la scène.

 

(Eclairage : Le chaos laisse le terrain libre aux extrémistes en Syrie)


L'assaut du village a été donné en représailles à une attaque menée par des habitants contre un poste de la rébellion dans laquelle deux insurgés ont péri, selon l'OSDH, qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins.


La Syrie est un pays à majorité sunnite mais gouverné depuis plus de 40 ans par le clan Assad qui appartient à la minorité alaouite, une branche du chiisme. Les rebelles sont en grande partie sunnites.

 

 

 

Outre les 60 chiites tués à Hatlah, environ 200 personnes ont péri dans les violences mardi à travers le pays, selon l'OSDH.

 

 

"Il faut arrêter la progression vers Alep"


Le caractère confessionnel du conflit, qui a fait plus de 94.000 morts depuis mars 2011, a été exacerbé par l'engagement du Hezbollah libanais, un allié indéfectible de M. Assad, dans les combats aux côtés de l'armée.


L'aide cruciale du Hezbollah a permis la semaine dernière à l'armée de reprendre le bastion stratégique rebelle de Qousseir situé dans la province centrale de Homs.


Forte de ce succès, l'armée avançait dans le quartier de Wadi Sayeh dans la ville voisine de Homs avec l'objectif de la reprendre entièrement, selon L'OSDH. Elle se prépare aussi à lancer un assaut sur les secteurs rebelles d'Alep (nord).


"Le conflit est à un tournant", a estimé Paris qui, comme Washington, réfléchit aux moyens de renforcer la rébellion, en perte de vitesse face au régime.


Mercredi, le chef de la diplomatie, Laurent Fabius, a demandé à la communauté internationale d'arrêter la progression vers Alep. "C'est la prochaine cible à la fois du Hezbollah et des Iraniens", a déclaré le ministre, interrogé sur la chaîne de télévision France 2, qui a également dénonce l'utilisation "scandaleuse" par Bachar el-Assad d'armes chimiques. "Il faut un rééquilibrage (entre les troupes du régime et la résistance, ndlr) parce qu'au cours des dernières semaines, les troupes d'Assad et surtout le Hezbollah et les Iraniens, avec les armes russes, ont repris un terrain considérable", a-t-il ajouté.

 

"S'il n'y a pas de rééquilibrage sur le terrain, il n'y aura pas de conférence de la paix à Genève car l'opposition n'acceptera pas d'y venir. Or il faut une solution politique", a poursuivi M. Fabius.


Les succès de l'armée n'aident guère l'ONU, les Etats-Unis et la Russie dans leur tentative d'organiser une conférence internationale de paix, dite "Genève-2", dont la date n'a pas encore été fixée.

 

Tout en plaidant pour "que les résistants (syriens) puissent se défendre, qu'ils disposent d'armes", Laurent Fabius a ajouté : "Il nous faut respecter la réglementation européenne qui dit que c'est à partir du 1er août que des armes puissantes peuvent être données. Pour le moment, nous n'avons pas encore décidé". "Et les Américains sont en train d'examiner leurs propres positions", a-t-il ajouté, précisant s'être entretenu mardi par téléphone avec son homologue américains John Kerry. "Il y a dans l'administration américaine des positions différentes. Les Américains auraient voulu se tenir à l'écart mais le conflit n'est plus local, c'est un conflit régional et même international", a dit M. Fabius

 

(Eclairage : Que change la levée par l'UE de l'embargo sur les armes destinées aux rebelles syriens ?)


Le secrétaire d'Etat américain doit d'ailleurs s'entretenir mercredi à Washington de la Syrie et de la manière d'aider les rebelles avec son homologue britannique William Hague. Le président Barack Obama a, de son côté, demandé à son "équipe de sécurité nationale" "d'examiner "toutes les options" possibles qui nous permettraient de remplir nos objectifs pour aider l'opposition", a expliqué à l'AFP la porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche.


Son homologue russe Vladimir Poutine a regretté que M. Assad n'ait pas engagé de réformes réclamées par le mouvement de contestation populaire lancé en mars 2011. Le pouvoir a, au contraire, réprimé ce mouvement qui s'est ensuite militarisé plongeant le pays dans la guerre civile. "S'il avait agi différemment, tout cela ne serait pas arrivé", a dit M. Poutine, dont le pays livre des armes au régime syrien.



L'Autriche retire ses Casques bleus du Golan

 

Parallèlement, un premier groupe d'une vingtaine de Casques bleus autrichiens a franchi mercredi le point de passage de Qouneitra pour pénétrer du côté israélien du Golan occupé, a constaté l'AFP. L'Autriche a annoncé le 6 juin son intention de retirer son contingent de 378 Casques bleus de la Force de l'ONU pour l'observation du désengagement (FNUOD) déployée dans une zone-tampon entre la Syrie et Israël, en raison de l'extension du conflit syrien qui mettait, selon elle, en danger la sécurité de ses soldats.

 

Depuis l'annonce par le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah de l'implication de son parti dans les combats en Syrie, les affrontements se sont rapprochés des régions frontalières avec le Liban et "les territoires syriens occupés" par Israël. Le 7 juin dernier de violents combats entre rebelles syriens et l'armée avaient éclaté à Qouneitra, unique point de passage entre les secteurs occupé et non occupé du plateau du Golan. Ces violences ont poussé l'armée israélienne à renforcer son dispositif militaire sur la partie du Golan qu'il occupe.

 

Ainsi, dans un nouveau débordement du conflit au Liban, un hélicoptère syrien a bombardé Ersal (Békaa), une localité  partisane de la rébellion hostile au régime syrien, faisant des blessés, selon un responsable local.

 

Reportage

La cyberguerre secrète de « l’Armée syrienne électronique »

 

Au Liban

Un point de vue sur les agissements du parti de Dieu, l’éclairage de Scarlett Haddad 


Périls en la demeure et... ailleurs

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis